Parcours thématique

La Loire

Philippe Audic

De la Loire, Nantes est née, y puisant sa fortune, établie sur le commerce et les industries accueillies sur ses quais. Son port sera même le premier port européen pendant quelques années au XVIIIe siècle.

Pour garder son rang, alors que les bateaux grandissaient et grossissaient, s'arrêtant de plus en plus souvent à Saint-Nazaire, les bénéficiaires de cette fortune entreprirent d'adapter le fleuve à ces nouveaux bateaux.

Ils le firent d'abord, en construisant à la fin du XIXe siècle, le canal de la Martinière, une sorte de « pontage coronarien » pour contourner les parties de l'estuaire offrant le moins de tirant d’eau.

Puis, alors que ce canal devint lui-même trop étroit à partir de 1912, ils adaptèrent le chenal « naturel » de l'estuaire en l'élargissant, en arasant les seuils rocheux et en endiguant toute la partie médiane de l’estuaire. C'est à ce prix que les trafics sur les quais de Nantes purent se maintenir et même atteindre un peu plus de 3 millions de tonnes, son record, en 1937. Mais c’est aussi à ce prix qu'il fallut combler de nombreux bras de Loire dans cette ville que l'on surnommait à l'époque la « Venise de l'Ouest ».

C'est la Loire, elle-même, qui fut en partie « comblée » par les terribles bombardements alliés de septembre 1943. De nombreux bateaux (121) furent coulés dans l’estuaire et servirent de « blockship» pour rendre le port inopérant.

De 1945 à 1970 : l’illusion d’un retour de la prospérité par le fleuve

En 1945, les premiers travaux de dégagement de la voie fluviale furent engagés à Nantes, en même temps que les bords à quais furent libérés, autorisant à nouveau la reprise des transports de marchandises et de passagers par train ou tramway. Le pont transbordeur fut remis en service, permettant à nouveau de franchir le bras de la Madeleine.

Nantes, le port et la ville

Nantes, le port et la ville

La Seconde Guerre mondiale a laissé la ville de Nantes en ruine. L'activité portuaire sur les bords de Loire reprend, tout comme dans les rues. En témoignent le fonctionnement du pont transbordeur, les mouvements des grues et le passage des trains et du tramway.
01 jan 1945
01m 45s
Fiche (000001)

Progressivement la voie d’eau est dégagée, notamment à hauteur de la Télindière, près du Pellerin, où plusieurs bateaux coulés constituaient un obstacle à toute remontée de navires vers Nantes.

Les quais du port de Nantes, réparés et rééquipés, retrouvent petit à petit une certaine activité, toutefois encore bien inférieure à celle d'avant-guerre. Le quai Wilson ne redevient totalement accessible qu’en 1959.

Pourtant, dès le début des années 50, l’heure est à nouveau à l'optimisme et les projets d'extension des espaces portuaires sont à l'ordre du jour. La zone de Cheviré fera l’objet d’un premier aménagement assorti d’un nouveau quai en 1956, le tout destiné à positionner Nantes en tant que port à bois, en capitalisant sur les lignes historiques développées avec l’Afrique.

De leur côté, les chantiers de construction navale - Chantiers de la Loire, de Bretagne et Dubigeon -, reprennent rapidement leur activité, soutenus par le programme de reconstruction et les commandes de la Marine Nationale.

Dès 1946, Dubigeon livre à l'État français deux sous-marins commandés avant-guerre et en réalisera dix autres de la classe Daphné à la fin des années 50 et au début des années 60, tant pour la Marine Nationale que pour celles du Portugal et d'Afrique du Sud.

Dans les années 50, à l’apogée de cette activité, les chantiers nantais livrent une centaine de bâtiments de toute taille et de toute nature (commerce, servitude, drague...), et notamment des cargos à marchandises diverses, des navires fruitiers avec chambre frigo et cuveries à vin, mais aussi des grumiers et des minéraliers, répondant ainsi aux besoins générés par les nouveaux espaces aménagés par le port de Nantes.

Chaque lancement est largement suivi par les Nantais, fiers et heureux de voir ces œuvres réalisées par des ouvriers locaux naviguer sur la Loire avant de parcourir le monde.

Lancement du cargo <em>Protée</em>

Lancement du cargo Protée

Construit par les chantiers navals de Nantes, le cargo Protée a été mis à l'eau. Après une longue et minutieuse préparation par les ouvriers, la dernière cale de retenue a été abattue et le navire est descendu lentement vers la Loire sous les yeux des nombreux badauds.
10 aoû 1956
02m 51s
Fiche (000175)

Le franchissement du fleuve, notamment pour les ouvriers des chantiers, se faisait par la ligne des ponts de la Madeleine et de Pirmil grâce à l'utilisation des transports par cars organisés par les employeurs, mais aussi par cyclomoteurs, dont l’usage se développa rapidement dans cette période.

Venant du nord, certains prenaient aussi le pont transbordeur et d’autres, venant du sud, utilisaient les roquios, sorte de vaporetti à la nantaise, permettant la traversée du fleuve entre Trentemoult, l’île Ste Anne et Chantenay.

Après la guerre, la clientèle utilisant le pont transbordeur a tendance à diminuer et l'exploitation, confiée à une société concessionnaire, devient déficitaire. Par ailleurs, sa justification première, à savoir permettre aux trois mâts de remonter le bras de la Madeleine, n’est plus d’actualité. Une tentative de classement échoue au début des années 1950.

Le 1er janvier 1955, le service de transport prend fin après cinquante-deux ans de service. La municipalité dirigée par Henry Orrion décide ensuite de le faire démonter et ferrailler, ce qui est réalisé en 1958, malgré des protestations.

