Le Dernier Caravansérail (Odyssées)

01 mars 2005
04h 29m 32s
Réf. 10123
Cette vidéo n'est pas disponible en visionnage intégral actuellement (extrait seulement)

Notice

Cette vidéo est un extrait. L'intégralité sera disponible en visionnage gratuit du 28 mai 2018 au 01 juillet 2018. À tout moment, vous pouvez retrouver l'intégralité en DVD édité par :
Résumé :

Spectacle du Théâtre du Soleil, mis en musique par Jean-Jacques Lemêtre et mis en scène par Ariane Mnouchkine.

Date de diffusion :
01 mars 2005
Lieux :
Fiche CNT :

Éclairage

Un spectacle du Théâtre du Soleil

Comment ne pas...

Comment ne pas remplacer la parole de ta bouche par ma parole même de bonne volonté ?

Comment ne pas remplacer ta langue étrangère par notre langue française ?

Comment garder ta langue étrangère sans manquer de politesse et d'hospitalité à l'égard du public, notre hôte dans le théâtre ?

Comment, sans se comprendre en mots, se comprendre quand même en cœur ?

Comment ne pas s'approprier l'angoisse des autres en en faisant du théâtre ?

Comment ne pas pécher par illusion de compréhension et par crainte d'incompréhension ?

Comment se mettre aussi près que possible de la place de l'autre sans la prendre ?

Comment ne pas traduire ? C'est-à-dire : comment ne pas traduire ? Il faut bien traduire.

Comment ne pas se laisser séduire par la meute des bons sentiments ?

Comment ne pas en rajouter ? Ni d'un côté ni de l'autre.

Comment se glisser entre la bonne conscience et la mauvaise conscience, les siamoises ?

Comment tout dire sans un mot ?

Comment devenir humain c'est-à-dire jamais assez ni trop ?

Comment ne jamais renoncer à l'absolu que l'on n'atteindra jamais ?

Comment être l'acteur d'un personnage et non son maître

Comment se laisser être un refuge pour l'étranger ?

Comment ne jouer aucun rôle ?

Et si on n'y arrive pas ? C'est la question du réfugié en son voyage.

Un film

Rien ne remplace l'expérience de la scène et du public assemblés que le spectacle constitue en communauté, et la puissance des souvenirs de théâtre vient de celle des émotions vécues ensemble, à la fois fortifiées et adoucies de leur brûlure intime par le partage. Mais le regard de cet "étranger proche" qu'est le cinéma considérant la scène d'aujourd'hui dans ses manifestations concrètes peut aussi être source d'émotion. Si le film de théâtre emprunte à ce dernier le principe de rencontre qui le fonde, s'il transfère le dialogue scène/salle en dialogue théâtre/cinéma, il peut devenir l'objet d'une confrontation dialectique et féconde entre deux auteurs, deux équipes, ou deux arts, malgré les difficultés à organiser cette confrontation, à la gérer, à l'atteindre. Il peut devenir oeuvre d'art à part entière, témoignant en même temps d'une autre oeuvre d'art. Périssable, le spectacle est irreproductible dans son immédiateté. Comme tout objet, il est différent de son image ... Filmer le théâtre nécessite de trouver pour chaque spectacle un dispositif visuel spécifique qui permette de rendre compte du spectacle donné, tout en ayant pour objectif de créer un objet nouveau qui participe des deux arts à la fois.

Pas de "théâtre filmé" donc, avec tout l'ennui que la mise en conserve du vivant, de l'éphémère, peut susciter. Il s'agit de repenser l'œuvre scénique pour le cinéma, et cet acte peut se rapporter à une tentative de traduction d'un langage, avec ses codes, ses lois, à un autre, de façon à ce que le passage de la scène à l'écran rende l'œuvre théâtrale accessible à un nombre plus élevé de spectateurs qui ne partagent pas forcément la culture de ceux qui ont fait l'assistance au spectacle.