Parcours thématique

Vie quotidienne, culture, loisirs

Thierry Guidet

L’après-guerre : une ville à reconstruire (1945-1958)

Un tiers de la population sinistrée, un quart des immeubles détruits ou gravement endommagés. Au lendemain de la guerre, la priorité est à la reconstruction. La situation n’empêche pas le commerçant Aimé Delrue de créer dès 1946 un comité des fêtes et de relancer l’antique mi-carême avec ses chars et ses nuages de confettis. Elle sera longtemps la plus grande fête populaire du Grand-Ouest.

Nantes, le port et la ville

Nantes, le port et la ville

La Seconde Guerre mondiale a laissé la ville de Nantes en ruine. L'activité portuaire sur les bords de Loire reprend, tout comme dans les rues. En témoignent le fonctionnement du pont transbordeur, les mouvements des grues et le passage des trains et du tramway.
01 jan 1945
01m 45s
Fiche (000001)
Le Carnaval de Nantes

Le Carnaval de Nantes

Après de nombreuses années sans carnaval, la ville de Nantes est encore en ruine mais heureuse. Les Nantais retrouvent cette fête disparue depuis 1939, son ambiance si gaie et les personnages typiques de son patrimoine.
20 mar 1947
01m 02s
Fiche (000004)

L’immédiat après-guerre voit aussi l’organisation de manifestations florales au Champ-de-Mars par la Société nantaise d’horticulture, créée en 1828. Elles se transforment en Floralies internationales qui, aujourd’hui encore, accueillent 500 000 visiteurs à chaque édition. En 1956, le thème retenu est « Nantes port de l’Ouest ».

Inauguration des Floralies internationales de Nantes

Inauguration des Floralies internationales de Nantes

Accueilli par la foule devant le parc de la Beaujoire à Nantes, le ministre de l'Education nationale et député de Loire-Atlantique Olivier Guichard est venu inaugurer les Floralies Internationales, accompagné d'André Morice, maire de Nantes. Son entrée est salué par la fanfare montée de la garde républicaine de Paris.
24 avr 1971
03m 15s
Fiche (000038)

Voilà qui dit bien la conscience d’elle-même d’une ville industrialo-portuaire très marquée par la présence massive d’ouvriers se rendant en bleu de travail à vélo aux chantiers navals, qu’ils rejoignent aussi en empruntant le pont transbordeur. De vigoureux mouvements sociaux secouent la ville, notamment la longue grève des métallurgistes en 1955 qui connaît un retentissement national après la mort de l’ouvrier maçon Jean Rigollet, tué par les CRS.

Les grèves de 1955 à la Navale

Les grèves de 1955 à la Navale

Les archives audiovisuelles de la Maison des Sciences et Techniques de Nantes permettent de revenir en image sur le conflit social de 1955 aux chantiers navals de Nantes et Saint-Nazaire. Pendant sept mois, les manifestations se succédèrent, avec parfois de violents affrontements avec les CRS. Ce conflit permit de nettes améliorations des conditions de travail pour les ouvriers.
22 aoû 2017
02m 26s
Fiche (000192)

Date charnière de la vie politique nationale, 1958 marque aussi un tournant local : on démonte le transbordeur, cet élément majeur du paysage nantais depuis six décennies ; on ferme les dernières lignes du tramway qui fonctionnait depuis 1879.

Démolition du pont transbordeur de Nantes

Démolition du pont transbordeur de Nantes

Construit en 1903, le pont transbordeur de Nantes est en cours de destruction. Sa partie centrale est démontée puis transportée sur un navire fluvial devant une foule de Nantais.
22 mai 1958
01m 37s
Fiche (000010)
Dernier voyage du tramway nantais

Dernier voyage du tramway nantais

Le tramway nantais n'est plus. Il a parcouru une dernière fois les rues de la ville en passant devant la cathédrale, salué par la foule des Nantais, avant de rejoindre définitivement son dépôt.
29 jan 1958
02m 17s
Fiche (000009)

Un vent de modernité (1958-1977)

L’essor économique et le vent de modernité des années 1960 touchent Nantes. En bouleversant le rapport à la consommation et en généralisant l’usage de l’automobile, la grande distribution est un symbole de ces années-là. Émile Decré, en 1931, avait transformé le bazar familial du centre-ville en « magasin le plus moderne d’Europe », détruit par les bombardements. Il crée, en 1967, le premier hypermarché de l’agglomération, Record, installé à Saint-Herblain et qui sera suivi de bien d’autres enseignes à la périphérie de Nantes. C’est le cas de Carrefour qui s’installe en 1972 à l’est de Nantes, un an après l’ouverture du parc des expositions dans le voisinage : l’étalement urbain est en marche.