Démolition du pont transbordeur de Nantes

Démolition du pont transbordeur de Nantes

Construit en 1903, le pont transbordeur de Nantes est en cours de destruction. Sa partie centrale est démontée puis transportée sur un navire fluvial devant une foule de Nantais.
22 mai 1958
01m 37s
Fiche (000010)

Pour les mêmes raisons, le service des roquios, créé en 1887, exploité depuis 1931 par la ville de Rezé, cessera de fonctionner en 1958, en même temps que le tramway condamné, lui, par l’essor de l’automobile. C’est finalement moins aux ouvriers que ce service manquera qu’aux Nantais du dimanche qui venaient flâner à Trentemoult, appréciée pour ses fêtes, ses régates, ses guinguettes et ses restaurants où on pouvait déguster civelles, anguilles et beurre blanc.

Au début des années 60, les trafics du port de Nantes continuent de progresser, semblant valider la stratégie de développement mise en œuvre. En 1961, Nantes redevient un port bananier confortant ses lignes vers les Antilles, grâce aux équipements construits sur le quai... des Antilles, et notamment un hangar de mûrissement pour les bananes.

Nantes redevient port bananier

Nantes redevient port bananier

Le navire Fort-Saint-Pierre est à quai sur les bords de Loire. Les dockers en déchargent une cargaison de bananes et déballent la marchandise.
18 mar 1961
01m 35s
Fiche (000011)

En 1964, le port retrouve un niveau de trafic équivalent à celui de 1937, légèrement supérieur à 3 millions de tonnes, entretenant l’illusion d’un retour de la prospérité grâce au fleuve.

Un second quai est mis en service à Cheviré, cette même année, pour conforter la position prise par Nantes en tant que port à bois. En 1966, une nouvelle grue plus puissante, capable de lever jusqu’à 60 tonnes, est installée à la pointe de l’île Ste Anne.

Le quai de Cheviré

Le quai de Cheviré

Ouvriers et manœuvres s'affairent à la construction du quai Cheviré, situé en aval de Nantes en bord de Loire. En témoignent l'édification d'une tranchée, la pose de poteaux métalliques et l'activité des bulldozers.
23 sep 1964
01m 05s
Fiche (000018)
Une grue 30/60 sur le port de Nantes

Une grue 30/60 sur le port de Nantes

Au sein de la zone portuaire nantaise, un manœuvre, aidé par un opérateur au sol, actionne une grue d'une capacité de levage de 30 à 60 tonnes afin de déplacer une charge.
09 déc 1966
25s
Fiche (000025)

Après une décennie 50 favorable, les années 60 vont toutefois révéler progressivement la fragilité de la construction navale nantaise, contrainte d’un côté par la configuration du fleuve - limitant la capacité à répondre aux exigences des armateurs de construire des bateaux de plus en plus grands - et de l’autre par l’émergence de concurrents asiatiques (Japon, Corée) mieux équipés et aux coûts de production inférieurs.

Les restructurations effectuées au long de cette décennie entraîneront la disparition des Ateliers et Chantiers de la Loire, dont une partie des activités seront transférées à St Nazaire aux Chantiers de Penhoët, qui deviendront ultérieurement les Chantiers de l’Atlantique, et dont l’autre partie fusionnera en 1961 avec les Ateliers et Chantiers de Bretagne pour donner naissance aux Ateliers et Chantiers de Nantes. De son côté, Dubigeon se spécialisera dans la construction de ferries.

La question des franchissements du fleuve reste par ailleurs lancinante dans une ville dotée d'une seule ligne de ponts au début des années 60 alors que le trafic automobile est en pleine croissance et qu'il devient particulièrement difficile d'accéder à la principale zone industrielle et portuaire de l'agglomération.

Aussi, en même temps qu'on met en service une deuxième ligne de ponts en 1966, la municipalité engage la construction de deux ponts Bailey au bout de l'île Gloriette pour faciliter l'accès à l’île Ste Anne et à la zone des chantiers. Ils seront ouverts à la circulation en 1967 et contribueront également à la desserte du Marché d’Intérêt National de Nantes créé en 1965 et localisé le long du quai Wilson, sur la partie sud de l’île Sainte Anne.

Inauguration des deux ponts Bailey sur la Loire

Inauguration des deux ponts Bailey sur la Loire

Cérémonie d'inauguration des nouveaux ponts Bailey en franchissement de la Loire. Tandis que la fanfare joue, un officiel coupe le ruban en présence d'André Morice, sénateur-maire de Nantes, puis les autorités traversent le pont métallique à chaussée en bois.
17 oct 1966
56s
Fiche (000024)

En 1966, l'État crée les Ports Autonomes, dont celui de Nantes-Saint-Nazaire, et dont les quais respectifs accueilleront désormais des trafics complémentaires et non plus concurrents. Le total des trafics cumulés des deux sites s’établit à 9,77 millions de tonnes à la création, révélant ainsi que les quais de St Nazaire traitaient déjà 2 fois plus de tonnage que ceux de Nantes.

C'est ce nouvel établissement qui conduira la troisième extension du quai de Cheviré, dont les travaux démarrent en 1968 pour une ouverture en 1970, extension réalisée pour conforter les trafics de grumes et la place de premier port à bois français conquise par Nantes. Le port veut en faire une zone destinée à accueillir les usines « pieds dans l'eau », ambitionnant un développement de trafics à valeur ajoutée basée sur la fixation d’activités « industrialo-portuaires ».

Les régates de Trentemoult perpétuent une pratique du nautisme ancienne sur une Loire parfois difficile et sur des bateaux le plus souvent conçus et construits dans les ateliers nantais.

Les images des régates de mai 1969 qui se déroulent - cette fois par beau temps - de la pointe de l'île Sainte-Anne jusqu’à Cheviré, permettent à la fois de découvrir l'habilité des plaisanciers, mais aussi les travaux de réalisation du nouveau quai de Cheviré, la centrale EDF du même nom, mise en service en 1954, les vestiges du dock flottant de la Compagnie Nantaise de Réparation Navale à Chantenay ainsi que les pontons nord et sud d'accostage des roquios, toujours là 11 ans après la fin du service.

