Francis DHOMONT, A propos de K.

11 novembre 2006
07m 04s
Réf. 00421

Notice

Résumé :

"À propos de K , où il est évidemment question de Kafka, est l'une de ces recherches préliminaires pour Le cri du Choucas, un long travail en cours sur l'univers et la personnalité de cet auteur. D'autres études existent déjà, comme Brief an den Vater — sur le texte en allemand de la Lettre au père — créée au ZKM de Karlsruhe en 2005, ou Premières traces du Choucas qui a été récemment présentée à Bruxelles et à Montréal en création."

Type de média :
Date de diffusion :
11 novembre 2006
Personnalité(s) :

Éclairage

Durée Totale 22'

"Les œuvres d'envergure comme ...mourir un peu, Sous le regard d'un soleil noir ou Forêt profonde me demandent toujours une longue période de réflexion (des années parfois) et de nombreuses ébauches.

À propos de K , où il est évidemment question de Kafka, est l'une de ces recherches préliminaires pour Le cri du Choucas, un long travail en cours sur l'univers et la personnalité de cet auteur. D'autres études existent déjà, comme Brief an den Vater — sur le texte en allemand de la Lettre au père — créée au ZKM de Karlsruhe en 2005, ou Premières traces du Choucas qui a été récemment présentée à Bruxelles et à Montréal en création.

Kavka est le nom tchèque du choucas, sorte de corbeau, dont l'effigie servait d'enseigne au magasin de Hermann Kafka, père de Franz. La symbolique animale, très présente chez Kafka, m'a suggéré ce rapprochement et ce titre pour ce troisième volet de mon Cycle des profondeurs : cri profond, solitaire, jamais emphatique et souvent étouffé, qui se fait entendre dans chaque roman de Kafka, dans chaque récit, fût-il fragmentaire. Quant au C majuscule attribué dans mon titre au mot choucas, il confirme qu'il s'agit ici d'un nom propre.

Dans cet À propos, pas encore de texte mais une recherche sonore et une approche impressionniste des thématiques kafkaïennes guidées par les écrits de Marthe Robert; celles concernant l'écrivain — la culpabilité, le père, l'ascétisme, la solitude, la maladie — qui se confondent souvent avec celles de l'œuvre — les dédoublements, la Loi, la judéité, le célibat — et avec l'écriture elle-même profondément marquée par les mécanismes qui contribuent à l'élaboration du rêve : "Le talent que j'ai pour décrire ma vie intérieure, vie qui s'apparente au rêve - note Kafka - a fait tomber tout le reste dans l'accessoire (...)". Kafka, Journal, p. 385."

(Francis Dhomont)