Parcours thématique

Le développement urbain de Nantes

Jean Renard

Introduction

Pour replacer les débats et leur donner sens nous devons rappeler que les édiles nantais ont souvent eu un temps de retard face aux grandes décisions d’urbanisme et d’aménagement, sauf pour la mise en place d’un réseau de transports en commun. Cela s’explique peut-être par leur comportement.

Ainsi la ville se débarrasse de ses murailles médiévales tardivement. Au XVIIIe siècle l’embellissement de la ville et les initiatives des architectes viennent trop tard. La Révolution tue dans l’œuf bien des projets, contrairement à Bordeaux. Au début du XIXe, sous la Restauration, on continue le trafic illégal des esclaves. Dans les années 1960, on refuse le statut de communauté urbaine. Tout au long du XIXe siècle et jusque dans les années 1960 on échoue à restaurer l’université, les Rennais mettant volontiers des bâtons dans les roues !

Aujourd’hui, alors que la ville a changé de nature, de statut et d’image, on peine à asseoir une gouvernance commune élargie à l’estuaire.

Le cas nantais est original dans le domaine de l’urbanisation.

Nantes fusionne au début du siècle avec les communes de Doulon (maraîchère) et de Chantenay (industrielle). Jusqu’à la fin des années 1950 l’agglomération se réduit à la commune de Nantes, à laquelle s’ajoute au sud de la Loire la commune de Rezé.

Il reste encore aux limites de la ville de grands espaces agricoles et bon nombre de grandes propriétés agrémentées de parcs paysagers. Immédiatement au-delà, une couronne de vastes communes agricoles et de bourgs a peu à voir avec la ville, tant au plan des relations économiques que politiques. L’image utilisée par A. Siegfried et plus tard par Julien Gracq d’une « ville kyste » sans relations avec son environnement immédiat, ou « d’un îlot républicain dans un vaste océan d’Ancien Régime », est encore justifiée. Il en va différemment aujourd’hui.

En un demi-siècle, et en trois phases successives, la ville va passer au statut de métropole à dimension européenne, en se dotant au passage des infrastructures et équipements nécessaires. Parallèlement les surfaces urbanisées passent en trente ans de 5 000 à 15 000 hectares. L’étalement urbain est la résultante de ces évolutions.

Les difficultés de l'après-guerre

Après les destructions de la Seconde Guerre mondiale, Nantes tente de retrouver ses fondamentaux : redevenir un grand port industriel et colonial. En fait, les années qui suivent la fin du conflit témoignent d’une lente et difficile reconstruction de la ville sur elle-même.

Le bilan des bombardements

Au lendemain de la guerre, Nantes est une ville blessée. Les deux bombardements des alliés des 16 et 23 septembre 1943, et celui des Batignolles le 23 mars, ont provoqué des dégâts considérables. Aux nombreux morts et blessés s’ajoute l’exode de la population. Les deux tiers des habitants fuient vers les campagnes voisines. Des rues entières du centre-ville ont été touchées, notamment les magasins Decré et la rue commerçante du Calvaire, l’Hôtel-Dieu, mais aussi les chantiers de Bretagne. Le bilan est lourd : 1 463 civils tués, 2 500 blessés, 10 000 sans-abri, 700 immeubles détruits. Cela vaudra à la ville la reconnaissance de la Nation.

En 1943, le gouvernement de Vichy avait confié aux services municipaux nantais l’organisation de l’aménagement et de la reconstruction. Mais se pose alors la question d’un nouveau plan d’urbanisme. Le gouvernement provisoire désigne en 1945 l’architecte, grand prix de Rome, Michel Roux-Spitz comme architecte en chef. Il devra travailler sous l’égide de la municipalité. Le programme est vaste : nouvelles voies de circulation, parcs et jardins, quartiers résidentiels avec un souci d’hygiène et d’esthétique. Les architectes Sébille, Robida et Coutan auront beaucoup de difficultés à faire admettre ces points de vue modernistes malgré l’appui de la municipalité. Il s’agit plus d’une reconstruction que d’un réaménagement complet de la ville. Des baraquements vont suppléer au manque de logements. Ceux du centre-ville (Boulevard Guist’hau, cours Cambronne) vont vite disparaître. Ceux de la périphérie (Grand Blottereau, Chêne des Anglais) subsisteront jusqu’à la fin des années 1960 !

Bombardements à Nantes

Bombardements à Nantes

Le centre de Nantes est en ruine après les bombardements anglo-américains. On dénombre 700 morts, dont 50 à l'Hôtel-Dieu, et 10000 sans-abri mais la solidarité s'organise pour venir en aide aux sinistrés.
24 sep 1943
01m 25s
Fiche (000194)
La reconstruction de Nantes

La reconstruction de Nantes

Nantes est une ville détruite en 1945, au sortir de la guerre. L'architecte Michel Roux-Spitz se voit alors confier la charge de planifier sa reconstruction. Les plans, élaborés à partir d'anciens projets et approuvés par les Nantais, transforment celle-ci tout en préservant le patrimoine immobilier historique. Les photos conservées par les Archives municipales témoignent de cette mutation.
17 oct 2017
02m 32s
Fiche (000190)

La démolition du pont transbordeur : un symbole (1958)

La démolition du pont transbordeur situé au droit du quai de la Fosse et qui datait de 1903 est un symbole fort. Il servait au transport des ouvriers des chantiers d’une rive à l’autre de la Loire. Le document (muet) montre le démantèlement et le transfert sur barge des éléments devant la foule rassemblée sur le quai. C’est un pan du patrimoine nantais qui disparaît. Le souvenir de ce pont reste ancré dans la mémoire des Nantais. Aujourd’hui, un projet porté par des associations de la société civile reposant sur une construction du même type plus à l’aval, traduit même une certaine nostalgie de cet ancien mode de franchissement.

Démolition du pont transbordeur de Nantes

Démolition du pont transbordeur de Nantes

Construit en 1903, le pont transbordeur de Nantes est en cours de destruction. Sa partie centrale est démontée puis transportée sur un navire fluvial devant une foule de Nantais.
22 mai 1958
01m 37s
Fiche (000010)

La seconde ligne de ponts (1966)

Longtemps les deux rives du fleuve ont été franchies par une seule ligne de ponts s’appuyant sur la présence d’îles, de gués et de chaussées. Or il s’agissait du seul point de franchissement du fleuve à l’aval d’Angers ! De la tour de Pirmil au sud, à la ville médiévale de Nantes, une ligne de ponts permettait de franchir les deux bras principaux de la Loire, de la Madeleine et de Pirmil. Emportée à plusieurs reprises par les crues et les glaces, la ligne de ponts est reconstruite en pierre à partir de 1569 et à plusieurs reprises, au long des ans. On comptabilise 6 effondrements du pont de Pirmil depuis le XVIe siècle, le dernier en 1924, avant la destruction du pont par les Allemands le 12 août 1944. Un pont provisoire de bateaux permettra le franchissement pendant quelques années. Après sa reconstruction, et face à l’accroissement des trafics, la nécessité d’une deuxième ligne de ponts, envisagée dès le XVIIIe siècle, s’impose. Elle se réalisera en 1966 avec la construction des ponts Aristide Briand et Georges Clemenceau, reliant le château de Nantes à Saint-Sébastien.