Régates à Trentemoult

Régates à Trentemoult

Trentemoult, un village intégré à la commune de Rezé et situé sur la partie gauche de la Loire, est le théâtre d'une course nautique. Plusieurs bateaux participent à cette régate.
13 mai 1969
44s
Fiche (000032)
Extension du quai de Cheviré à Nantes

Extension du quai de Cheviré à Nantes

L'aménagement des infrastructures portuaires des bords de Loire se poursuit à Nantes. Les travaux d'extension du quai de Cheviré sont achevés et leur inauguration est annoncée par Monsieur Lainé. Le port autonome de Nantes Saint-Nazaire présente par ailleurs une plaquette (Votre usine au bord de l'eau) pour attirer de nouveaux industriels.
30 mai 1970
03m 02s
Fiche (000034)

De 1970 à 1987 : le temps des désillusions

Début 1971, c'en est bien fini toutefois de l'illusion de voir les roquios reprendre du service. Compte-tenu des risques divers qu’ils généraient, la décision est prise de démanteler les pontons d'accostage, malgré les pétitions qui s'y opposent.

Disparition des roquios de Trentemoult

Disparition des roquios de Trentemoult

Au port de Trentemoult, le ponton où accostaient les roquios, ces bateaux qui assuraient le transport des passagers entre les deux rives de la Loire, est fermé. Malgré une pétition réclamant la reprise des traversées de Loire par les vedettes, les navettes ont pris fin en 1970.
21 jan 1971
54s
Fiche (000035)

Les civelliers de Loire sont, eux, dans l’âge d’or de leur activité. Il n’est pas rare pour un pêcheur professionnel de récolter 250 kg de civelles par jour à la pleine saison, et cette abondance encourage le développement de la pêche amateur, qui irrite les professionnels.

Le prix de cet « or blanc » défie toute concurrence sur les marchés des communes riveraines du fleuve (Basse-Indre, capitale de la civelle, Le Pellerin …) et en font « le plat du pauvre », fréquemment servi au menu des cantines scolaires sous forme de pains froids, peu appétissants …

La pêche à la civelle à Trentemoult

La pêche à la civelle à Trentemoult

Au port de Trentemoult à Rezé, le coefficient de marée de 117, propice à la pêche, attire les professionnels et les amateurs en quête de civelles. La pêche semble avoir été bonne puisque les cours de la larve étaient à la baisse sur les étals.
01 mar 1971
01m 05s
Fiche (000036)

Au sein du nouveau Port Autonome de Nantes-Saint-Nazaire, on sait déjà que l'essentiel du développement des trafics se fera à l'aval de l'estuaire. En témoigne la décision prise en 1970 de créer un nouveau terminal à marchandises diverses à Montoir de Bretagne. L'aménagement de ce nouveau terminal sera engagé dès 1971.

Mais il ne faut surtout pas désespérer Nantes et, malgré tout, entretenir l'illusion que les trafics pourront encore s'y développer.

Ainsi le déplacement du chenal situé entre Donges et Paimbœuf, réalisé en 1973, est justifié par le fait qu'il autorisera les remontées et descentes vers Nantes de bateaux dont le tirant d'eau pourra gagner 20 cm après ces travaux (soit un tonnage de 500 t supplémentaire pour des bateaux de 15000 t !).

Mais ces travaux ont aussi pour but de continuer à préparer l’aménagement futur de deux nouvelles zones à vocation portuaire à l’aval. Ils sont, en effet, réalisés par une drague aspiratrice qui prélèvera 1 million de mètres cubes de matériaux meubles, déposés sur les berges du fleuve, d'un côté à Lavau-sur-Loire, pour préparer l'aménagement de la zone dite de Donges Est, et de l'autre, au sud, sur la future zone à vocation industrialo-portuaire du Carnet, à proximité de Paimboeuf.

Creusement d'un chenal dans la Loire à Donges

Creusement d'un chenal dans la Loire à Donges

Des travaux d'aménagement fluvial sont entrepris entre Donges et Paimboeuf. Il s'agit du creusement d'un chenal dans la Loire par une drague aspiratrice stationnaire ayant pour mission de déplacer les matériaux meubles en amont. Engagés par le Port autonome Nantes- Saint Nazaire, ces travaux sont destinés à faciliter la navigation sur le fleuve.
24 mai 1973
03m 18s
Fiche (000040)

À Nantes, le chantier Dubigeon-Normandie, seul survivant des restructurations des années 60, continue à construire des ferries, le plus souvent dans le cadre de commandes « soutenues » par l'État.

En 1975, Madame Giscard d'Estaing vient baptiser le Napoléon, destiné à assurer les liaisons entre le continent et la Corse dans la logique de continuité territoriale promue par l'État à cette époque. Les autorités de Corse sont d'ailleurs bien plus visibles, lors de cette cérémonie, que les autorités locales, et le lancement de ce bateau de 155 m est effectué en pleine nuit, contrairement à l'habitude, privant les Nantais de ce spectacle qu'ils aiment tant. Anticipation inconsciente pour une activité à son crépuscule ?

Lancement du car-ferry <em>Napoléon</em>

Lancement du car-ferry Napoléon

Aux chantiers de Nantes a eu lieu le lancement du car-ferry Napoléon qui va relier la Corse au continent. Madame Giscard d'Estaing, la marraine du navire, a assisté à son lancement en compagnie de nombreuses autres personnalités.
05 nov 1975
03m 27s
Fiche (000045)

En 1978, les investissements industrialo-portuaires vont bon train... mais à l’aval de l’estuaire, avec la construction du terminal gazier à Montoir, la création d'un terminal pour les conteneurs également à Montoir et les études préparatoires pour l'aménagement du site de Donges Est.

Les questions relatives à l'avenir des quais de Nantes commencent à être exprimées explicitement : handicap d'un port en fond d'estuaire, sans hinterland, mal desservi tant par les voies d'eau (navigabilité de la Loire amont) que les voies terrestres (pas d'autoroute) ou ferroviaires.

