KERNEL, The Deep (festival PRÉSENCES électronique)

14 mars 2009
-
Réf. 00968

Notice

Résumé :

Extrait de la pièce présentée lors du festival PRÉSENCES électronique le samedi 14 mars 2009 à 16h00, atelier 4 du CENTQUATRE (Établissement Artistique de la ville de Paris).

Type de média :
Date de diffusion :
14 mars 2009
Thèmes :

Éclairage

KERNEL (Eryck ABECASSIS / Kasper T. TOEPLITZ / Wilfried WENDLING)

KERNEL (en informatique, noyau, coeur d'un système d'exploitation) est un ensemble, fondé en 2007 par Kasper T. TOEPLITZ, avec Eryck ABECASSIS et Wilfried WENDLING, dont la visée est l'interprétation en live de compositions de musique électronique.

Live:l'ordinateur est utilisé comme un instrument à part entière – et non pas comme une boîte noire dont on sortirait des sons préalablement fixés (fichiers-son, samples, séquences) – il s'agit bien de création, de synthèse en temps réel : du live intégral (ce qui au demeurant est une constante, depuis toujours, du travail de Kasper T. Toeplitz).

Compositions: cela implique l'invention d'un langage, d'une écriture a priori (il ne s'agit pas de notation a posteriori), spécifique à la musique électronique, qui de fait se situe essentiellement en-dehors du système solfégique. Cette écriture, essentiellement graphique, dont l'unité n'est pas la note mais le hertz, reste encore largement à développer et fixer, l'enjeu étant bien de rendre possible, pour la musique électronique, ce qui fait la force de la musique « classique » (appellation qui aujourd'hui inclut aussi bien celle dite « contemporaine »), à savoir non seulement l'immense marge inventive offerte par l'utilisation d'un métalangage de pensée musicale, l'écriture dans le silence, désaliénée des contingences des possibles sonores, mais encore la passation des oeuvres, et par là même la pérennisation d'un répertoire, jusqu'alors confiné aux seuls enregistrements, et, en public, à la simple diffusion, ou dans le meilleur des cas à leur exécution par le seul compositeur.

Interprétation/Ensemble: il s'agit de déterminer quelles sont les éventuelles variables qui peuvent être manipulées en cours de jeu, sans pour autant dénaturer l'idée compositionnelle, ce qui revient en dernière analyse à cerner ce qui fait l' « essence » d'une composition, mais aussi, plus pragmatiquement, ce que recouvrent, dans le contexte de l'ordinateur instrument, les notions d'interprétation au sens plein, de « jouer ensemble », et même de virtuosité.

 

NOTICE : The deep

La composition de Kasper T. TOEPLITZ pour KERNEL, est une architecture d'accumulations de plans bruiteux, couches de sons destructurés, décomposés, distordus - un long flot d'une constante accélération. En son milieu un calme apparent, une lente respiration sub-basse. Comme toujours avec KERNEL, la musique est entièrement pré-composée (et la partition en télechargement sur le site du groupe) et elle est jouée en live - essentiellement sur ordinateurs - en synthèse temps-réel (ni samples, ni sound-files, ni sequencers) par les trois musiciens.

Le concert de PRÉSENCES électronique du 14 mars 2009 a été donné pour un public couché.