Depuis lors la question des franchissements va occuper les édiles nantais jusqu’à aujourd’hui avec la multiplication des ponts : pont de Bellevue (1970), d’Anne de Bretagne (1975), Haudaudine (1979), Tbilissi, Willy Brandt, des Trois continents, et tout récemment Eric Tabarly et Léopold Senghor.

L’autre ligne de ponts, dit pont de la Vendée, est réservée au trafic ferroviaire depuis le XIXe siècle

La deuxième ligne de ponts à Nantes

La deuxième ligne de ponts à Nantes

Les ouvriers s'activent à la construction de la seconde ligne de ponts de Nantes sous le regard de personnes venues visiter les chantiers. Le franchissement de la Loire en sera grandement facilité.
14 avr 1965
02m 18s
Fiche (000020)
Les travaux du pont de Bellevue à Nantes

Les travaux du pont de Bellevue à Nantes

Les travaux du Pont de Bellevue qui enjambe la Loire arrivent à leur terme. Avec ses 370 mètres, ce sera le plus long de la région nantaise. Son ouverture est prévue en avril et permettra l'accès, à partir de la route de Paris, à l'échangeur au sud de la seconde ligne de ponts.
05 mar 1971
01m 53s
Fiche (000037)

L’inauguration du magasin Record par la famille Decré (1967)

En 1967 ouvre à Saint-Herblain, le long de la route de Vannes et au pied du Sillon de Bretagne, le magasin Record. C’est le premier hyper de l’Ouest, après l’ouverture en Île de France de celui de Sainte-Geneviève-des-Bois en 1963.

Il est créé par la famille Decré qui possède dans le centre-ville de Nantes un vaste magasin, détruit lors des bombardements et reconstruit, devenu depuis les Galeries Lafayette.

C’est au retour d’un voyage d’études aux Etats-Unis que Michel Decré copie le concept. Sur 5000 m2, on trouve déjà tout ce qui fera le succès de ce type de magasin : libre-service, caddies, caisses, rayons spécialisés, vaste parking. Cette ouverture annonce une véritable révolution dans la distribution. C’est le début des grandes surfaces qui quelques années plus tard se situeront au débouché des principaux axes de circulation de l’agglomération. En 1971 l’hypermarché passera sous la bannière du groupe Carrefour.

Inauguration du plus grand libre-service de l'Ouest, Record

Inauguration du plus grand libre-service de l'Ouest, Record

Le premier hypermarché Record vient d'être inauguré en périphérie de Nantes, à Saint-Herblain. Les invités se pressent au cocktail et les clients dans les rayons et aux caisses du magasin.
02 sep 1967
01m 09s
Fiche (000026)

La Cité Radieuse (1955)

Construite en 1955 sur la commune de Rezé, la Cité Radieuse du Corbusier, une barre de béton sur pilotis et 17 étages, appartements duplex avec balcon, va rapidement susciter des commentaires enthousiastes ou critiques et bon nombre de reportages. Avec 294 appartements, 1250 habitants dont 600 enfants de moins de 15 ans, une école maternelle sur le toit, des appartements conçus un peu comme des cabines de bateau, elle offre selon ses premiers habitants confort et tranquillité. Tous ses habitants entendent y rester et bénéficient d’une solidarité vécue. Il en ira différemment plus tard, avec le renouvellement des locataires, les critiques portant sur la hauteur des plafonds, l’exiguïté de la cuisine, l’absence de placards, etc.

Il n’empêche, la Cité Radieuse de Rezé, l’une des cinq existantes dans le monde, est emblématique et fait désormais partie du patrimoine nantais que l’on peut comparer au sillon de Bretagne, lequel a subi, après quelques années, bon nombre de critiques.

La Cité radieuse à Rezé

La Cité radieuse à Rezé

Les 1250 habitants de la Cité Radieuse à Rezé (édifiée par Le Corbusier) ont progressivement emménagé depuis 1955. Toutes les personnes interviewées, jeunes comme vieux, résidents comme gardien, sont ravies de ce cadre de vie moderne où l'on trouve confort et tranquillité.
02 juil 1964
03m 19s
Fiche (000103)

Les premiers grands ensembles : des Dervallières à Malakoff

Dès 1946 les réalisations de la cité-jardin du Grand Clos par Michel Roux-Spitz et des HLM de la cité des Hauts-Pavés, au nord de la place Viarme, poursuivent une politique de lotissements et de petits ensembles, inaugurée dès 1938 avec la cité de l’Hermitage. Mais il faut attendre la fin des années 1950 pour voir se déployer de grands ensembles. La caractéristique première étant que, contrairement à d’autres agglomérations, ils vont s’élever dans la ville-centre plus que dans les communes de banlieue. Le premier d’entre eux est celui des Dervallières, construit entre 1956 et 1963, sur les coteaux de la Chézine, dans le vaste parc d’un ancien château. Avec 2 650 logements il abrite environ 10 000 habitants, souvent, à l’origine, d’anciens ruraux attirés par l’emploi en ville. Plus tard il va concentrer, comme nombre de grands ensembles, des populations immigrées. Vantée au départ par son environnement naturel, la cité des Dervallières (conçue par l’urbaniste Marcel Favraud) va connaître comme les autres (Clos-Toreau au sud de la ville, la Boissière au nord, Bellevue, la Bottière) une lente dégradation avec l’abandon de la mixité sociale souhaitée et un sentiment d’enfermement des populations. Il en ira de même pour le dernier grand ensemble de Malakoff, construit entre 1967 et 1971 entre les voies ferrées et la Loire, constitué de tours et de barres de 10 à 16 étages.

A partir des années 1990 des rénovations sont engagées dans le cadre de la politique de la ville.

Inauguration de logements à Malakoff

Inauguration de logements à Malakoff

A Nantes, dans le quartier de Malakoff, les chantiers de construction de logements actuellement en cours étaient inspectés, certains édifices étant déjà quasiment achevés. Comme l'illustre la maquette de l'ensemble du projet, celui-ci relève d'une architecture moderne, nouvelle dans l'agglomération.
10 mai 1969
47s
Fiche (000178)

La lente reconstruction du CHU centre et de la faculté de médecine

Les bombardements de 1943 ont gravement touché l’Hôtel-Dieu. Il faudra plusieurs années pour reconstruire les locaux de l’hôpital sur le même emplacement et des facultés de médecine et de pharmacie, ces dernières abritées encore à la fin des années cinquante dans des bâtiments et baraquements provisoires.