Les responsables du Port esquissent une forme de partage entre l'amont et l'aval. À Nantes, les trafics dits « commerciaux », et aux quais de Donges, Montoir et Saint-Nazaire, les trafics dits « industriels ». On comprend surtout que c'est l’aval qui bénéficiera de l’essentiel du développement des trafics.

Le port autonome

Le port autonome

Cinquième port français, le port autonome de Nantes-Saint-Nazaire souffre d'un isolement économique lié à l'absence d'un réel hinterland et des voies d'accès insuffisantes. Pour palier à ces carences, le département met en place de nouvelles infrastructures.
21 sep 1978
02m 25s
Fiche (000200)

À la fin des années 70, il est acquis qu'il devient illusoire de vouloir encore augmenter les tirants d'eau pour l'accès à Nantes.

Dès lors, la question du maintien du bassin de marée, constitué à l'amont de Nantes par le prélèvement de volumes très importants de sable dans le lit de la Loire, peut être ouverte.

Ce bassin de marée avait pour but d'accélérer les courants dans l'estuaire, notamment le jusant, pour générer un « effet de chasse », censé réduire les besoins de dragage dans le chenal d'accès à Nantes.

Mais sa constitution, même si elle a servi les intérêts des acteurs de la reconstruction et du BTP, puis ceux des maraîchers de la région nantaise qui ont pu bénéficier longtemps d’un sable de qualité et bon marché, a surtout eu quelques conséquences néfastes, comme la remontée de la salinité au-delà de Nantes, l'installation pérenne du bouchon vaseux dans la ville-même et la baisse du niveau du fil de l'eau du fleuve, depuis Ancenis jusqu'à Nantes.

L'arrêt des prélèvements de sable est dès lors considéré comme nécessaire et annoncé comme devant être effectif à la fin 1978. Dans les faits, les extractions n’ont effectivement cessé qu’en 1993, contraignant les maraîchers à s'approvisionner d'abord à l'aval de Nantes puis ultérieurement en mer.

Le développement du MIN fait progresser les trafics de primeurs et d'agrumes en provenance du Maroc et d’Afrique du Sud. La souille devant le quai Wilson doit être approfondie et élargie pour accueillir les bateaux. Le port à bois de Cheviré reste au premier rang en France en concurrence avec la Rochelle. Globalement les trafics nantais sont stables.

Le dragage de sable

Le dragage de sable

Sur décision de la Société de Navigation, l'extraction du sable de la Loire entre Nantes et Ancenis va être stoppée. Les entrepreneurs du bâtiment et les maraîchers, dont l'activité dépend de ces sables, craignent un manque de matière. Il existe pourtant des solutions alternatives, par exemple le captage de sables en d'autres endroits du fleuve.
02 nov 1978
02m 35s
Fiche (000048)
Aménagement du port de Nantes

Aménagement du port de Nantes

A Nantes, de gros travaux d'aménagement du quai Wilson ont débuté afin d'élargir la "souille" devenue trop étroite pour la circulation des bateaux. M. Fischer explique les raisons de ces aménagements et pense qu'ils encourageront le développement du commerce des fruits et légumes avec le Maroc et l'Afrique du Sud.
17 fév 1979
02m 40s
Fiche (000050)
Le bois dans le port de Nantes

Le bois dans le port de Nantes

Un important volume de bois transite par Nantes, venu d'Afrique, d'Amérique du Nord, d'Asie ou d'URSS. Le port pourrait devenir le premier en France pour cette matière, en approvisionnant un très large hinterland. Parallèlement, l'industrie du bois dans la région est la seconde du pays, utilisé pour les activités liées à l'ameublement et aux charpentes.
14 nov 1979
04m 30s
Fiche (000015)

Au début des années 80, tandis qu'à Nantes on corrige les impacts des dysfonctionnements de la Loire sur le port de Trentemoult pour permettre aux plaisanciers d’y séjourner et aux pêcheurs de Loire de continuer à exercer leur métier, à Montoir de Bretagne, on investit dans un nouveau terminal pour les conteneurs et les marchandises diverses sous l'œil bienveillant d'Olivier Guichard, père des métropoles d'équilibre et soutien actif de la dynamique portuaire en tant que Président de la toute nouvelle région des Pays de la Loire. Tout est dit dans ce parallèle.

Les aménagements du port de Trentemoult

Les aménagements du port de Trentemoult

Trentemoult, un quartier de Rezé, était en déshérence mais la municipalité a entrepris des travaux de réhabilitation. Le port a été réaménagé, une école construite, les quais refaits et des travaux d'assainissement réalisés. Jacques Floch, maire de la ville, expose les grandes lignes de ces aménagements.
02 sep 1980
02m 01s
Fiche (000051)
Le terminal de Montoir

Le terminal de Montoir

Le nouveau terminal à marchandises de Montoir, qui a coûté 64 millions de francs, a été inauguré hier. Le directeur du Port Autonome de Nantes Saint-Nazaire a présenté à cette occasion le livre blanc sur les orientations du développement portuaire, livre qui définit, en outre, la politique globale de préservation de l'environnement.
30 juin 1982
02m 40s
Fiche (000057)

De temps en temps, la Loire rappelle au bon souvenir de ses riverains qu'elle est sujette aux crues. En décembre 1982, le débit du fleuve dans l'agglomération nantaise atteint 6300 m³ par seconde, pour un débit moyen habituel de 870 m³ par seconde. Ce débit exceptionnel est équivalent à celui de la crue centennale de 1910 que les vieux Nantais ont encore en mémoire.

Les travaux de creusement du chenal, effectués depuis cette époque, et qui ont globalement entraîné une baisse de 4 m du niveau de la Loire à Nantes, en période d’étiage et de vives eaux, ont contribué à réduire l'impact d'un tel événement, même si quelques rues de la ville ont dû être interdites à la circulation.