Méthodes de ventes modernes

Méthodes de ventes modernes

Reportage dans un grand supermarché de la périphérie nantaise. Le gérant interviewé n'y voit que des avantages et la vente en libre-service satisfait pleinement les consommateurs. Ils apprécient la large amplitude horaire d'ouverture, déambulent, choisissent leurs produits dans les rayons, passent en caisse et utilisent les caddies pour transférer les courses dans leur voiture.
09 jan 1968
05m 07s
Fiche (000029)

Autre signe des temps nouveaux, la toute jeune université dont le campus s’étale à partir de 1962 sur la rive droite de l’Erdre et qui va peu à peu modifier l’ambiance de la ville. On le vérifiera en mai 1968. La télévision régionale Télé Loire-Océan fait son apparition en 1964 et diffuse un journal quotidien. Dans une ville où le catholicisme a longtemps pesé d’un poids considérable, les choses changent au plan religieux. Manifestation de force, et parfois occasion d’affrontements, la procession de la Fête-Dieu mettait dans la rue des milliers de catholiques. En 1967, la dernière Fête-Dieu se confine à la cathédrale même si les bannières des 22 paroisses nantaises y sont fièrement brandies.

La Fête-Dieu à Nantes

La Fête-Dieu à Nantes

De nombreux fidèles se sont réunis à Nantes à l'occasion de la Fête-Dieu, événement liturgique au cours duquel processions et rites cultuels chrétiens ont été pieusement suivis.
13 juin 1966
52s
Fiche (000022)

Quatre ans plus tôt, une poignée de catholiques, dont le futur élu socialiste Guy Goureaux, avaient fondé le Cercle Jean XXIII qui réunit des intellectuels et des syndicalistes ouvriers (comme Gilbert Declercq, un des artisans de la déconfessionnalisation de la CFTC puis dirigeant national de la CFDT) et paysans (comme Bernard Lambert passé du MRP au PSU).

Gilbert Declercq : <em>Syndicalistes en liberté</em>

Gilbert Declercq : Syndicalistes en liberté

Gilbert Declercq, auteur du livre Syndicalistes en liberté, évoque les luttes syndicales à Nantes dans les dernières décennies. Elles ont permis selon lui de grandes avancées sociales et l'épanouissement de milliers de syndicalistes, en 1955 notamment. Selon lui, le syndicalisme est le même aujourd'hui, grâce à la solidarité de classe, mais il est aussi différent car la tâche est plus vaste.
25 sep 1974
02m 53s
Fiche (000043)
Bernard Lambert

Bernard Lambert

Bernard Lambert, syndicaliste défenseur des petits paysans, est décédé à l'âge de 53 ans. Leader des grandes manifestations de 1967, auteur du livre Les paysans dans la lutte des classes. Fondateur du Mouvement des Paysans Travailleurs, il a également été un militant politique et député du MRP de Châteaubriant.
25 juin 1984
02m 49s
Fiche (000065)

C’est un exemple de la radicalisation politique de catholiques dont beaucoup vont rejoindre la gauche. Tout à la fin de cette période, en 1976, ouvre la première mosquée de Nantes dans la chapelle désaffectée de Saint-Christophe, voisine du stade Marcel-Saupin. Un événement moins spectaculaire mais sans doute plus significatif que le spectaculaire incendie qui ravage le toit de la cathédrale, le 28 janvier 1972.

