Jean DUBUFFET, Gérard PATRIS, Autoportrait Dubuffet

01 janvier 1964
-
Réf. 00824

Notice

Résumé :

Le film débute par une séquence filmée pendant les préparatifs du documentaire où Gérard PATRIS parle avec DUBUFFET et lui montre un texte de l'artiste où il est question de musique et de peinture. Il lui demande ce qu'il penserait d'un moment dans le documentaire où il pourrait développer cette idée. DUBUFFET s'emporte : « Faut pas que ça ressemble à tous les films à la con sur les peintres. C'est ce qu'il ne faut pas faire ! C'est tocard ça, voyons, un film pour faire ça ! Il n'y a pas besoin du service de la recherche pour faire ça, le dernier reporter de France Soir.... Non ayez des idées plus inattendues que ça ! Surprenantes ! Alors le Service de la Recherche, forcément, en même temps on attend quelque chose de surprenant d'inattendu.. »

Type de média :
Date de diffusion :
01 janvier 1964
Thèmes :

Éclairage

C'est autour des toiles de DUBUFFET, réunies sous l'appellation générique de Fleur de barbe, pendant leur exposition au musée des arts décoratifs, que Gérard PATRIS trouve l'idée formelle autour de laquelle il va organiser tout son autoportrait DUBUFFET.

Fleur de Barbe c'est aussi le titre d'un poème écrit par le peintre lui-même, poème que DUBUFFET va scander, chanter, crier, de sa voix rocailleuse sublime, en s'accompagnant lui même d'instruments de musique traditionnels : flûtes, percussions, appeaux, métaux, etc., créant une étrange cantillation dont les accents renvoient à des rites traditionnels anciens.

Des caméras dissimulées l'ont filmé, à son insu, pendant son travail en studio, puis alors qu'on lui montrait des séquences de l'émission Terre des Arts à laquelle il avait participé. Ses réactions ont été montées en alternance avec les passages projetés qui apparaissent sur l'écran d'un appareil de télévision - "Tout cela, dit-il, c'est du cinéma !" - et vient démontrer par son contraire la valeur de témoignage de la caméra invisible - Le film ainsi réalisé dépasse la seule approche de l'œuvre en offrant plus qu'un portrait en creux, le visage le plus vrai de l'artiste et de l'homme, son autoportrait par un autre.

On ne peut pas à proprement parler d'une musique de film pour accompagner cet "essai télévisuel", dans la mesure où le film s'articule principalement autour des interventions poétiques de DUBUFFET.

Dans le générique, le travail sonore est mentionné de la manière suivante "Eléments sonores Jean DUBUFFET Luc FERRARI". Les interventions de Luc FERRARI sont relativement discrètes, jouant le rôle d'élément structurant en venant ponctuer les moments charnières du film, laissant la part belle aux sublimes actions poétiques de DUBUFFET.

Ce film reçut une mention de qualité CNC en 1964.

Production : Production propre

Société de programme : Office Radio Télévision France

Fonds : RTF/ORTF