Les inondations à Nantes

Les inondations à Nantes

L'élévation du niveau de la Loire provoque des inondations à Nantes. Différentes rues sont immergées près de l'Agence industrielle de l'ouest, du bar le Molière et du Crédit mutualiste.
23 déc 1982
57s
Fiche (000059)

Chez Dubigeon, en juillet 1985, face à la baisse des commandes et suite à l'échec des négociations entre l'État, l'entreprise et les organisations syndicales, une réduction drastique des effectifs est annoncée (perte de 500 emplois), provoquant une colère violente des salariés, à la mesure sans doute d’une fin d’activité qu’ils pressentent proche.

Manifestation à Dubigeon

Manifestation à Dubigeon

La réduction des effectifs des chantiers navals Dubigeon provoque la colère des salariés. Après avoir manifesté violemment dans les rues de Nantes, ils se sont rendus à la direction des Chantiers dont ils ont saccagé les locaux. Les représentants syndicaux espèrent élargir la base de la mobilisation pour renforcer leur action.
07 oct 1985
02m 39s
Fiche (000069)

Dans cette période qui voit décliner lentement les activités historiques de Nantes, notamment celles qui contribuaient à l'animation et à la navigation sur le fleuve, certains imaginent de faire de Nantes la ville de départ d'une course à la voile amateur, reliant Nantes à Lisbonne via les Açores. La première édition, en juin 1986, n’attirera toutefois que huit concurrents qui, malgré tout, enchanteront un nombreux public nantais ravi de voir ces bateaux multicolores s'affronter sur leur rivière.

Départ de la course Nantes-Les Açores-Lisbonne

Départ de la course Nantes-Les Açores-Lisbonne

La première édition de la course Nantes-Les Açores-Lisbonne n'a engagé que huit monocoques de série. Les skippers qui ne sont pas prêts ont promis d'être là l'an prochain. Des milliers de personnes étaient au départ pour voir les bateaux descendre la Loire avant de mettre le cap vers les Açores.
16 juin 1986
02m 18s
Fiche (000072)

La remontée du front salin en Loire, générée par la succession des creusements du chenal de navigation dans l'estuaire et par la création d'un bassin de marée à l'amont de Nantes, contraint la municipalité nantaise - qui produit, en régie, l'essentiel des besoins en eau potable de la population de la Loire-Atlantique - à remonter la prise d'eau en Loire d'une vingtaine de kilomètres et à l’implanter sur la commune de Mauves-sur-Loire.

La réparation coûteuse de ce « dommage collatéral » de l'aménagement de l'estuaire intervient au début de l'année 1987.

Le dossier des eaux à Nantes

Le dossier des eaux à Nantes

L'agglomération nantaise remet en chantier le dossier de l'eau potable. Une nouvelle station de captage est à l'étude. Si l'on ne sait encore qui réalisera cette station, son indispensable déplacement en amont doit permettre la collecte d'une eau brute de meilleure qualité. Jean-Luc Perrouin, directeur du service de l'eau, explique la nature du projet.
30 mar 1987
02m 19s
Fiche (000076)

Comme un symbole, c'est aussi en 1987, au mois d’avril, que le Belem, trois-mâts barque lancé par Dubigeon à Nantes en 1896, revient dans son port d'origine, après sa rénovation et sa transformation en voilier école par la fondation Belem, alors que Dubigeon-Normandie s’apprête à livrer à la Marine Française en juillet, trois mois plus tard, le Bougainville, son dernier bateau avant la fermeture définitive du chantier.

Le <em>Belem</em> à Nantes

Le Belem à Nantes

Le Belem est de retour à Nantes, désormais commandé par Philippe Arzell. Avant de partir en campagne vers des ports français et européens, des croisières sont organisées avec des stagiaires à son bord. L'occasion d'apprendre à naviguer et de découvrir les bords de Loire depuis un bateau.
06 avr 1987
02m 26s
Fiche (000077)
Dernier jour des Chantiers Dubigeon

Dernier jour des Chantiers Dubigeon

Les chantiers Dubigeon vont fermer. Le Bougainville, dernier navire construit, a quitté les quais de Nantes. Symboliquement, mais en vain, des salariés ont occupé le bateau pour en retarder le départ, façon pour eux d'exprimer la peine ressentie à la fermeture de la navale.
03 juil 1987
03m 05s
Fiche (000078)

La fin de cette activité bimillénaire crée un traumatisme réel au sein de la population de la région nantaise où de nombreuses familles avaient ou avaient eu des liens directs ou indirects avec les chantiers Dubigeon, de Bretagne ou de la Loire.

Elle laisse aussi une immense friche industrielle au cœur même de l’agglomération, l’île Sainte Anne, et une Loire peu à peu désertée par les bateaux. Les Nantais préfèrent regarder ailleurs et une forme de deuil s’installe.

De 1987 à 2007 : la recherche d’un nouveau rôle pour le fleuve

Faudra-t-il se contenter maintenant et à l’avenir de baptiser ou d’accueillir de grands voiliers de compétition, trimarans ou catamarans ni conçus ni construits sur les bords de la Loire ? Le baptême du Elf-Aquitaine III le 18 avril 1988 montre en tout cas que la vue d’un bateau sur le fleuve contribue à ramener le regard sur celui-ci.

Baptême de <em>Elf-Aquitaine III</em> à Nantes

Baptême de Elf-Aquitaine III à Nantes

Elf-Aquitaine III, le multicoque conçu par Gilles Ollier pour le skipper Jean Maurel, a été baptisé à Nantes ce matin en présence de Michel Chauty, maire de la ville.
18 avr 1988
01m 46s
Fiche (000080)

Faudra-t-il faire du bras de la Madeleine et du quai de la Fosse un parking pour bateaux immobiles ? Une exposition de bâtiments désaffectés ? On peut le craindre en voyant y accoster le Maillé-Brézé, un escorteur d'escadre de la Marine nationale française de la classe T 47 désaffecté, remis à l’association Nantes Marine Tradition qui en fait un navire musée, qui sera même classé monument historique. Ce bâtiment relativement jeune et bien conservé trouve rapidement son public et justifie ainsi sa présence le long du quai de la Fosse.