L'incendie de la cathédrale de Nantes

L'incendie de la cathédrale de Nantes

La cathédrale Saint-Pierre de Nantes vient de subir un violent incendie survenu pendant des travaux de restauration. Le capitaine des pompiers en tire le bilan : les œuvres qu'elle abritait sont sauves, tout comme les voûtes, mais les toitures et charpentes sont détruites.
29 jan 1972
01m 43s
Fiche (000014)

Au cœur de cette époque, Mai 68 prend un tour singulier à Nantes : Sud-Aviation est la première usine occupée de France et son directeur séquestré ; un Comité central de grève se substitue au pouvoir officiel et se charge du ravitaillement et de la distribution de carburant ; des paysans se joignent au mouvement et convergent avec leurs tracteurs vers la place Royale rebaptisée place du Peuple…

Occupation de l'usine Sud Aviation à Nantes

Occupation de l'usine Sud Aviation à Nantes

La grève générale avec occupation des locaux à l'usine Sud Aviation de Bouguenais près de Nantes se poursuit. Les principales revendications sont le maintien des salaires en cas de réduction du temps de travail et le possible départ en pré-retraite pour les travailleurs de plus de 60 ans.
16 mai 1968
53s
Fiche (000013)
Mai 68 à Nantes

Mai 68 à Nantes

Les archives audiovisuelles du Centre d'histoire du travail permettent de revivre le mouvement social de mai 68 à Nantes. Initié dès la fin 1967 dans un contexte de crise sociale latente, il a débuté en février 1968 avec l'entrée en grève des étudiants de l'université, avant de se transformer quelques semaines plus tard en vaste mouvement mêlant étudiants, ouvriers et paysans dans un même combat.
01 mai 1968
04m 35s
Fiche (000188)

Et la culture ? Nantes ne brille guère en ce domaine. Elle passe à côté du mouvement de décentralisation à l’origine des Maisons de la culture et de nombreux festivals. Le cinéaste Jacques Demy est une exception avec un film qui transfigure la ville : Lola (1960) et l’apparition d’Anouk Aimée descendant les marches du passage Pommeraye. Suivront notamment Une chambre en ville (1982) qui fait revivre les grèves de 1955 et Jacquot de Nantes (1991) tourné par sa femme Agnès Varda alors que le cinéaste vivait ses dernières semaines.

Tournage du film d'Agnès Varda

Tournage du film d'Agnès Varda

A Nantes, Agnès Varda vient de reprendre le tournage de son film sur l'enfance de Jacques Demy. La réalisatrice dirige l'équipe du film dans une scène qui se déroule dans le garage de l'allée des tanneurs, où Jacques Demy a grandi.
08 aoû 1990
01m 09s
Fiche (000104)

Il se pourrait que le grand événement culturel de ces années-là soit la montée en première division, lors de la saison 1963-1964, du Football Club de Nantes, créé pendant la guerre. Longtemps entraînée par José Arribas, à qui succédera notamment Jean-Claude Suaudeau, l’équipe collectionne les titres de champion de France (1965, 1966, 1973, 1977, 1980, 1983) et remporte la coupe de France (1979). Au stade Marcel-Saupin, édifié sur les bords de la Loire, elle pratique un jeu dit « à la nantaise », marqué par le mouvement et le primat du collectif. L’expression est devenue un cliché dans les milieux politiques et économiques pour qualifier le goût de l’action en commun qui marquerait la ville dans tous les domaines.

Le Football club de Nantes

Le Football club de Nantes

Le FC Nantes vient de remporter son deuxième titre consécutif de champion de France et s'apprête à disputer la finale de la Coupe de France. Son entraîneur José Arribas estime que ces résultats sont l'aboutissement d'une progression régulière. Il évoque aussi l'avenir de son équipe à travers son joueur emblématique Ramon Muller et la Coupe d'Europe où elle n'a pas encore brillé.
21 mai 1966
05m 25s
Fiche (000195)

La guerre des cultures (1977-1989)

Les élections municipales de 1977 sont un énorme succès pour la gauche qui s’empare de nombreuses villes dans tout le pays. Comme presque toutes les villes de l’Ouest, Nantes bascule. Une municipalité d’union de la gauche dirigée par le socialiste Alain Chénard se substitue à la coalition de troisième force qui jusque-là gouvernait Nantes.
L’heure est au volontarisme politique, y compris dans le champ culturel confié à une jeune adjointe communiste, Jocelyne Cailleau. La Ville reconvertit la Manufacture des tabacs, lance la construction d’une vaste médiathèque et inaugure un nouveau conservatoire régional de musique et d’art dramatique.

