Amon TOBIN, Création

11 mars 2006
01m 55s
Réf. 00413

Notice

Résumé :

Festival PRÉSENCES électronique 2006

Type de média :
Date de diffusion :
11 mars 2006
Personnalité(s) :
Thèmes :

Éclairage

Au milieu des années 90, ce jeune Brésilien résidant au Royaume-Uni décide de mettre au placard son harmonica et de se payer un sampler. Il se rebaptise Cujo en hommage à Stephen King, et se fait connaître avec l'album Cujo's Adventures In Foam (label Ninebar Records, devenu ensuite Ninja Tune). Dès la sortie de ce premier album, le label Ninja Tune le signe sous le nom d'Amon Tobin et il se lance dans la composition de Bricolage, qui est tout de suite apparu comme une étoile dans le ciel, une révélation.

Tout juste après, sort Permutation. Bien que digne héritier de Bricolage, cet album, beaucoup plus sombre, marque une nouvelle étape : ambiance cinématographique de Like Regular Chickens et People Like Frank, registre breakbeat massif de Sordid (sans contestation, un de ses hits), souffle caravanesque de Nightlife, et note langoureuse et apaisante du dernier titre Nova (qui sera d'ailleurs repris plus tard sur le titre Samba Da Bencao du premier album de Bebel Gilberto).

Son album suivant, Supermodified est un opus très "fin de siècle", composé comme si la fin du monde était imminente. Pour la première fois, il fait appel à quelques collaborateurs pour faire son mix (principalement Chris Morris de Brass Eye et Blue Jam fame, et le beatboxer de Montréal, Quadraceptor). Pour cet album, Amon laisse un peu de côté le jazz et la bossa nova, pour une drum'n'bass plus sombre, digne des meilleures musiques de films : Four Ton Manti est désormais un classique, Deo aurait fait la fierté de Sergio Leone et Get Your Snack On rend hommage à une des meilleures parodies de publicité d'Internet.

En 2002, Amon décide de quitter le Royaume-Uni pour Montréal. Comme les bureaux américains de Ninja Tune sont basés là-bas, il prend son temps, et s'imprègne de la culture américaine. Dès qu'il sent les premières gelées, il s'enferme dans son nouveau studio pour imaginer l'album suivant, Out From Out Where, en référence au "There" intersidéral de Sun Râ de Out From Out There. La longue tournée qui a suivi la sortie de cet opus a donné naissance à l'album Live Solid Steel, enregistré en Australie en juin 2004, où Amon peaufine son set grâce à la technologie Final Scratch.

Au début de la même année, il est contacté par les développeurs d'Ubisoft pour composer la musique du 3e volet du célébrissime jeu vidéo, Splinter Cell. C'est l'occasion pour lui d'expérimenter une nouvelle façon de travailler et de composer une bande-son : moins excessive, mêlant des arrangements de cordes à des solos d'orgue Hammond.

Le jeu vidéo s'est vendu à 5 millions d'exemplaires et le CD est sorti sous le label Ninja Tune en janvier 2005.

La version 5.1 de son prochain album sera mixée au GRM en mai 2006.