En 1964 est évoqué le projet de construction d’un nouvel hôpital sur un vaste terrain d’une cinquantaine d’hectares, sur la commune voisine de Saint-Herblain alors en pleine expansion démographique. Le feu vert sera donné seulement en 1977 par Simone Veil. Les travaux débutent en 1979 et s’achèvent en 1984. L’hôpital nord, baptisé Laennec du nom du médecin nantais, comprend à son ouverture 555 lits et aura coûté 350 millions de francs.

Parallèlement, le CHU du centre-ville va s’agrandir avec un pavillon de la mère et de l’enfant, un nouveau plateau technique et la multiplication de laboratoires de recherche.

Au début du nouveau siècle est projetée la reconstruction du CHU sur des terrains de l’île de Nantes, à proximité de la nouvelle faculté de pharmacie et de médecine, en regroupant les services des trois sites sur un seul lieu : l’hôpital du centre-ville, Laennec et Saint-Jacques au sud de la Loire. Projet qui suscite de nombreux débats.

Pour mémoire il faut rappeler que les cliniques privées, nombreuses sur la place de Nantes, vont quant à elles quitter pour l’essentiel le centre-ville, se regrouper, et s’installer stratégiquement à l’entrée de la ville sur les principaux axes.

L'hôpital Nord à Nantes

L'hôpital Nord à Nantes

L'hôpital Nord, qui a coûté 350 millions de francs, disposera de 555 lits, de 13 blocs chirurgicaux et d'un équipement technique sophistiqué. Son directeur Georges Costargent annonce l'arrivée de ses premiers patients cette semaine. Cet hôpital est le plus récent des CHU, mais les effectifs sont jugés insuffisants malgré le transfert de personnels depuis les autres hôpitaux nantais.
17 jan 1984
04m 27s
Fiche (000062)
Le Centre hospitalier régional de Nantes

Le Centre hospitalier régional de Nantes

La modernisation du CHR de Nantes-Hôtel-Dieu prend forme, son plateau technique est presque achevé. Cet hôpital concentrera les services d'urgences et de recherche, les laboratoires étant regroupés sur un même lieu. L'accueil des urgences a été amélioré, 468 chambres remises à neuf et des blocs opératoires rénovés ou créés.
11 juil 1990
02m 06s
Fiche (000090)

L’essor de l’aéroport de Nantes Bouguenais (1964)

Né en 1928, l’aéroport de Nantes Château-Bougon, situé au sud-ouest de l’agglomération va connaître son envol après la guerre (1951). Les aménagements réalisés entre 1954 et 1970 (piste allongée, construction d’une aérogare, déviation des voies ferrées) vont permettre un trafic d'un million de passagers en 1993, ce qui en fait le premier aéroport de l’Ouest. En 1988 il prend le nom de Nantes-Atlantique. En 2000 le trafic est de 2 millions de passagers et en 2007 de 2,7 millions. Il a l’avantage d’être à proximité de la ville, à laquelle il pourrait être aisément relié par voie ferrée ou tramway, mais ce qui entraîne des problèmes de survol et de bruit. D’où le projet d’un nouvel aéroport au nord de l’agglomération à Notre-Dame-des-Landes, lancé au début des années 1960 pour accueillir le Concorde, puis pour en faire un aéroport de délestage des plates-formes parisiennes, et enfin l’aéroport dit du Grand Ouest. La part des low-cost et des vols loisirs augmente régulièrement.

Un contentieux existe au sein des populations entre le maintien et la modernisation de l’actuel aéroport et son transfert à Notre-Dame-des-Landes.

L'aéroport de Nantes développe son trafic

L'aéroport de Nantes développe son trafic

L'aéroport Château-Bougon de Nantes a inauguré il y a 3 mois la liaison aérienne Nantes-Paris. Le chargé des affaires aériennes évoque le développement du trafic, illustré par l'affectation d'un nouvel appareil sur la ligne Nantes-Lyon et la création d'une ligne Nantes-Brest.
01 jan 1964
01m 56s
Fiche (000017)
L'aérodrome régional de Notre-Dame des Landes

L'aérodrome régional de Notre-Dame des Landes

L'aéroport de Nantes devient trop petit et trop bruyant. Il est donc envisagé d'en construire un nouveau, entre Nantes et Rennes, à Notre-Dame-des-Landes. Si ce nouvel aéroport Ouest-Atlantique est perçu comme une nécessité pour les responsables techniques et politiques, les riverains sont partagés.
31 jan 1974
07m 17s
Fiche (000141)

Le retour de l’université en 1962 (et ses difficultés)

Supprimée sous la Révolution, la vieille université nantaise qui datait de 1460, déjà touchée par le transfert à Rennes en 1735 de sa Faculté de droit, ne va renaître officiellement qu’en 1962. Certes, un certain nombre d’enseignements supérieurs et d’écoles subsisteront grâce aux initiatives des élus et d’industriels pendant un siècle et demi. Ainsi la médecine et la pharmacie resteront enseignées, mais la délivrance des diplômes se fera ailleurs.

En dépit de multiples tentatives, et du fait de l’opposition des universitaires rennais, il faudra attendre 1962 pour la réouverture de l’université.

Au plan des constructions, l’essentiel se fera dans un premier temps sur de grands domaines acquis par la ville au nord : La Lombarderie pour la faculté des sciences, celle du Tertre pour le droit et les lettres. Ce campus hors la ville, conçu sous la responsabilité de l’architecte Louis Arretche, offrait de vastes espaces et un cadre naturel privilégié sur les coteaux de l’Erdre. On a au départ minimisé les perspectives de croissance puisque, par exemple, la faculté des lettres a été construite à l’image de celle de Dijon de 1950 ! Aussi a-t-il fallu procéder à des agrandissements successifs, toujours en décalage par rapport à l’explosion des effectifs. Au tournant du siècle l’agglomération nantaise comptait plus de 50 000 étudiants, dont environ 35 000 à l’université, y compris les délocalisations de Saint-Nazaire et de La Roche-sur-Yon.

Décentralisation administrative à Nantes

Décentralisation administrative à Nantes

La décentralisation vers Nantes est impulsée par l'Etat qui a implanté quatre services de deux ministères (Justice et Affaires étrangères) générant 280 emplois. Elle se matérialise aussi par l'implantation d'une nouvelle université. Au service du développement urbain et de l'industrie, elle pourra accueillir 10 000 étudiants, à la grande satisfaction du Recteur Schmitt.
21 oct 1966
01m 39s
Fiche (000197)
Projet Campus 2000

Projet Campus 2000

Le projet Campus 2000, porté par l'université, le district et la Mairie de Nantes, prévoit de réaménager le site universitaire du Tertre dénué de convivialité. Cet aménagement de vingt millions de francs, présenté aux étudiants sous la forme d'une maquette, vise à développer les accès, les espaces verts et les transports collectifs.
27 oct 1999
01m 19s
Fiche (000189)

Le transfert du MIN

Alors même que le transfert du Marché d'Intérêt National est acté sur la commune de Rezé pour laisser la place au futur CHU, il n’est pas inutile de revenir sur le déplacement du marché central de Nantes et son installation sur l’île Beaulieu en 1969. Le marché de gros était à l’étroit sur le Champ de Mars, mal desservi et saturé.