Les grands travaux à Nantes

Les grands travaux à Nantes

Fermée depuis 1974, la manufacture des tabacs de Nantes est en cours de réhabilitation. La Maison des associations est déjà ouverte et d'autres équipements seront petit à petit mis en service. Ce chantier fait partie des gros travaux engagés depuis plusieurs mois à Nantes. Une Maison de la Culture (Rue du Général Buat) et une médiathèque (Quai de la fosse) sont aussi en construction.
28 sep 1982
02m 51s
Fiche (000058)

En 1982, en association avec le ministère de la Culture occupé par Jack Lang, elle ouvre une Maison de la culture dirigée par Jean Blaise. Fleurissent aussi de petites compagnies théâtrales : La Chamaille, Le Nombre d’or, Théâtre Nuit…

Ces initiatives sont toutefois éclipsées par la décision majeure du mandat, prise en septembre 1978 : implanter un nouveau tramway. Ce choix, pionnier en France, marque un tournant dans la vision de la ville que la nouvelle équipe refuse de voir asphyxiée par l’automobile. Cohérente avec l’abandon des pénétrantes envisagées par la municipalité précédente et le projet d’un périphérique, elle transformera profondément l’usage de la ville, des années plus tard. Mais dans l’immédiat les nuisances provoquées par le chantier du tramway, qui bat alors son plein, sont l’une des causes de l’échec de la gauche aux municipales de 1983 que remporte le sénateur RPR Michel Chauty.

Le point sur le tramway Nantais

Le point sur le tramway Nantais

Les travaux du tramway de Nantes se poursuivent. La circulation du tram au milieu du trafic routier fait débat. Un responsable du projet y répond et évoque aussi la question du financement de ce chantier dont l'amortissement, estime-t-il, se fera rapidement. Ce transport est aussi une vitrine pour les constructeurs français ; 220 villes dans le monde s'y intéressent déjà.
27 avr 1983
03m 14s
Fiche (000061)

Hostile au tramway, ce dernier suspend les travaux pendant plusieurs semaines avant de se résoudre à les reprendre. Mais il refusera d’inaugurer la ligne (de même que la médiathèque). Au plan culturel, il fait preuve de la même intransigeance, supprimant des subventions, dont celle accordée jusque-là à la toute jeune Maison de la Culture. Cela lui vaut le sobriquet de « sécateur maire » et provoque des manifestations de rue : longtemps indifférente aux élus nantais, la culture est devenue un enjeu de politique locale. Tandis que la droite décide de créer « sa » Maison de la culture, le Centre de recherche pour le développement culturel (CRDC) voit le jour, dirigé par Jean Blaise, appuyé par le ministère et un réseau de villes de gauche : Saint-Herblain (dont Jean-Marc Ayrault est le maire), Rezé, Saint-Nazaire, La Roche-sur-Yon…

Bataille culturelle

Bataille culturelle

La municipalité de Nantes s'oppose au choix de la Maison de la culture qui programme la pièce Le bas ventre. A travers ce débat, deux conceptions de l'action culturelle sont exprimées, l'une par Jean Blaise, directeur de la Maison de la culture, l'autre par Michel Chauty, le nouveau maire.
27 juil 1983
01m 24s
Fiche (000198)

Cette guerre des cultures ne résume toutefois pas cette période à elle seule. Le Festival des Trois Continents se lance en 1979 ; il donne à voir des films d’Asie, d’Afrique et d’Amérique latine.

Festival des 3 Continents

Festival des 3 Continents

Le Festival des 3 Continents de Nantes s'est achevé par la remise du grand prix au film Mon fils mon amour de l'indien Aribam Syam Sharma. La reconnaissance du public nantais pour le cinéma indien va plus loin puisque Ritwik Ghatak était à l'honneur, un cinéaste longtemps ignoré mais qui est une révélation aujourd'hui.
01 déc 1982
02m 59s
Fiche (000181)

La libéralisation des ondes, décidée en 1981, donne naissance à Radio Atlantic, la troisième radio libre créée en France. Telem, le premier service télématique d’information locale, est créé en 1982.