Le <em>Maillé-Brézé</em> arrivé à Nantes

Le Maillé-Brézé arrivé à Nantes

Le Maillé-Brézé, remis à neuf, a fait son dernier voyage depuis Brest, remorqué par deux Abeille à son arrivé à Nantes. L'escorteur d'escadre, témoin de l'histoire de la Marine nationale française, va devenir un navire-musée géré par l'association Nantes Marine Tradition. Il pourrait aussi être classé monument historique.
08 juin 1988
02m 50s
Fiche (000081)

Même s'il attire moins l'attention que par le passé, le fleuve reste un obstacle difficile à franchir dans une agglomération où le nombre de ponts est faible, particulièrement dans sa partie ouest.

En 1986, après de nombreux atermoiements liés aux changements de majorité à la tête de la municipalité de Nantes, la décision est enfin prise de construire un pont à Cheviré pour assurer le bouclage ouest du futur périphérique nantais et, en même temps, constituer un maillon de l'autoroute dite « des estuaires » qui longe toute la façade atlantique du pays.

Il s'agit d'un pont offrant un tirant d'air de 52 m, dont la travée centrale repose sur deux piles posées de chaque côté de la Loire. Il préserve ainsi intégralement le chenal d’accès des bateaux aux différents quais de Nantes et à la zone d’évitage de Trentemoult qui permet le demi-tour aux plus grands d’entre eux (jusqu’à 230 m).

Sa construction engagée dès la fin 1986 s’achève en 1991 par la pose spectaculaire de la travée centrale métallique d’une longueur de 242m, construite à Saint Nazaire et amenée par barge sur le site du pont avant d’être levée puis posée sur les piles à 50 m de hauteur.

L’envie de voir de grands bateaux de commerce continuer à remonter jusqu’à Nantes demeure toujours ancrée au sein des milieux économiques et politiques nantais.

Historique du pont de Cheviré

Historique du pont de Cheviré

La mise en service du Pont de Cheviré est l'aboutissement d'une longue histoire. L'idée a émergé dans les années 70 et a subi ensuite les aléas de la vie politique, jusqu'en 1986, date à laquelle le Premier ministre Laurent Fabius a débloqué les fonds. Les travaux, d'un coût de 522 millions de francs, auront été l'occasion de prouesses techniques que rappellent ces images d'archives.
27 avr 1991
05m 14s
Fiche (000093)

Toutefois, chacun est conscient que le développement des trafics hauturiers se fera maintenant à l’aval de l’estuaire, et admet même que la question de conserver ceux qui arrivent encore sur les quais de Nantes - comme le sucre, le bois ou les céréales - se posera inévitablement un jour.

Il apparaît clairement que les sites portuaires nantais auront essentiellement leur avenir dans le « barging » de matériaux divers, consommés ou produits par la ville (ferrailles, sable, déchets…) ou de colis lourds ou encombrants (pièces ou tronçons d'Airbus...).

Dans cette perspective, la question de la place et du rôle du fleuve au cœur de la ville commence à être soulevée (décor urbain, espace public, transport de passagers, tourisme...), comme se pose la question de ses berges et de ses quais progressivement délaissés, ou encore celle du devenir de l'île Sainte-Anne. Une étude urbaine exploratoire est confiée à Dominique Perrault qui esquissera en 1995, à l’issue de cette mission, l’idée de la création de l’Île de Nantes.

Un premier constat émerge de ces questionnements. Il concerne l'état déplorable du fleuve dans sa traversée de l‘agglomération, avec la présence quasi permanente du bouchon vaseux et une hauteur de marnage qui fait presque disparaître le fleuve à marée basse, révélant des berges et des quais dégradés par les forts courants de flux et de jusant.

Il est clair que l'envie de Loire doit passer par une réhabilitation du fleuve et de ses berges dans la ville.

Fortes de ce constat relatif à la dégradation de l'état de la Loire, tant dans sa partie estuarienne que dans l'agglomération nantaise et à l'amont, la Région des Pays de la Loire, le Conseil Général de Loire-Atlantique et les Villes de Nantes et de Saint-Nazaire décident de créer en 1985 l'Association Communautaire de l'Estuaire de la Loire (ACEL).

Ainsi réunies au sein de l’ACEL, ces collectivités décident de se doter d'un outil de modélisation du fonctionnement du fleuve sur la portion allant de Bouchemaine jusqu'à Saint-Nazaire. L'objectif est de mieux anticiper sur les évolutions du fleuve en cours, liées aux aménagements des décennies passées, d'évaluer les conséquences de nouveaux projets d'aménagement proposés notamment par le Port de Nantes-Saint Nazaire (Donges Est) et de simuler également les effets de divers projets envisagés pour améliorer la situation présente (remontée du fil de l’eau, ralentir les courants,...)

L’outil de modélisation retenu est proposé par le Danish Hydraulic Institute et l’exploitation en sera confiée à une Cellule de Mesures et de Bilans chapeautée par l’ACEL.

L'étude hydrologique de l'estuaire

L'étude hydrologique de l'estuaire

L'Association communautaire de l'estuaire de la Loire (ACEL) poursuit sa mission de réflexion sur d'éventuels aménagements du fleuve. Elle présentait ce jour aux élus et associations l'étude hydrologique qui devrait donner un avis d'experts sur l'évolution naturelle prévisible. Le délégué général Marc Leroy explique le sens de cette mission.
22 jan 1993
02m 04s
Fiche (000098)

Les trafics historiques du port de Nantes (engrais, sucre, bois, céréales…) se maintiennent, en lien avec les industries « bord à quai » localisées sur le quai Wilson (Société Nantaise des Engrais, raffinerie Béghin Say) ou avec les terminaux dédiés du port (Cheviré pour le bois, Roche Maurice pour les céréales).

Toutefois, la construction et la mise en service du pont des Trois Continents en 1994 sur le bras de Pirmil, entre le MIN et la zone des abattoirs à Rezé, oblige à revoir la chaîne de la logistique finale de l'approvisionnement en sucre de canne de Béghin Say. Les bateaux sucriers sont déchargés à Cheviré et la matière première acheminée par une noria de camions vers la raffinerie.

