Karlheinz STOCKHAUSEN, Havona

2007
06m 58s
Réf. 00337

Notice

Résumé :

"Grand épopée à travers l'espace-temps, Havona évoque le monde du chant dévotionnel indien, mais aussi la saveur baroque des monodies italiennes ou la notion d'inégalité dans la musique française."

Type de média :
Date de diffusion :
2007
Personnalité(s) :
Thèmes :

Éclairage

Durée totale : 25'06

"Grand épopée à travers l'espace-temps, Havona évoque le monde du chant dévotionnel indien, mais aussi la saveur baroque des monodies italiennes ou la notion d'inégalité dans la musique française. Le texte de Havona n'est pas en latin (comme Freude, autre chef d'oeuvre vocal de Klang), en plusieurs langues, au choix (comme Tierkreis), en un mélange de langues européennes (comme Lucifers Traum) ou en onomatopées rappelant de manière voulue de différentes langues de notre planète (comme Lucifers Zorn), mais en allemand, la langue maternelle du compositeur. Inclassable, cet hymne de l'au-delà trouve ses racines dans le "Deutsch sprachige Welt" de la musique de Bach (les oeuvres vocales sacrées et le Kleines Harmonisches Labyrinte), de Mozart ("Reihe" du commandeur sur le texte "celui qui se nourrit de mets célestes ne se nourrit pas des mets des mortels") et de Schönberg (la Sérénade ainsi que les oeuvres sacrées), mais ses branches tendent vers le haut, tout comme les psalmodies des moines de l'Himalaya. Admirablement composé pour sa voix de basse et la mienne, Stockhausen a certainement tout chanté en écrivant."

(Nicolas Isherwood)