Service de télématique municipal à Nantes

Service de télématique municipal à Nantes

Avec trente ordinateurs dans les lieux publics, le réseau télématique "Telem-Nantes" permet, pour un faible coût annuel, l'accès rapide à 4 000 pages d'informations utiles au quotidien et mises à jour régulièrement. Selon un de ses promoteurs, le système va renforcer les bureaux de renseignement classique du fait de l'orientation des usagers vers les bons guichets.
10 fév 1982
03m 40s
Fiche (000055)

Le stade de la Beaujoire succède à Marcel-Saupin en 1984. Julien Gracq publie en 1985 La Forme d’une ville, ce livre tout entier consacré à Nantes. Le festival des Rendez-vous de l’Erdre conjugue plaisance et jazz à partir de 1986.

Inauguration du stade de La Beaujoire

Inauguration du stade de La Beaujoire

Le nouveau stade de Nantes à la Beaujoire vient d'être inauguré par un match FCN-Roumanie (0-1), en présence de la ministre de la Jeunesse et des Sports. Pour le président du FCN, son entraîneur ou ses joueurs, ce stade flambant neuf est immense et grandiose mais froid, il faudra donc s'y créer de nouvelles habitudes.
09 mai 1984
05m
Fiche (000064)
Julien Gracq

Julien Gracq

Julien Gracq, écrivain célèbre mais discret, vient de publier La Forme d'une ville, un livre dans lequel il se souvient du Nantes où il a vécu six ans en internat. Julien Gracq est uni à cette ville à travers ses odeurs, son animation. Il évoque avec poésie le théâtre Graslin, le cours Cambronne, la rue Scribe, l'opéra, les lisières de la cité et l'ancien observatoire, au petit port.
23 mar 1985
04m 22s
Fiche (000068)
Les Rendez-vous de l'Erdre

Les Rendez-vous de l'Erdre

Partie ce matin de Sucé-sur-Erdre, une régate a réuni une flottille de petits bateaux anciens à l'occasion des Rendez-vous de l'Erdre. La fête se poursuivait sur l'Île Versailles, avec concerts de jazz et parade d'embarcations de Loire et se prolongera ce soir avec un concert de blues.
05 sep 1992
02m 36s
Fiche (000097)

Au moment où l’on démolit le Palais des sports du Champ-de-Mars, en 1988, la Cité des congrès sort de terre de l’autre côté de la rue. La même année, Atlantis, le plus grand centre commercial de l’Ouest, ouvre à Saint-Herblain.

La destruction du Champ de Mars

La destruction du Champ de Mars

Le Palais du Champ de Mars à Nantes, inauguré en 1938, est en cours de démolition. Il devrait laisser place à un palais des congrès, une banque et une gare TGV. Gilles Bienvenu, enseignant en architecture, revient sur l'histoire de ce bâtiment et des habitants du quartier donnent leur avis sur sa destruction.
21 sep 1988
03m 13s
Fiche (000082)
Le Palais des congrès de Nantes

Le Palais des congrès de Nantes

Après trois ans de travaux et neuf millions de francs investis, Nantes aura bientôt sa Cité des Congrès, le plus grand centre de conférences de la façade atlantique. Son architecture, bien que contestée, offrira un auditorium de 2000 places et un hôtel 3 étoiles pour les manifestations culturelles, déjà programmées pour les trois ans à venir, et le tourisme d'affaires.
27 jan 1992
01m 44s
Fiche (000095)

N’oublions pas non plus ce moment de pure poésie : le 22 mars 1986, dans le quartier de Saint-Joseph de Porterie, la chanteuse Barbara inaugure la rue de la Grange-au-Loup qui n’existait jusque-là que dans Nantes, sa chanson qui commence par ces vers : « Il pleut sur Nantes/Donne-moi la main… »

Barbara inaugure la rue de la Grange au Loup

Barbara inaugure la rue de la Grange au Loup

Barbara et Gérard Depardieu sont à Nantes pour leur spectacle Lily passion. Ils en ont profité, à l'invitation de la Mairie de Nantes, pour inaugurer la rue de la Grange au Loup, dans le quartier de la Beaujoire, où le père de Barbara a vécu autrefois.
22 mar 1986
01m 44s
Fiche (000070)

