Mauricio KAGEL, Phonophonie

1964
07m 04s
Réf. 00331

Notice

Résumé :

Phonophonie (1963-1964) n'est pas une oeuvre conçue pour conserver une même forme une fois pour toutes. C'est, en fait, un morceau dont la composition fonctionne comme bases d'un laboratoire.

Type de média :
Date de diffusion :
1964
Personnalité(s) :

Éclairage

Phonophonie (1963-1964) n'est pas une oeuvre conçue pour conserver une même forme une fois pour toutes. C'est, en fait, un morceau dont la composition fonctionne comme bases d'un laboratoire. Kagel a prévu que l'expérience soit renouvelée chaque fois que le morceau serait joué. Beaucoup d'oeuvres musicales, par le passé, tirèrent leur inspiration des dons musicaux, intellectuels ou d'expression de certains interprètes célèbres. Dans le cas de ces morceaux, bien que quelque chose de similaire se soit passé, cela reste un fait secondaire, privé, de la vie du compositeur et la partition n'en porte pas trace. En reliant le passé au futur, Kagel établit la méthode selon laquelle la composition peut-être mise à jour pour les nécessités du moment, et aussi pour les pensées et talents des interprètes à venir. Ses partitions font état d'un procédé de profonde recherche clairement décrit. Ce n'est qu'en l'accomplissant que l'on peut souscrire aux conditions requises pour une interprétation authentique du morceau.

Conçue de 1963 à 1964 et mise en scène pour la première fois à Munich en 1965 (William Pearson en était le protagoniste), Phonophonie est une autre oeuvre significative de la première période de Kagel en qualité de compositeur. Elle représente bien l'horizon de ses intérêts pour le metamusical : intérêt pour une interprétation philosophique de l'histoire définie avec ambiguïté dans le message de son théâtre de chambre personnel et original.