L’installation d’un MIN s’explique par les vocations portuaires et maraîchères de l’agglomération. Desservi par le chemin de fer, le MIN occupe un vaste terrain de 27 hectares associant entrepôts frigorifiques et réception de produits exotiques. Il rayonne sur 27 départements et est l’un des plus grands de France.

Le Marché d'Intérêt National de Nantes ouvre ses portes

Le Marché d'Intérêt National de Nantes ouvre ses portes

Le marché municipal de Nantes, arrivé à saturation, ferme ses portes pour céder la place au marché d'intérêt national. Vaste et équipé d'une ligne de chemin de fer pour un acheminement plus aisé des produits d'importation, ce marché améliorera le travail de tous, même si les commerçants du Champ de Mars voient, eux, leurs activités réduites.
28 mar 1969
06m 17s
Fiche (000030)
Visite du MIN

Visite du MIN

Ouvert en 1967, le Marché d'Intérêt National de Nantes, le 2e de France après Rungis, voit l'essentiel de son activité se dérouler tôt le matin. Les camions approvisionnent le marché avant l'arrivée des premiers clients vers 5h, des habitués qui connaissent les vendeurs. Ils y ont leurs repères et leurs techniques de négociation des prix.
25 juin 2005
07m 28s
Fiche (000125)

D’une ville sans banlieue à l’archipel urbain

A partir des années 1960-1965 le rêve de retrouver les activités autour du port et des industries emblématiques de la ville, chantiers navals et industries agroalimentaires, le tout animé par le capitalisme local de vieilles familles implantées depuis plus d’un siècle, fait faillite. Parallèlement on voit l’urbanisme de la ville se transformer, avec des infrastructures nouvelles, des fonctions et des équipements qui vont changer radicalement son visage.

La construction du périphérique

Suite à l’élection d’Alain Chénard en 1977, le projet de pénétrantes, en particulier le long de l’Erdre, est abandonné au profit d’un projet de périphérique ceinturant le cœur de l’agglomération, à l’image du périphérique parisien. Il sera achevé avec la construction du pont de Bellevue et plus encore avec le pont de Cheviré, détournant les trafics régionaux du centre-ville. Ce sera une œuvre de longue haleine s’étalant sur plusieurs années (1970-1994). Ce projet, long de 43 kilomètres, avec 23 « portes » ou échangeurs, redessine l’agglomération avec, aux croisements du périphérique et des grands axes de circulation, l’aménagement de ronds-points et échangeurs facilitant l’installation de zones commerciales disposant de vastes parkings. Souvent encombré, il fait régulièrement l’objet de critiques, projet de mise à 3 voies, risques de fermeture du pont de Cheviré par grand vent. Le transit ne représente qu’environ 10% du trafic, mais ce sont surtout des camions, les 90% restants étant les relations au sein de l’agglomération. Désormais il est commun d’opposer, de part et d’autre de la frontière que constitue de fait le périphérique, une ville à l’intérieur du périphérique à des communes situées au-delà.

Le réseau de contournement de Nantes

Le réseau de contournement de Nantes

Demain sera mis à la circulation le nouveau tronçon du périphérique entre Vertou et Rezé, portant à 40 km la longueur du contournement de Nantes. Cet ouvrage, qui fera de Nantes une ville ouverte, sera bouclé à l'avenir avec la construction du pont de Cheviré, le doublement du pont de Bellevue et la construction de 14 km d'autoroute au nord.
27 avr 1989
02m 07s
Fiche (000087)

Le secteur sauvegardé de Nantes

Décrire l’urbanisme d’une ville, ce n’est pas seulement dresser la liste des nouveaux équipements et infrastructures, c’est aussi examiner les monuments du passé et des quartiers historiques et leur préservation dans l’optique patrimoniale. Nantes a été pionnière en ce domaine en délimitant un secteur sauvegardé dès 1972, dans le cadre de la loi Malraux de 1962 sur la sauvegarde et la mise en valeur du patrimoine. Avec 126 hectares il est l’un des plus grands du pays, et recouvre la quasi-totalité du centre-ville. Les difficultés de sa mise en œuvre ne manquent pas du fait de la diversité des acteurs. A Nantes une association dynamique issue de la société civile - Nantes Renaissance - a pris à bras le corps ces problèmes en trouvant des subventions. Plus de 1200 immeubles ont été ainsi restaurés. A terme le secteur sauvegardé, du cours Cambronne à la place Louis XVI, est appelé à devenir pour l’essentiel un vaste plateau piétonnier. Les aménagements du cours des Cinquante Otages vont en ce sens.

Parallèlement les élus ont eu une active politique de revitalisation des friches industrielles. La manufacture des tabacs, le site LU, le jardin des fonderies, l’usine électrique, et les projets sur l’île de Nantes (halles Alstom) en sont le témoignage.

Le secteur sauvegardé de Nantes

Le secteur sauvegardé de Nantes

Le patrimoine architectural de Nantes, riche mais en contraste avec le développement urbain contemporain, dispose désormais d'un "secteur sauvegardé". Cette zone correspond au centre-ville et couvre 126 ha. Elle fait l'objet d'un projet de restauration et de mise en valeur qui doit faire face aux problèmes techniques et financiers.
21 fév 1976
06m 51s
Fiche (000179)

Le retour du tramway

Nantes a été pionnière dans ce type de transports, ce dès le XIXe siècle. Entre les deux guerres existait un dense réseau de lignes parcourues par les fameux trams jaunes, dont la mémoire est encore présente dans l’imaginaire des vieux Nantais. Le tram disparaît en 1958 et laisse la place, ici comme ailleurs, à l’automobile conquérante.

Sous la houlette du maire Alain Chénard a été envisagé dès 1977 le retour du tramway. Le projet était pionnier, aucune autre ville de France ne s’était alors engagée dans ce type de transport en commun, à la différence de nos pays voisins qui avaient conservé le leur, en particulier en Allemagne.

L’affaire va faire polémique, le nouveau maire élu en 1983, Michel Chauty, refuse d’inaugurer la première ligne, ouverte en 1985, qui suit les bords de la Loire. Une deuxième ligne desservant l’université au nord jusqu’à Rezé au sud, puis une troisième allant du CHU à Orvault complètent le dispositif, la place du commerce au cœur de la ville accueillant les trois lignes. Héritier du tramway nantais, le Busway est mis en service sur la ligne 4, en site propre, entre Vertou et la place Louis XVI.

Longtemps première ville de France en nombre de kilomètres de lignes de tramway, la ville a été dépassée par d’autres. Des projets demeurent, depuis la connexion des lignes 1 et 2, et un nouveau tracé dans l’île de Nantes qui pourrait desservir le futur CHU.