La culture comme outil de développement (1989-2007)

1989, nouvelle alternance. Jean-Marc Ayrault redonne la ville à la gauche. Il occupera le fauteuil de maire jusqu’en 2012, une longévité politique sans précédent. Ses mandats successifs sont marqués par une politique culturelle hardie, à la fois reflet et outil d’une profonde mutation sociale. Elle est notamment conduite par Yannick Guin, adjoint à la Culture pendant trois mandats. Jean Blaise y joue un rôle tout particulier. Deux ans auparavant, en 1987, la ville avait vécu son ultime lancement de navire, un traumatisme dans une cité où les chantiers navals avaient été une activité centrale depuis des siècles. Comment soigner la dépression post-industrielle ? 1990 est l’année de la première édition des Allumées, un embrasement culturel hors normes imaginé par Jean Blaise. Chaque année, durant six nuits, de 6 heures du soir à 6 heures du matin, dans les friches industrielles, les appartements bourgeois et les serres tropicales, une ville étrangère vient montrer aux Nantais ses artistes les plus fous. Barcelone, Naples, Le Caire, Buenos Aires, Saint-Pétersbourg ont été ces visiteuses du soir.

Le Festival des Allumées

Le Festival des Allumées

Le tunnel Saint-Félix, étrangement décoré par un auteur de BD de Barcelone, est ouvert au public dans le cadre du festival Les Allumées à Nantes. Organisé par le Centre de recherche pour le développement culturel, le festival a pour but de faire découvrir des artistes des grandes villes européennes et mettre en valeur l'art nantais.
15 oct 1990
01m 57s
Fiche (000183)

Ce festival marque un tournant : dorénavant on usera du rêve comme d’un levier pour aider la ville à remonter la pente. Non seulement la fête redonne le moral aux Nantais, mais elle offre un formidable outil de communication. À la suite d’autres villes européennes, Nantes découvre que la culture est aussi une activité économique permettant de redonner une vie nouvelle aux usines abandonnées : le Lieu Unique, cette Maison de la culture d’un style nouveau, s’est installée en 1999 dans les anciens locaux de la biscuiterie Lefèvre-Utile. Le Grand Éléphant conçu par François Delarozière, des Machines de l’île, promène les enfants là où il n’y a pas si longtemps on fabriquait des bateaux. Un « Quartier de la création » a remplacé les chantiers navals.

Ouverture du Lieu Unique

Ouverture du Lieu Unique

Le Lieu Unique vient d'ouvrir à Nantes dans le bâtiment de l'ancienne usine LU. Géré par le Centre de recherche pour le développement culturel (CRDC), ce lieu abritera une salle de spectacle, un lieu d'exposition ainsi qu'un bar et un restaurant. Jean Blaise et son architecte Luc-José Caux en exposent les objectifs.
30 déc 1999
01m 47s
Fiche (000114)
Les Machines de l'île

Les Machines de l'île

Les Machines de l'Île occupent l'espace laissé vacant par les Chantiers navals de Nantes. Pierre Orefice retrace l'histoire de ce projet, né en 2000, et en détaille la philosophie. Il s'agit d'aller à la rencontre du public, durablement, alors que l'Île de Nantes se profile comme le prochain cœur de la ville.
25 sep 2007
02m 12s
Fiche (000193)

La Folle Journée, conçue par René Martin, est devenu le premier festival français de musique classique. Les parades de la troupe de théâtre de rue Royal de Luxe, venue de Toulouse à Nantes en 1989, mettent la ville sens dessus dessous. Cette troupe aménage en 1992 un cargo affrété par la Ville qui cingle vers l’Amérique chargé d’une cargaison d’artistes.

