Daniel TERUGGI, Spaces of Mind

2004
05m 59s
Réf. 00381

Notice

Résumé :

"Nous avons chacun, notre propre perception de l'espace ; c'est un concept ouvert, avec des significations différentes en fonction des situations. La physique, l'Astronomie, la poésie, ou simplement la vie de tous les jours, propose une interprétation particulière du mot et lui applique des lois et des significations différentes."

Type de média :
Date de diffusion :
2004
Personnalité(s) :

Éclairage

Durée totale : 17'

"Nous avons chacun, notre propre perception de l'espace ; c'est un concept ouvert, avec des significations différentes en fonction des situations. La physique, l'Astronomie, la poésie, ou simplement la vie de tous les jours, propose une interprétation particulière du mot et lui applique des lois et des significations différentes. Alors, tenter d'en donner une définition est une tâche difficile, mais nous pouvons toutefois dire que l'espace est quelque chose autour de nous qui peut ou pas avoir des limites, et dans lequel nous nous déplaçons et agissons aussi bien que d'autres objets. Par ailleurs, l'espace est très fortement lié au temps, dans lequel nous nous déplaçons aussi, mais seulement dans un seul sens, ce qui donne un sens à notre perception de l'espace.

En musique, l'espace aussi à plusieurs et différentes significations : position ou séparation des instruments, diffusion du son dans une salle, la perception poétique de la musique. Dans la musique électroacoustique, et plus particulièrement dans la musique acousmatique, la signification est encore différente (l'espace c'est toujours l'espace, mais le contexte précise les définitions). Les sons sont organisés dans un espace : gauche – droite, s'il y a seulement deux haut-parleurs, et dans des positions beaucoup plus complexes si la musique est composée pour un support multipiste, tel que le 5.1 ou 8 canaux. Les sons possèdent donc une distribution spatiale en musique acousmatique en fonction du support de composition.

Mais les sons transportent aussi un espace. Soit espace réel ou virtuel, le fait d'écouter un son produit par une source invisible (l'essence de l'acousmatique), produit une perception spatiale. François Bayle explique qu'étant donné que les sons se déroulent dans le temps, et que l'espace-temps est un continuum, à chaque occasion que nous écoutons un son, nous lui construisons l'espace autour, nous créons une image du son dans notre esprit, contenant son origine possible, sa relation temporelle avec notre propre conscience temporelle et sa dimension spatiale pour notre perception spatiale.

Il y a aussi les salles de concert, avec des dizaines de haut-parleurs, qui donnent vie à la musique mais apportent également leur dose d'effets non voulus, tels que réverbération, absorption de certaines fréquences, échos, trous brillants et opaques, le tout compliquant la tâche d'écoute. Néanmoins, si nous voulons réunir beaucoup de monde au même moment pour écouter la même œuvre (ce qu'on appelle un concert), alors nous devons assumer cette situation complexe pour laquelle un dispositif complexe de haut-parleurs peut être extrêmement bénéfique.

Ce qui nous donne trois niveaux d'espace : l'espace des sons eux-mêmes, l'espace des sons dans l'œuvre, et l'espace dans lequel les sons évoluent quand nous les écoutons. Étant donné que nous sommes dans le domaine artistique, lequel fait appel à nos émotions et impressions, et étant donné que nous ne connaissons pas l'origine des sons que nous écoutons, et que ces sons sont organisés dans une musique qui s'adresse à notre esprit ; alors je dois dire qu'il existe un quatrième niveau, dans lequel nous inventons des mondes à travers notre imaginaire.

Spaces of Mind (Espaces de l'esprit) concilie tous ses mondes, qui sont fortement suggérés par l'organisation spatiale des sons (des sons qui ont leur espace, qui se déplacent et interfèrent avec les murs de la salle). Ce n'est pas "L'origine des espaces" ou "Études sur l'espace" ; il s'agit des manières dans lesquelles l'organisation de l'espace, produit des visions dans notre esprit et comment nous expérimentons le mouvement, la multiplicité des sources, les positions discrètes, ou le fait d'être complétement entouré de sons dans leur espace."

(Daniel Teruggi)