S'il ne remet pas en cause l'activité de cette usine, emblématique de l'histoire portuaire de Nantes et dont les bâtiments ont été remarquablement rénovés en 1993, ce changement fragilise l'une les deux seules raffineries de sucre de canne française, dont l'activité ne tient que grâce au soutien de l'Europe à la production de la canne à sucre dans les territoires français d'Outre-Mer.

Le dragage de la zone d’évitage reste néanmoins nécessaire pour permettre le demi-tour aux navires sucriers mais aussi aux grumiers, aux céréaliers et autres cargos à marchandises diverses

La campagne sucrière à Nantes

La campagne sucrière à Nantes

Arrivé au port par cargos, le sucre brut est déchargé puis traité par les 193 salariés de l'usine automatisée Béghin-Say, témoin de la prospérité passée de la filière sucrière Nantaise. Ce sucre (120 000 tonnes par an) subit des opérations de transformation, d'affinage et des contrôles réguliers en laboratoire avant son conditionnement final.
24 jan 1996
02m 25s
Fiche (000100)
Dragage de la Loire

Dragage de la Loire

Chaque été entre Nantes et Saint-Nazaire, la Loire doit être draguée pour maintenir le fleuve navigable pour les navires de commerce. Après estimation des hauteurs par le service hydrographique, cette opération très technique dégage 4 000 tonnes de sable et de vase par jour.
25 juil 1997
01m 40s
Fiche (000108)
Manœuvre d'un cargo

Manœuvre d'un cargo

L'Ocean Island, un cargo de 220 m chargé de bois, a effectué une manœuvre d'évitage sur la Loire, assisté par deux remorqueurs Abeille.
30 aoû 1998
20s
Fiche (000110)

Dans le même temps, le projet de construire une centrale nucléaire sur la rive sud de l'estuaire, d'abord au Pellerin, dans l’agglomération nantaise, puis sur le site du Carnet, près de Paimboeuf, est suspendu puis définitivement abandonné par le gouvernement dirigé par Lionel Jospin, après les élections de 1997, et après une longue période de contestation démarrée en 1976.

Le nucléaire du Pellerin au Carnet

Le nucléaire du Pellerin au Carnet

Retour sur plus de vingt ans de débats autour de l'implantation d'une centrale nucléaire en Loire-Atlantique. D'abord au Pellerin, dans les années 70, puis au Carnet depuis les années 80, des élus locaux ont longtemps souhaité cette implantation, recevant alors le soutien d'une partie des décideurs nationaux. Mais les opposants locaux auront finalement raison de ces projets.
19 avr 1997
03m 15s
Fiche (000107)

La disparition de la navale et des activités industrialo-portuaires qui lui étaient liées laissent en plein cœur de la ville un vaste espace en déshérence qui suscite pourtant quelques chimères comme celle d’une zone économique à statut fiscal spécial (ZIA) portée par Jean-Joseph Régent, ancien Président du Port et de la CCI, et un promoteur luxembourgeois, zone censée accueillir les Quartiers Généraux de grandes multinationales. Le projet sera abandonné en 1989.

La volonté de conserver l’identité fluviale, industrielle et maritime est très présente. Dès 1992 la réhabilitation du bâtiment des Ateliers et Chantiers de Nantes est lancée. Il accueillera notamment la Maison des Hommes et des Techniques.

Une vaste réflexion est alors menée sur l’avenir de l’Île. Deux architectes, Dominique Perrault et François Grether, se voient confier une mission d’étude par la Ville de Nantes, à laquelle ils remettront leur projet en 1994. Le concept de l’Île de Nantes vient de naître.

Face à cet espace considérable à urbaniser, la Ville choisit de se renforcer sur elle-même. Elle veut le faire en créant un nouveau récit identitaire, respectueux de l'histoire industrielle et économique du lieu, sans remettre en cause les activités subsistant sur l'île, en privilégiant le traitement des espaces publics et notamment des berges, en choisissant de réhabiliter les friches existantes, d’aménager par îlots successifs autour d'implantations majeures, de s'appuyer sur la culture, et de favoriser l’appropriation de ces espaces nouveaux par l’événementiel ou la localisation d’activités grand public... En 1998, la ville lance un marché de définition destiné à formuler le projet. En décembre 1999, l’équipe menée par le tandem Chemetoff-Berthomieu est retenue pour conduire ce vaste chantier.

Parallèlement les équipements symboles des activités de la construction navale - cales de mise à l’eau et grues jaune et grise - sont rachetés par la Ville et sauvegardés, voire classés. L’ancienne Gare de l’État est réhabilitée et devient la Maison des Syndicats, symbole de l’attachement à l’histoire ouvrière de l’Île. La réhabilitation ou la reconstruction d’anciens bateaux symboliques (le Saint-Michel II de Jules Verne) sont encouragées. En 1999, la réhabilitation du Chantenay, l’un des roquios assurant la liaison Trentemoult-Chantenay est ainsi engagée par l’Association des Bateaux du Port de Nantes (ABPN) pour lui redonner sa capacité à naviguer sur la Loire. Les initiatives ponctuelles de traversée du fleuve entre Trentemoult et le quai de la Fosse révèlent d’ailleurs une certaine nostalgie de ces anciens modes de franchissement.

Un roquio en travaux

Un roquio en travaux

Aux chantiers de l'Esclain, à Nantes, l'Association des bateaux du port de Nantes (ABPN) restaure le roquio Chantenay, ancienne navette de Loire. Pour l'heure, un tiers du budget est bouclé, les plans dessiné par les élèves de l'Ecole d'architecture sont prêts, l'association d'insertion OSER est sur le pont. Une souscription va être lancée pour financer les moteurs.
02 déc 1999
01m 22s
Fiche (000113)
Navette fluviale

Navette fluviale

A l'occasion de la Semaine des transports, une navette fluviale a été mise en place entre Trentemoult et le quai de la Fosse. Un Roquio datant de 1888, le Chantenay, est en cours de restauration pour reprendre ce trajet d'ici un an.
20 sep 2002
01m 37s
Fiche (000119)

L’implantation du Palais de Justice en 2000 s’accompagne de la réhabilitation de la berge depuis le pont Haudaudine jusqu’au pont Anne de Bretagne avec, notamment, la création du quai François Mitterrand devant le palais lui-même. Simultanément la passerelle piétons Victor Schoelcher est construite, permettant le franchissement du bras de la Madeleine entre la place de la Petite Hollande et le nouveau quai.

