Edgard VARÈSE, Poème électronique

1958
03m 06s
Réf. 00382

Notice

Résumé :

Poème électronique a été composé pour le spectacle "lumière, couleur, rythme, son, image" conçu par Le Corbusier. Théoriquement divisé en sept séquences, l'ouvrage place le spectateur au centre d'émotions et de sensations visuelles.

Type de média :
Date de diffusion :
1958
Personnalité(s) :

Éclairage

Durée totale : 8'

Poème électronique a été composé pour le spectacle "lumière, couleur, rythme, son, image" conçu par Le Corbusier. Théoriquement divisé en sept séquences, l'ouvrage place le spectateur au centre d'émotions et de sensations visuelles, fruit d'une communion de travail entre photographes, cinéastes, éclairagistes, tandis que l'électroacoustique permettait à Varèse de déclencher une composition sonore et mobile conçue en fonction de l'espace.

Aucun synchronisme n'était particulièrement recherché entre spectacle et musique : une part de l'efficacité devait au contraire résulter d'une distance voulue entre les différents discours, le reste étant alimenté par de fréquentes concordances accidentelles.

Les éléments de la musique - sons électroniques, percussions, cloches, voix humaines d'une grande simplicité - n'ont d'autre valeur souhaite que celle de leur organisation.

Varèse parlait avec réticence du contenu émotionnel de son poème, disant qu'il devait s'exprimer de lui-même. "Tragédie" indiquait-il, tandis que Le Corbusier affirmait : "Le Poème électronique se propose de montrer, au sein d'un tumulte angoissant, notre civilisation partie à la conquête des temps modernes".

Cinquante ans plus tard l'oeuvre sonne toujours avec un éclat insolite. Emblème électronique de la modernité musicale, le Poème suspend le temps et l'espace, habité de couleurs et de formes toujours inédites.

-

"Vitesse et synthèse sont les caractéristiques de notre époque. Nous avons besoin d'instruments du vingtième siècle pour nous aider à les réaliser en musique"

(Edgard Varèse, 1920)