Guy REIBEL (entretien)

1966
01m 33s
Réf. 00076

Notice

Résumé :

Interview extraite du CD-ROM "La Musique électroacoustique" Ed. Hyptique (2000)

Type de média :
Date de diffusion :
2000
Date d'événement :
1966
Personnalité(s) :

Éclairage

Né en 1936 à Strasbourg.

Études scientifiques à Lille et musicales au Conservatoire de Paris. Membre du Groupede Recherches Musicales (GRM) de 1963 à 1983. Participe aux travaux de recherche, notamment pour le Traité des Objets Musicaux de Pierre Schaeffer. Recherches sur la perception de la hauteur et de la durée.

Responsable, de 1977 à 1986, de plusieurs programmes à la Radio : les Concerts- Lectures, Microcosmos, Les Enfants d'Orphée, Repères contemporains.

Participe avec René Koering de 1981 à 1983 à la direction du programme de France Musique. A créé

l'Atelier des Chœurs de Radio France. A dirigé le Groupe Vocal de France de 1986 à 1990. A enseigné aux côtés de Pierre Schaeffer dans la classe de composition électroacoustique et de recherches musicales au Conservatoire de Paris. Professeur de composition au Conservatoire depuis 1976.

Conseiller musical pour la Cité de la Musique de la Villette de 1983 à 1989, chargé notamment de l'audiovisuel et de la partie contemporaine du futur Musée de la Musique.

A créé, à cette fin, avec Patrice Moullet les « Corps Sonores de la Villette »,

instruments-sculptures multicolores.

Œuvres électroacoustiques :

Variations en étoile (1967);

Triptyque électroacoustique : Signal sur bruit, Cinq études aux modulations, Franges du signe(1973-74);

Granulations-Sillages (1976);

Douze inventions en six modes de jeu (1977).

Transcription

Guy Reibel
Moi je n'ai jamais fait la différence, parce que je ne sais pas être un musicien comme ça en morceau d'un côté ou de l'autre. Ce qui ne veut pas dire que je ne considère pas ou je ne sens pas que les moyens électroacoustiques offrent évidemment tout à fait autre chose que le monde instrumental traditionnel. C'est une toute autre approche, c'est une tout autre écoute, c'est une manière d'être musicien qui n'est pas tout à fait la même. Et ça, ça me passionne beaucoup. Mais autrement, dans les projets que j'ai pu avoir dès le début, cela a toujours été lié en fait. Et ce qui m'a permis de faire le lien entre ce qu'on appelle l'instrumental et l'électroacoustique en fait c'est la voix. La voix parlée, la voix chantée, c'est vraiment l'instrument qui est exactement à la charnière des deux, me semble-t-il. Moi la voix, ça me touche comme évidemment moyen d'expression, à travers la parole. Et là, effectivement, la proximité de la radio qui était celle dont on pouvait bénéficier au GRM était très stimulante. J'ai moi-même rapidement pratiqué la radio et tout ce qui était lié à la voix enregistrée, le pouvoir de la voix, de la parole, du son parlé et du son chanté, c'est une chose qui m'a tout de suite beaucoup touché avec toute une série de métaphores comme multiplier les voix par exemple. En cela, l'électroacoustique permet, avec une voix ,d'en faire mille, évidemment il ne faut pas se priver. Et puis évidemment de la transformer, de la modifier, de la rendre insolite, de jouer autour, et de lui donner toutes sortes de facettes émotives et ça, ça m'a tout de suite beaucoup touché.