Le réseau de lignes a profondément modifié les modes et les lieux de l’urbanisation, ainsi que les déplacements des personnes. La voie qui utilise le cours des Cinquante otages et la rive de l’Erdre est un bon exemple de ces transformations.

Essais du tramway

Essais du tramway

Le prototype du tramway de Nantes circule enfin, avec 6 mois de retard du fait de problèmes techniques rencontrés par Alstom. Les travaux en ville sont en passe d'être achevés, avant une mise en service dès janvier 1985. Cette mise en service devrait être sans conséquence sur la circulation et apporter un nouveau confort aux Nantais.
07 aoû 1984
03m 57s
Fiche (000066)
Mise en service du tramway

Mise en service du tramway

Le premier tramway à Nantes, entre Commerce et Haluchère, a transporté aujourd'hui 15000 personnes pour sa mise en service. Les passagers le trouvent rapide, silencieux et confortable, sans comparaison avec l'ancien.
20 déc 1984
02m 09s
Fiche (000067)

Le Sillon de Bretagne

Ce très haut immeuble en forme pyramidale constitue un repère dans l’agglomération.

On a pu le comparer à un énorme navire, situé en ZUP, et dans lequel couloirs et coursives desservent 900 logements. Les premiers logements sont occupés dès 1971 et l’immeuble, achevé en 1974, est la propriété du Home Atlantique. Le petit nombre d’ascenseurs et d’entrées, et ses autres insuffisances en feront rapidement le symbole d’un grand ensemble cumulant les insatisfactions des locataires. Les dégradations vont suivre, la mixité sociale vantée sera vite abandonnée.

A partir de 1985 et jusqu’à aujourd’hui, des travaux d’aménagement lourds vont être entrepris, notamment avec l’installation de bureaux.

En 1989 le président de la République François Mitterrand viendra saluer la réussite de la réhabilitation !

Le Sillon de Bretagne

Le Sillon de Bretagne

La mairie de Saint-Herblain et la société Le Home Atlantique réaménagent le Sillon de Bretagne. Cet énorme ensemble, situé en ZUP, souffre en effet d'insalubrité et d'isolement. Le haut du bâtiment va être transformé en bureaux, les ailes vont disposer de plus d'ascenseurs et la plaine de jeux va être aménagée en espace public. Jean-Marc Ayrault, maire de la ville, en expose les grandes lignes.
23 sep 1981
03m 30s
Fiche (000054)
La réhabilitation du Sillon de Bretagne

La réhabilitation du Sillon de Bretagne

Le Sillon de Bretagne, à Saint-Herblain, est l'un des plus grand HLM de France. Il a été construit en 1971, mais dès 1977 des travaux de réhabilitation ont commencé à être engagés. L'architecte de cette rénovation, Michel Lameynardie, en explique la philosophie, redonner à l'ensemble une dimension humaine grâce à de nouveaux espaces de circulation et aussi par la réfection de la façade.
27 juin 1986
05m
Fiche (000073)

La Tour Bretagne

Seul immeuble de grande hauteur de la ville, la Tour Bretagne offre un signal quelque peu insolite dans le tissu urbain. Le projet, porté par le maire André Morice dès 1964, se voulait être une tour emblématique de bureaux digne d’une métropole d’équilibre et des Trente Glorieuses. Achevée en 1976 la tour se dresse place de Bretagne face aux immeubles de la poste centrale et de la Sécurité sociale, le tout occupant l’emplacement du vieux quartier du Marchix.

Ce gratte-ciel isolé, haut de 144 mètres, avec 29 étages, une terrasse panoramique et un sous-sol de parkings sur six niveaux, est pour beaucoup de Nantais une verrue qui ne s’imposait pas, d’autant que son occupation a été un succès mitigé, les entreprises publiques devant suppléer les entreprises privées. La fermeture de la terrasse a été aussi une question récurrente jusqu’à son ouverture récente.

Elle est désormais partie intégrante du paysage nantais, comme l’est le Sillon de Bretagne et, un temps, le Tripode.

La future Tour Bretagne à Nantes

La future Tour Bretagne à Nantes

Nantes-Réalités présente la maquette de la future Tour Bretagne à Nantes, qui sera implantée dans le quartier administratif en rénovation du Marchix. Il y aura 22 niveaux, 16500 m² utilisables, des parkings, une station-service et des commerces. Cette tour relève d'un choix architectural pensé en verticalité par Claude Devorsine.
13 oct 1967
02m 02s
Fiche (000027)
La Tour Bretagne

La Tour Bretagne

Les travaux de la Tour de Bretagne sont en passe d'être achevés. Immeuble de services et de commerces d'une hauteur de 144 mètres inséré dans le centre ancien de Nantes, le choix architectural qui a présidé à son érection ne fait pas l'unanimité chez les habitants. L'un de ses promoteurs répond aux sceptiques qu'il faut vivre avec son temps.
26 avr 1975
03m 40s
Fiche (000044)

La Beaujoire

La Beaujoire, c’est à la fois un parc régional des expositions de plein air et un grand stade ouvert à des compétitions internationales.

Le parc, situé sur les rives de l’Erdre, ouvre en 1971 pour les troisièmes floralies internationales qui se déroulent tous les quatre ans. Il résulte du transfert du parc du Champ de Mars situé en ville et trop à l’étroit. Des extensions successives sous la forme de halles couvertes lui permettent d’abriter nombre d’expositions dont la foire annuelle au printemps, mais aussi les candidats aux examens de l’université ! En 1988 le parc sera doté d’une roseraie.

Inauguration des Floralies internationales de Nantes

Inauguration des Floralies internationales de Nantes

Accueilli par la foule devant le parc de la Beaujoire à Nantes, le ministre de l'Education nationale et député de Loire-Atlantique Olivier Guichard est venu inaugurer les Floralies Internationales, accompagné d'André Morice, maire de Nantes. Son entrée est salué par la fanfare montée de la garde républicaine de Paris.
24 avr 1971
03m 15s
Fiche (000038)

Mais c’est aussi un stade abritant les compétitions du Football club de Nantes. Inauguré en 1984, par transfert du vieux stade Marcel-Saupin situé sur les bords de la Loire, lequel sera réaménagé et qui abrite aujourd’hui, en lieu et place des gradins, l’institut universitaire d’études avancées (IEA) et un immeuble de services.

Œuvre de l’architecte B. Agoyan, baptisé Louis Fonteneau du nom du président du FCN, il offre un maximum de 53 000 places debout, ou 30 000 assises, et est entouré de vastes parkings à proximité immédiate du périphérique et est desservi par le tramway. En 1998 il a accueilli plusieurs matchs du mondial de football et en 2007 de la Coupe du monde de rugby.