Depuis le début des années 2000, l’Île de Nantes est ainsi le théâtre d’un grand chantier de rénovation urbaine, dont la maîtrise d’œuvre est assurée par la SAMOA (Société d'aménagement de la métropole Ouest Atlantique), qui fut créée en 2003.

Assez vite la question de la libération des espaces portuaires inutilisés par le Port Autonome fait partie des priorités de la SAMOA. Un échange de terrains est conclu entre la Ville et le Port qui, contre la libération de la zone dite des Chantiers (partie nord-ouest de l’île), récupère le site de l’ancienne centrale électrique de Cheviré, propriété de la Ville.

Cette première étape précède l’accord concernant à terme la libération des zones portuaires du sud-ouest de l’île, le long du quai Wilson. Le Port prépare donc le transfert des activités qui y sont encore, vers Cheviré. Ceci ne concerne pas les activités céréalières toujours localisées sur Roche-Maurice.

Dans la même logique, les grues et équipements portuaires du quai Wilson font également l’objet d’un transfert à Cheviré en 2005.

Projet de déménagement du Quai Wilson

Projet de déménagement du Quai Wilson

A Nantes, les activités industrielles portuaires du Quai Wilson vont être transférées au quai de Cheviré dans les mois à venir. Les décideurs économiques et politiques justifient ce déménagement par la nécessaire restructuration du port et le projet de la future Île de Nantes. Un syndicaliste et un chef d'entreprise y voient, eux, des inconvénients, sociaux, environnementaux et économiques.
12 fév 2004
02m 21s
Fiche (000121)
Chargement important de blé pour la Chine

Chargement important de blé pour la Chine

La Chine vient de commander 700 000 tonnes de blé à la France. 57 000 tonnes sont en cours de chargement dans un vraquier grec au port de Cheviré à Nantes. Ce contrat offre de belles perspectives économiques pour les entreprises de la région.
26 oct 2004
02m
Fiche (000123)
L'avenir du port de Nantes

L'avenir du port de Nantes

Le transfert spectaculaire de trois grues du quai Wilson vers Cheviré met fin aux activités portuaires de l'île de Nantes. Ce déplacement, qui aura coûté 300 000 euros, est le signe d'une réorganisation des outillages portuaires. Cela pourrait engendrer une hausse du trafic routier alentour.
15 nov 2005
01m 46s
Fiche (000128)

Ces transferts actent finalement l'idée qu'il faut cesser de chercher à adapter l'estuaire et son chenal aux bateaux qui continuent de grandir et grossir, comme on l’a fait depuis un siècle, et, à l'inverse, envisager de n’y faire naviguer que les bâtiments adaptés à sa morphologie.

Ceci admis, il devient possible et souhaitable de travailler à l'amélioration du fonctionnement de l'estuaire comme le propose le GIP Loire Estuaire.

Bilan du GIP Loire Estuaire

Bilan du GIP Loire Estuaire

Le Groupement d'Intérêt Public Loire Estuaire a pour mission de surveiller et mesurer l'évolution de l'estuaire de la Loire. Des siècles d'aménagements ont mis le fleuve en danger. La cellule de mesure et bilan va remettre aux décideurs politiques une étude d'impact qui permettra de choisir les aménagements fluviaux futurs, dans le but d'améliorer le fonctionnement du fleuve et de son estuaire.
02 déc 2005
01m 49s
Fiche (000129)

Il devient possible aussi d'envisager d'autres rôles ou fonctions pour le fleuve dans l’agglomération, d'autres usages et d'autres pratiques pour ses habitants.

Depuis 1987 et la fin des chantiers de construction navale, il aura fallu pratiquement 15 années pour cicatriser cette profonde blessure et commencer à imaginer des retrouvailles d'une autre nature avec le fleuve « évanoui ».

En 2007, Estuaire, biennale d'art contemporain imaginée par Jean Blaise, donnera l'opportunité aux habitants de ce grand territoire de découvrir ou redécouvrir ce magnifique écrin que constituent la Loire et son estuaire. Les œuvres d'art présentées sont le déclencheur d'une nouvelle envie de Loire, d’une (re)prise de conscience de la richesse inestimable qu'elle constitue pour la métropole Nantes-Saint-Nazaire.

En 2008, les Rencontres du Fleuve, financées par le Conseil Général de Loire-Atlantique, fourniront une autre occasion de faire la fête sur le fleuve et sur ses rives, d’Ancenis à Saint-Nazaire. Mariant musiques du monde et patrimoine fluvial, ces rencontres confirmeront cette envie de Loire retrouvée.

Estuaire 2007

Estuaire 2007

Pendant l'été, sur la Loire entre Nantes et Saint-Nazaire, une vingtaine d’œuvres d'art monumentales sont à découvrir dans le cadre de l'exposition Estuaire 2007. L'objectif de cette exposition est de parcourir l'espace autrement, avec des artistes contemporains de renom comme par exemple Daniel Buren ou Felice Varini.
08 juin 2007
02m 35s
Fiche (000177)
Rencontres du fleuve

Rencontres du fleuve

Les Rencontres du fleuve mettent en valeur le patrimoine maritime et fluvial de Nantes. Cette deuxième édition de la fête des embarcations traditionnelles fait revivre la Loire ancienne et réunit des passionnés de bateaux typiques comme le Léchalas, pour le transport de passagers, ou les toues, pour les marchandises.
08 juin 2008
02m 02s
Fiche (000131)