René BLANCHARD, Le Télescripteur

05 octobre 1964
-
Réf. 00827

Notice

Résumé :

Un téléscripteur est un appareil qui équipe les régies de télévision qui permet d'écrire des génériques, des textes, mélangés ou non avec d'autres images, destinés à apparaître sur l'écran de télévision avant d'être diffusée chez les téléspectateurs. Dans ce film, conçu comme véritable interlude à intercaler entre les programmes de télévision, un petit personnage représentant le téléscripteur peine à écrire sur l'écran "Dans quelques instants la suite de notre programme". Le film est réalisé à partir d'une animation et d'un graphisme très simplifiés. Les gags sonores y ont autant d'importance que les gags visuels.

Type de média :
Date de diffusion :
05 octobre 1964
Thèmes :

Éclairage

Ce film est révélateur des orientations du Service de la recherche qui cherche, dès 1964, à montrer qu'il se préoccupe tout autant de l'intégration à l'antenne de ses productions que de la recherche audiovisuelle fondamentale pure. Cette implication s'exprime jusque dans ce qui relève habituellement de l'habillage et de la direction de l'antenne. Des petites productions conçues comme de petits intermèdes entre les programmes s'emparent de cette thématique pour mieux tenter de la détourner.

La musique, de Bernard PARMEGIANI, mentionnée dans les notices de l'INA en tant que « musique originale œuvre télé » est construite sous la forme d'un collage horizontal, en cut up, de sons concrets, de bruit très identifiés, de courtes séquences vocales, organisées comme une véritable musique concrète à programme, constituant une forme de burlesque sonore, en synchronisation directe avec les péripéties d'un petit personnage qui tente, non sans mal, d'interrompre les programmes et qui s'impatiente ensuite, avec tout autant de difficultés et d'énervement réussir à les reprendre. La musique de Bernard Parmegiani tente elle aussi de s'émanciper des règles de la composition concrète, non sans une pointe d'autodérision transgressant toutes les règles propres au solfège des objets musicaux, mais où l'idée de gag sonore prend tout son sens.

Fonds : RTF/ORTF