La Folle journée Mozart

La Folle journée Mozart

A la Cité des congrès de Nantes se déroulent les Folles journées, festival de musique classique dédié cette année à Mozart. Ces festivités au concept simple - 50 concerts de courtes durées - réjouissent les 17 000 mélomanes et les quelques 180 musiciens pourtant peu habitués à ce format événementiel.
04 fév 1995
04m 24s
Fiche (000186)
Le Géant tombé du ciel

Le Géant tombé du ciel

Le Géant de la compagnie Royal de Luxe est tombé du ciel à Nantes pour raconter l'histoire de Gulliver, au grand plaisir des spectateurs. Après son réveil, il s'est déplacé dans les rues, non sans effrayer quelques enfants et faire, au passage, des dégâts spectaculaires.
29 aoû 1994
02m 02s
Fiche (000185)
<em>Cargo 92</em>

Cargo 92

Cargo 92, c'est l'aventure de Royal de Luxe, Mano Negra et des troupes de Philippe Decouflé et Philippe Genty. Tous ces artistes embarquent vers l'Amérique latine à bord d'un ancien céréalier transformé en scène de spectacle. Celle-ci a été aménagée au sein d'un quartier de Nantes refait de toutes pièces.
07 mar 1992
02m 38s
Fiche (000176)

La biennale d’art contemporain Estuaire sème de l’art contemporain tout au long du fleuve entre Nantes et Saint-Nazaire. Dans un autre registre, quelques matches de la Coupe du monde de football 1998 se jouent à la Beaujoire... La liste est longue des événements qui ont changé l’image de la ville dont Le Grenier du Siècle, cette invitation lancée aux Nantais de léguer un objet significatif du XXe siècle aux générations futures. Le 31 décembre 1999, ils ont été consignés pour 100 ans au Lieu Unique.

Estuaire 2007

Estuaire 2007

Pendant l'été, sur la Loire entre Nantes et Saint-Nazaire, une vingtaine d’œuvres d'art monumentales sont à découvrir dans le cadre de l'exposition Estuaire 2007. L'objectif de cette exposition est de parcourir l'espace autrement, avec des artistes contemporains de renom comme par exemple Daniel Buren ou Felice Varini.
08 juin 2007
02m 35s
Fiche (000177)
Le grenier du siècle

Le grenier du siècle

Le grenier du siècle s'est achevé hier à Nantes. Le principe de cet événement était de stocker, dans les niches vitrées du Lieu unique, les objets usuels de la vie quotidienne des Nantais du XXe siècle, un témoignage scellé d'une époque que les générations futures découvriront dans cent ans.
01 jan 2000
01m 52s
Fiche (000101)

Volonté d’équilibre ? Les années Ayrault ont aussi été le moment d’un effort de mémoire sans précédent : en 1992, l’exposition Les Anneaux de la mémoire consacrée au commerce triangulaire attire des centaines de milliers de visiteurs ; en 1994, une exposition du Musée des Beaux-Arts et de la Bibliothèque municipale explore le passé surréaliste de Nantes ; fermé pendant des années, le château des ducs de Bretagne rouvre en 2007 et abrite désormais un musée d’histoire de la ville.

Les Anneaux de la mémoire

Les Anneaux de la mémoire

Les Anneaux de la mémoire, une exposition sur le passé négrier de Nantes, est organisée au Château des Ducs de Bretagne par l'association du même nom. En deux parties, l'une sur le commerce triangulaire et l'autre sur l'Art africain, l'exposition permet de comprendre et de se souvenir.
05 déc 1992
01m 55s
Fiche (000105)
Le Château des Ducs de Bretagne

Le Château des Ducs de Bretagne

Le Château des Ducs de Bretagne rouvre ses portes après trois ans de travaux. Une restauration de fond en comble y a été menée pendant quinze ans. Trente salles d'exposition et huit cents objets retracent désormais l'histoire de la ville, bâtie autour du fleuve, mais aussi celle des Nantais. Visite guidée par Krystel Gualde, chargée de conservation, et Marie-Hélène Jouzeau, directrice.
09 fév 2007
02m 15s
Fiche (000102)

À la mesure des changements de la ville, le paysage médiatique se transforme : en 2004, se lancent deux télévisions locales qui ont depuis fusionné. L’année suivante, le groupe Ouest-France prend le contrôle du quotidien Presse Océan, lointain descendant du prestigieux Phare de la Loire. Une myriade de publications voit le jour : « l’irrégulomadaire satirique » La Lettre à Lulu, la lettre d’information économique API, le magazine Terra Eco, la revue bimestrielle Place publique, le magazine Fragil, le mensuel culturel Pulsomatic

Nantes 7 à la veille de son ouverture

Nantes 7 à la veille de son ouverture

Nantes 7 diffusera ses premières émissions demain sur un canal de diffusion partagé avec Télé Nantes. Cette nouvelle télévision locale, financée par la Socpress, est installée dans un hangar d’Alstom sur l'île de Nantes et emploie 35 personnes.
09 déc 2004
54s
Fiche (000124)

En 2006, la métropole complète sa gamme d’équipements culturels en accueillant un Zénith, l’un des trois plus grands de France, capable de recevoir près de 10 000 spectateurs.

