Zouc

07 mai 1972
03m 46s
Réf. 00233

Notice

Résumé :

L'humoriste suisse Zouc fait la promotion de son spectacle L'Alboum. L'interview repose entre autres sur des croquis que l'artiste commente, et sur des extraits du spectacle, qui montrent la variété de la galerie de personnages qu'elle imagine.

Date de diffusion :
07 mai 1972
Source :
Artistes et personnalités :
Thèmes :
Lieux :

Éclairage

Zouc, de son vrai nom Isabelle von Allmen, est née en Suisse en 1950. Formée à la comédie aux conservatoires de Neuchâtel et de Lausanne, elle suit également à Paris les cours de Tania Balachova. Elle poursuit une carrière de comédienne au cinéma, à la télévision et au théâtre. En 1970, elle crée ses premiers sketches, une galerie de portraits qui deviendra L'Alboum de Zouc, présenté en 1972 au théâtre de l'Atelier, puis au Vieux-Colombier. La silhouette sombre, en robe noire, cheveux longs autour d'un visage pâle, sera une constante de ses spectacles. L'humour qu'invente Zouc est très particulier, et repose en premier lieu sur sa capacité à camper des personnages extrêmement divers, avec une grande virtuosité corporelle et vocale. En effet, la comédienne est capable d'incarner aussi bien une vieille femme qu'une enfant ou un bébé vagissant. La construction de son spectacle est également novatrice, avec une fluidité étonnante dans le passage d'un personnage à l'autre. Bien que constitué d'une série de sketches, L'Alboum est également un spectacle très fluide et très suivi, avec des transitions très douces entre les différentes situations esquissées. Dans cette vidéo, Zouc évoque son intérêt tout particulier pour les personnages d'enfants, et l'on peut également voir un extrait de son spectacle, dans lequel elle interprète une petite fille. Ces extraits montrent bien la finesse du jeu de Zouc, la précision de son travail physique et vocal, qui rendent ses transformations extrêmement saisissantes. Si l'humour de Zouc repose sur la création de ces personnages, dont elle avoue sans fard qu'ils sont inspirés de la vie, mais largement recomposés pour la scène, il s'agit aussi d'un humour particulier parce qu'en demi-teinte, comportant une part de nostalgie, parfois de tristesse. Il ne s'agit pas d'un comique de la péripétie ou de la chute, mais bien, comme le dit l'artiste dans l'interview, de saisir la complexité de la vie et toutes ses facettes, jusque dans la banalité. L'Alboum de Zouc connaît un grand succès en France, de même que R'Alboum, son second spectacle, présenté au Théâtre de la Ville en 1976. Suivent deux autres spectacles, Zouc à l'école des femmes en 1984 et Zouc au Bataclan en 1987. La comédienne se consacre ensuite plus spécifiquement au cinéma. Suite à des ennuis de santé, Zouc interrompt sa carrière à la fin des années 90.

Anaïs Bonnier

Transcription

Zouc
Pour donner la complexité dans un visage, pas que les choses restent à l’état de… à la vie ! C’est très joli, très, j’aime beaucoup. Vous m’aviez pas dit, et j’aime beaucoup. Ah, ça c’est très beau. J’aime beaucoup ce joli mariage des couleurs c’est... Oui, des fois on trouve pas les mots pour exprimer mais c’est très plaisant. Très plaisant, j’ai beaucoup de plaisir. Non ça, non, ça j’aime pas beaucoup, non. Non, vraiment [inaudible] fait des progrès extraordinaires. Vraiment tu vois j’adore tes citrons. Et vraiment, tu permets pour moi c’est des citrons, si je te dis vraiment y a pas de raison, vraiment regarde cette toile, t’étais trop influencé de Chagall et… bien, bien !
(Musique)
Journaliste
Tous ces gens que vous avez racontés sur la scène, vous les avez rencontrés naturellement ?
Zouc
Oui bien sûr ! Je pense que ce qui est intéressant c’est pas donner la vue des autres gens, c’est bien sûr donner sa vue. Et ce qui est intéressant c’est tout de même, enfin, je pense c’est donner ce qu’on connaît bien ou ce qu’on a très bien senti. Il faut jamais truquer, jamais ! La source n’est quoi ? Mais oui c’est ça, une quoi ? Tu te dépêches. Une… Une quoi ? Une rivière alors écrit !
(Silence)
Zouc
[inaudible] Trois petits, trois petits oiseaux jolis, cachés dans leur petit nid, le chat qui les a pris, oh ! Le vilain chat, le vilain chat gris, oh ! Le vilain chat, le vilain chat gris. Hein ? Oui ? Non, non, Non ! Euh, mais je voulais laver le piano. Oui, oui maman, oui.
(Silence)
Zouc
Les gosses me passionnent.
Journaliste
Mais qu’est-ce qui est plus dur, les gosses ou les autres ?
Zouc
Tout est difficile.
Journaliste
Et ces adultes, vous les avez rencontrés souvent dans votre vie ?
Zouc
Ben, j’ai beaucoup vécu avec eux. Ce qui m’intéresse c’est de montrer, si vous voulez, pas une chose évidente, c'est-à-dire que quand on voit un personnage, il est mille choses, et que on soit un peu dérouté. Parce que la vie, on s’aperçoit que une personne au fond, il vous... il vous échappe constamment, il a un côté attendrissant tout à coup il devient ignoble et après il est cassant. Je veux dire tous ces moments, c’est intéressant et c’est ça qui m’intéresse. C'est-à-dire, qu’on s’aperçoive que la vie est énorme au fond et qu’elle nous échappe tout le temps quoi.
Journaliste
Quand on feuillette avec vous votre Alboum Zouc, on est amené à rencontrer quelques personnages. Ces personnages ont quelque chose d’hallucinant, de tragique. Et pourtant vous aimez, semble-t-il, la vie. Vous parlez toujours de la vie.
Zouc
Mais c’est la vie aussi.