Pierre BERNARD, Notes de voyage

13 mars 2004
02m 43s
Réf. 00322

Notice

Résumé :

"Dans cette pièce j'ai re-visité différentes phases de mon parcours musical depuis trente trois ans, âge symbolique. Ce parcours a été bousculé par l'arrivée massive des musiques du monde et des nouvelles technologies."

Type de média :
Date de diffusion :
13 mars 2004
Personnalité(s) :
Thèmes :

Éclairage

"Dans cette pièce j'ai re-visité différentes phases de mon parcours musical depuis trente trois ans, âge symbolique. Ce parcours a été bousculé par l'arrivée massive des musiques du monde et des nouvelles technologies.

Il a fallu se positionner devant cette déferlante d'objets sonores et musicaux hétéroclites, ces bruits amplifiés, ces ondes électroniques, numériques, ces sonorités rudes, insolites.

Il fallait traverser cette jungle envahissante pour se retrouver, s'entendre . Composer c'était d'abord chercher à se recomposer soi-même. J'ai pris le goût de croquer dans ces nouvelles matières sonores, une nouvelle manière de mordre dans le temps.

Il était naturel qu'un musicien indien se joigne à moi pour cette évocation. La tradition musicale qu'il représente m'a toujours inspiré et offert des plus beaux moments.

Prabhu ÉDOUARD, est un compagnon de route depuis 4 ans. Ses qualités musicales m'époustouflent. Il possède à la fois l'art de sa tradition et une capacité très vive à innover, une spontanéité à répondre de façon toujours juste à l'instant. Il interviendra sur la partie acousmatique avec les percussions, mais aussi avec un expandeur de batterie programmable. Je serais près de lui pour transformer en direct une partie de ces interventions. Chaque type d'instrument aura son mode particulier de transformation.

La partie fixée, électro-acoustique, induit l'ensemble du déroulement de cette pièce. Aux sons concrets, vocaux ou synthétiques j'ai mélangé des instruments classiques de chine. J'ai retravaillé l'ensemble avec le même soucis de ciseler avec précision l'entrelacement des timbres. En alternance, des parties résolument rythmiques accompagneront la dextérité du percussionniste et pour, nostalgie oblige, me replonger dans mes périodes des années 70 aux consonances parfois techno puis World. J'ai aussi apporté beaucoup d'attention à l'espace sonore, ses profondeurs, ses transparences. Cette partie électro-acoustique est suffisamment élaborée pour être entendue, telle quelle, dans le cadre d'un concert acousmatique."

(Pierre Bernard)