Inauguration du stade de La Beaujoire

Inauguration du stade de La Beaujoire

Le nouveau stade de Nantes à la Beaujoire vient d'être inauguré par un match FCN-Roumanie (0-1), en présence de la ministre de la Jeunesse et des Sports. Pour le président du FCN, son entraîneur ou ses joueurs, ce stade flambant neuf est immense et grandiose mais froid, il faudra donc s'y créer de nouvelles habitudes.
09 mai 1984
05m
Fiche (000064)

L’hôtel de région

C’est Olivier Guichard, premier Président de la région des Pays de la Loire, qui en 1981 lance l’idée d’un Hôtel de région afin d’abriter les services et les élus de la nouvelle entité territoriale et administrative, née en 1972. Le cabinet d’architecte Durand-Ménard-Thibault est retenu après concours. Le choix du site, à l’amont de l’île face au fleuve, n’est pas neutre.

Inauguré en 1987, ce palais de la région est aux yeux de tous une réussite avec son dôme, son hémicycle des séances, un vaste hall d’entrée et même un embarcadère sur la Loire. C’est le premier des palais de région de France, d’autres suivront !

Un temps isolé, désormais de nouvelles constructions de bureaux et d’immeubles de logement, un couvent et un vaste espace naturel en bout de l’île font de cet édifice monumental le cœur d’un nouveau quartier administratif.

Site et symbolique du nouvel Hôtel de région

Site et symbolique du nouvel Hôtel de région

Longtemps délaissée, l'Île Beaulieu à Nantes est désormais le siège de la région Pays de la Loire avec son hôtel flambant neuf. L'architecture de l'édifice a été pensée en fonction du site, avec une coupole, un miroir d'eau et des jardins conçus dans une même trame, un symbole du rayonnement de la région.
10 jan 1987
02m 25s
Fiche (000075)

Le pont de Cheviré

Inauguré par le premier ministre Michel Rocard le 27 avril 1991, haut de 50 mètres afin de pouvoir laisser passer les navires à fort tirant d’air, c’est un ouvrage d’art du type du pont de Tancarville en Normandie. Il a été préféré après un long débat à un tunnel. Situé à l’ouest de l’agglomération, il permet le contournement de la ville et, avec ses deux fois trois voies, c’est le passage incontournable entre le nord du pays et le sud. La pose de sa travée centrale, de 160 mètres de long et de 2 300 tonnes, a été un exploit technique. En outre il est gratuit dès son ouverture alors qu’en 1991 le pont de Saint-Nazaire était encore en péage.

Historique du pont de Cheviré

Historique du pont de Cheviré

La mise en service du Pont de Cheviré est l'aboutissement d'une longue histoire. L'idée a émergé dans les années 70 et a subi ensuite les aléas de la vie politique, jusqu'en 1986, date à laquelle le Premier ministre Laurent Fabius a débloqué les fonds. Les travaux, d'un coût de 522 millions de francs, auront été l'occasion de prouesses techniques que rappellent ces images d'archives.
27 avr 1991
05m 14s
Fiche (000093)
Cheviré trait d'union nord-sud

Cheviré trait d'union nord-sud

Le pont de Cheviré sera mis en circulation le 2 mai. Long de 1,5 km au-dessus de la Loire, il s'inscrit dans le chantier de l'achèvement du contournement de Nantes, prévu en 1993. Il facilitera la circulation sur l'arc atlantique et génère déjà la création de zones industrielles, comme à Saint-Herblain ou Saint-Aignan-de-Grandlieu.
26 avr 1991
03m
Fiche (000092)

Beaulieu

Beaulieu, c’est la partie orientale de l’île de Nantes, de part et d’autre de la deuxième ligne de ponts. Jusqu’en 1960 elle est uniquement occupée par des prairies et un vieil édifice de briques. La délimitation d’une ZUP en 1961, et l'ouverture de la deuxième ligne de ponts en 1966 sont à l’origine des transformations et de l’urbanisation de tout ce secteur. Dans un premier temps des constructions vont s’élever pour loger la population sous la forme de tours, barres et immeubles de hauteurs variées. C’est aussi la réalisation d’un immeuble de bureaux de grande hauteur, 70 mètres, le Tripode, qui abritera bon nombre d’administrations. Amianté, et dénoncé comme tel, il sera abandonné en 1994, puis démoli en 2005. Un hypermarché et des équipements sportifs complètent le site. Plus à l’amont, au bout de l’île, l’Hôtel de région en 1985 va achever l’occupation des lieux, devant un parc paysager à la pointe de l’île et le pont de chemin de fer dit de la Vendée.

Cette partie de ville devient le centre directionnel au détriment du centre historique. Au tournant du siècle est projeté, notamment à l’emplacement du Tripode, de faire un centre d’affaires baptisé Euronantes.

L'Île Beaulieu

L'Île Beaulieu

L'île de Beaulieu, à Nantes, fait l'objet de travaux d'aménagements dont la construction de 5000 logements, d'un centre commercial, d'un centre régional de l'ORTF et d'un ensemble omnisports. Ce vaste programme de développement urbain, dans le cadre d'une Zone d'aménagement concertée, va s'étaler sur plusieurs années.
21 juin 1972
04m 15s
Fiche (000039)
La ZAC de Beaulieu

La ZAC de Beaulieu

Un nouveau plan d'urbanisation et un nouveau statut viennent d'être définis pour l'Île Beaulieu de Nantes. Elle devient une Zone d'Aménagement Concerté. Après différentes enquêtes, un groupe de travail a réfléchi à la nouvelle articulation du quartier. Il deviendra un lieu de vie et de travail et contribuera à recréer la ville, avec équipements et animations.
10 sep 1980
02m 43s
Fiche (000052)
Implosion du Tripode

Implosion du Tripode

Après 30 ans d'existence, le Tripode, bâtiment administratif de Nantes, vient d'être détruit en quelques secondes par implosion pour céder la place à des bureaux et logements. L'amiante aura eu raison de l'immeuble, non sans émotion pour les Nantais venus assister au spectacle.
27 fév 2005
02m 12s
Fiche (000191)

Le Champ de Mars et la Cité des congrès

Le quartier du Champ-de-Mars est un lieu emblématique pour nombre de Nantais. Il a abrité en un premier temps d’un côté, l’usine LU, et de l’autre les halles centrales avant leur transfert plus à l’aval sur ce qui deviendra le MIN, halles qui servaient également de lieu d’exposition, de salle de congrès et de manifestations politiques et syndicales. Les halles seront remplacées au début des années 1970 par le Crédit Industriel de l’Ouest (CIO), tandis que l’ancienne usine verra s’élever en lieu et place le Palais des Congrès, des immeubles de bureaux abritant les services de la ville puis de la communauté urbaine ainsi que les services de la Poste. A l’extrémité nord, ce qui reste des bâtiments Lu devient le Lieu Unique, aménagé par l’architecte Patrick Bouchain pour accueillir des manifestions culturelles.

En 1986, la municipalité Chauty lance la construction d’une salle de spectacle de 2 000 places et d’un palais des congrès. La municipalité Ayrault, après avoir relié les deux projets en un seul, inaugurera la Cité des congrès le 1er avril 1992.