Visite guidée du Zénith

Visite guidée du Zénith

Le nouveau Zénith ouvre ses portes à Saint-Herblain. C'est le 13e de France et il dispose de la plus grande salle de l'Ouest, qui pourra accueillir 8 500 personnes. Denis Turmel, son directeur, et Olivier Landry, directeur technique, en vantent les fonctionnalités.
04 déc 2006
02m 21s
Fiche (000130)

Tous ces événements d’apparence disparate ont pourtant leur cohérence. Nantes est devenue une métropole "tertiarisée" qui aspire à jouer son rôle en Europe. Les grues Titan continuent de se dresser à la proue de l’Île de Nantes mais ne sont plus que les totems d’un passé évanoui. Et le bleu de travail a disparu de l’arc-en-ciel nantais.

Indications bibliographiques

  • Dominique Amouroux, Alain Croix, Thierry Guidet, Didier Guyvarc’h (directeurs), Dictionnaire de Nantes, Presses universitaires de Rennes, 2013.
  • Jean-Pierre Berthomé, Jacques Demy, Les Racines du rêve, L’Atalante, 1982.
  • Alain Besson, Jean-Marc Ayrault. Une Ambition nantaise, Coiffard, 2004.
  • Jean Blaise, Frédéric Bonnet, Dominique Luneau, Estuaire. L’art et le fleuve, Gallimard, 2007.
  • Jean Blaise et Jean Viard (entretiens avec Stéphane Paoli), Remettre le poireau à l’endroit. Pour une autre politique culturelle, L’Aube, 2015.
  • Jordi Bover (photographies), Le Royal de Luxe, Plume, 1994.
  • Emmanuelle Chérel, Le Mémorial de l’abolition de l’esclavage de Nantes, Presses universitaires de Rennes, 2012.
  • Philippe Dossal, Réenchanteur de ville, Jean Blaise, Ateliers Henry Dougier, 2015.
  • Magali Grandet, Stéphane Pajot, Dominique Sagot-Duvauroux, Gérôme Guibert, Nantes, la belle éveillée, Le pari de la culture, L’Attribut, 2009.
  • Musée des Beaux-Arts, Bibliothèque municipale, Le Rêve d’une ville. Nantes et le surréalisme, 1994.
  • Frédérique de Gravelaine, « La création prend ses quartiers », Place publique, hors-série, 2011.
  • Thierry Guidet, (photos : Michel Plassart), « Nantes saisie par la culture », Autrement, 2007.
  • Thierry Guidet, « La Folle Journée de Nantes. Une ville à l’unisson ?» Place publique, hors-série, 2009.
  • Thierry Guidet, La Rose et le granit. Le socialisme dans les villes de l’Ouest (1977-2014), L’Aube, 2014.
  • Eugène Leblanc, Nantes la rebelle, Ed. Chiffoleau, 1984.
  • Pierre Leenhardt, Il était une fois… Cargo 92, Actes Sud, 2013.
  • Place publique, notamment les numéros 1 (« Le musée du château : toute une histoire ! »), 8 (« Julien Gracq et Nantes »), 9 (« Mai 68 à Nantes : il fut chaud, ce printemps ! »), 10 (« Comment on fabrique une métropole touristique »), 27 (« Nantes et Saint-Nazaire, des villes créatives ? »), 29 (« Traite négrière : regarder le passé en face »), 30 (« Le socialisme à visage urbain »), 31 (« De Flaubert à Spiderman, le voyage à Nantes »), 33 (« La ville de toutes les musiques »), 48 (« Le théâtre, art de la ville. La ville, théâtre vivant »).
  • Revue 303, Né à Nantes comme tout le monde, 2007.