C’est, après le Zénith, la salle de spectacle et de congrès la plus vaste de l’Ouest, avec une salle de 2 000 places. C’est aussi un ensemble de salles permettant d’accueillir des congrès nationaux et internationaux.

La destruction du Champ de Mars

La destruction du Champ de Mars

Le Palais du Champ de Mars à Nantes, inauguré en 1938, est en cours de démolition. Il devrait laisser place à un palais des congrès, une banque et une gare TGV. Gilles Bienvenu, enseignant en architecture, revient sur l'histoire de ce bâtiment et des habitants du quartier donnent leur avis sur sa destruction.
21 sep 1988
03m 13s
Fiche (000082)
Chantier du Palais des congrès

Chantier du Palais des congrès

Le Palais des congrès de Nantes, dont l'inauguration est prévue en 1991, est en construction place du Champ de Mars. Sa salle de spectacle pourra accueillir 2000 personnes. Le directeur des travaux Michel Sourget explique les modalités de la construction de la tour de scène de 35 mètres.
21 fév 1989
01m 58s
Fiche (000085)

La quête métropolitaine

L’arrivée du TGV (1989)

L’arrivée du TGV à Nantes au printemps 1989, mettant Nantes à deux heures de la capitale, est un aboutissement. Au lendemain de la dernière guerre il fallait 4 heures pour rejoindre Paris, puis 3 heures après l’électrification de la ligne Le Mans-Paris en 1983. Avec 8 allers-retours au début, puis bientôt une vingtaine par jour, ce rapprochement démontre que Nantes n’est plus éloignée de la capitale. Il est désormais aisé de faire un aller et retour dans la journée. En outre les liaisons vers Lille, Lyon et l’aéroport Charles de Gaulle ont arrimé la ville à l’Europe. Il en est résulté une accélération de la tertiarisation de l’agglomération.

En revanche la mise en valeur de l’étoile ferroviaire, liée à l’histoire et aux conflits entre plusieurs compagnies, tardera. La liaison vers Vertou et Clisson en 2003 et 2006 sera une amélioration notable et ouvrira la voie à une meilleure utilisation de l’étoile ferroviaire (Nantes-Châteaubriant, Nantes-Pornic...).

Mise en service du TGV Nantes-Paris

Mise en service du TGV Nantes-Paris

A la grande satisfaction des usagers, le TGV Atlantique circulait aujourd'hui pour la première fois. Ce TGV, dont la véritable mise en service est prévue pour le mois de septembre, répond aux objectifs de test des matériels livrés par les constructeurs et d'évaluations des réactions de la clientèle.
30 mai 1989
01m 59s
Fiche (000088)
La gare sud de Nantes

La gare sud de Nantes

La nouvelle gare sud de Nantes, qui recevra 40% de la clientèle du TGV Atlantique, est aux couleurs océanes. Elle dispose de tous les équipements classiques des grandes gares. L'architecture de Jean-Marie Duthilleul aura coûté 72 millions d'euros et relève d'une "technologie métallo-textile", en témoigne sa toilure-toit.
18 sep 1989
01m 39s
Fiche (000182)

L’essor des trafics de l’aéroport, rebaptisé Nantes-Atlantique

L’aéroport de Nantes Château Bougon, rebaptisé Nantes-Atlantique, a été jusqu’à ces dernières années géré par la Chambre de Commerce et d’Industrie de Nantes. Les premières lignes commerciales reliant la ville à Orly ouvrent en 1951, du temps où il fallait plus de quatre heures pour relier Nantes à Montparnasse par le train. Ceci explique les taux élevés de la croissance des trafics et du nombre des vols réguliers, d’abord pour relier la ville à Paris puis aux grandes métropoles françaises et européennes.

Château-Bougon change de nom

Château-Bougon change de nom

L'aéroport de Nantes Château-Bougon, en cours d'extension, a été rebaptisé Nantes Atlantique. Alain Mustière, vice-président de la CCI de Nantes explique ce choix alors que le million de passagers a été franchi en 1988. De nouvelles liaisons devraient prochainement ouvrir, à l'intérieur mais aussi à l'international.
09 déc 1988
02m 28s
Fiche (000083)

Le Zénith

En 2006 l’ouverture du Zénith complète l’offre de l’agglomération nantaise en termes de salles de spectacle. Avec 8 500 places c’est la première salle du Grand-Ouest. Située sur la commune de Saint-Herblain, à proximité du périphérique, elle est reliée par une passerelle aux parkings du pôle commercial Atlantis. Elle attire les publics de tout l’Ouest. C’est aussi une réalisation opérée dans le cadre de la Communauté urbaine et non pas de la ville.

Comme pour les activités commerciales, il y a eu transfert vers les communes périphériques des activités culturelles. Chacune veut sa salle, la Fleuriaye à Carquefou, l’Odyssée à Orvault, Capellia à la Chapelle-sur-Erdre, la Trocardière à Rezé. Il en va de même des multiplexes cinématographiques, UGC et Pathé à Saint-Herblain, sur le site d’Atlantis, en 1996, Cinéville à Saint-Sébastien, Cinéma pôle sud à Basse-Goulaine, etc. Ce qui permet à la métropole nantaise d’être un haut lieu de la culture et d’accueillir troupes et artistes de renommée internationale.

Le chantier du Zénith

Le chantier du Zénith

Nantes aura bientôt son Zénith, une infrastructure de 11 000 m² implantée à Saint-Herblain, capable d'accueillir jusqu'à 8 500 personnes. Le gros-œuvre est déjà bien avancé même s'il reste des aménagements à réaliser. Le premier spectacle est prévu fin 2006.
22 sep 2005
01m 48s
Fiche (000126)
Visite guidée du Zénith

Visite guidée du Zénith

Le nouveau Zénith ouvre ses portes à Saint-Herblain. C'est le 13e de France et il dispose de la plus grande salle de l'Ouest, qui pourra accueillir 8 500 personnes. Denis Turmel, son directeur, et Olivier Landry, directeur technique, en vantent les fonctionnalités.
04 déc 2006
02m 21s
Fiche (000130)

La guerre des grandes surfaces de la périphérie

Comme ailleurs en France, le transfert des activités commerciales du centre-ville vers la périphérie, sous la formule de pôles, abritant hypermarchés et autres activités commerciales disposant de vastes parkings, a été le lot de l’agglomération nantaise.

La Beaujoire, Paridis à Nantes, Grandval à Orvault, Pôle sud à Saint-Sébastien, Océane et Atout Sud à Rezé, Atlantis à Saint-Herblain, ou encore la route de Vannes, constituent une ceinture au débouché des voies rapides et du périphérique. Une même enseigne possède même des hypermarchés sur l’ensemble des 6 sites ! Les autorités ont pu se plaindre de l’avalanche des projets et agrandissements et ont proposé pour les 24 communes de l’agglomération en 2003 une charte d’urbanisme commercial autorisant 11 000 mètres carrés par an.

Construction du magasin d'usine Atlantis

Construction du magasin d'usine Atlantis

La zone commerciale Atlantis à Saint-Herblain sort de terre. Ce sera un pôle industriel tertiaire au coût de 600 millions de francs, financé par la vente des lots. Jean-Marc Ayrault, maire de Saint Herblain, présente ce projet comme un atout pour le développement économique de la commune, avec magasins d'usine, commerces, bureaux, parkings, espace culturel et parc de loisirs.
24 aoû 1987
02m 20s
Fiche (000079)
La guerre des grandes surfaces

La guerre des grandes surfaces

Nantes compte aujourd'hui 1 300 m² de surface commerciale pour 1 000 habitants, un record en France. Si la Commission départementale de l'équipement commercial accepte encore 60% des dossiers d'aménagements, une charte d'urbanisme commercial limite néanmoins ces surfaces et elle contraint les hypermarchés à se diversifier. Il s'agit en effet de protéger les commerces du centre-ville.
29 sep 2005
05m 25s
Fiche (000127)

La piétonisation du centre et l’aménagement du cours des 50 otages

Le projet d’aménagement du Cours des 50 otages et de l’île Feydeau est l’élément clé de la piétonisation du cœur de ville. En lieu et place de « l’autoroute urbaine » à deux fois trois voies qu’était devenu le Cours des 50 otages, il s’agit, à l’emplacement du cours de l’Erdre, enfoui entre les deux guerres, d’en faire un espace végétalisé et réservé pour l’essentiel aux deux roues, piétons et transports en commun. Le projet retenu dit Rota Fortier obéit à ces impératifs. Il a aussi le mérite de relier les deux quartiers commerçants de part et d’autre, c’est-à-dire le quartier Decré et celui de la rue Crébillon. Le choix a suscité des critiques. Des associations auraient souhaité le retour de l’eau le long du cours. Ce que permet le projet retenu.

Plateau piétonnier à Nantes

Plateau piétonnier à Nantes

Nombre de commerçants nantais réclament aujourd'hui des rues piétonnes dans le centre-ville, après avoir boudé ces aménagements au début. Certains pensent par exemple qu'un accès privilégié aux piétons dans le quartier Graslin en augmenterait la fréquentation. A l'image du quartier du Bouffay où une zone piétonne existe et où règne une agréable animation.
04 aoû 1989
01m 58s
Fiche (000089)
Cours des Cinquante otages

Cours des Cinquante otages

Le cours des Cinquante otages à Nantes va être transformé et fait l'objet d'un concours international. Dix cabinets ont présenté leurs études devant un jury composé d'élus, d'architectes et de personnalités locales. Le verdict sera rendu demain à l'Hôtel de ville.
28 fév 1991
53s
Fiche (000184)

Le nouveau Palais de justice

Le transfert du Palais de justice de la place Aristide Briand sur les bords de la Loire s’achève en 2000, après trois années de construction. Le nouveau palais, œuvre de Jean Nouvel, rompt avec le style classique par l’usage du métal et la disparition des colonnes. Un vaste parvis ouvre sur un bâtiment où le noir domine, et qui se présente sous la forme d’un rectangle aux lignes épurées, et quasi monacal. A l’intérieur, la couleur rouge et le bois sont de règle. Face au quai de la Fosse et à la ville, une passerelle au-dessus de la Loire permet de le rejoindre.

L’ancien Palais de justice, construit en 1852, est transformé en hôtel de luxe, tandis que la prison et la gendarmerie qui le jouxtaient sont appelées à disparaître au profit de logements et d’activités commerciales, modifiant les fonctions de cette partie de la ville.

Le Palais de Justice

Le Palais de Justice

Après trois ans de travaux, le nouveau Palais de Justice de Nantes est achevé et ses clés viennent d'être remises au ministère de la Justice. Réalisé par le cabinet d'architecte Jean Nouvel, avec 19000 m² de surface pour un coût de 360 millions de francs, ses lignes épurées et son esthétique austère, il se veut à l'image de la Justice, transparente.
24 mar 2000
01m 49s
Fiche (000115)

L’aménagement de l’île de Nantes

Si la partie amont de l’île, dite île Beaulieu, est aménagée sur des prairies, à partir de 1961, il en va différemment de sa partie aval, occupée jusqu’au lancement emblématique du Bougainville en 1985, par les chantiers navals et bon nombre d’autres industries, et par les voies ferrées desservant le port. Il s’agit donc ici de recycler des bâtiments, de détruire des ateliers et de faire du neuf. Plusieurs urbanistes et architectes de renom ont proposé plans et solutions, dont Alexandre Chemetoff. Le transfert du Palais de justice et de l’Ecole d’architecture ont été les premiers éléments. L’aménagement doit se poursuivre sur plusieurs années, voire plusieurs décennies. Le projet combine des activités ludiques (l’Eléphant et les Machines de l’Île), des installations autour des nouvelles technologies, l’accueil de laboratoires universitaires et d’écoles, ainsi que le futur CHU.

Les Machines de l'île

Les Machines de l'île

Les Machines de l'Île occupent l'espace laissé vacant par les Chantiers navals de Nantes. Pierre Orefice retrace l'histoire de ce projet, né en 2000, et en détaille la philosophie. Il s'agit d'aller à la rencontre du public, durablement, alors que l'Île de Nantes se profile comme le prochain cœur de la ville.
25 sep 2007
02m 12s
Fiche (000193)
Nouvelle Ecole d'architecture

Nouvelle Ecole d'architecture

La nouvelle Ecole d'architecture va ouvrir dans quelques jours à Nantes, Quai François Mitterrand. Cet édifice de verre et de béton a été conçu par Anne Lacaton et Jean-Philippe Vassal. Ses grands espaces, dont certains restent vides pour recevoir ateliers et expositions, accueilleront 700 étudiants.
09 fév 2009
01m 24s
Fiche (000132)

Bibliographie

  • André Peron, Sur les ponts de Nantes, Éd. Ressac, 1995.
  • Histoire de l’université de Nantes : 1460-1993, Renens, éditions des PUR, 2002, 364 p.
  • Le dictionnaire de Nantes, sous la direction de A. Croix, D. Amouroux, D. Guyvarc’h et T. Guidet, Rennes, éditions des PUR, 2013, 1120 p.
  • Place publique, Nantes, n°55, janvier-février 2016.
  • L. Devisme, Nantes, Petite et grande fabrique urbaine, Marseille, éditions Parenthèses, 2009.
  • D. Luneau, Nantes, l’avenir d’une ville, éditions de l’Aube, 197 p.
  • I. Garat (dir), Nantes, de la belle endormie au nouvel Eden de l’Ouest, Paris, éditions economica, 2005, 179 p.
  • J. Renard, Nantes à la croisée des chemins, Rennes, PUR, 2008, 222 p.