Parcours thématique

L'opéra français et ses interprètes

Alain Perroux

L'«invention» de l'opéra en France

L'opéra en tant que genre n'est pas né en France. C'est l'Italie qui en fut le berceau au tournant entre le XVIe et le XVIIe siècles, d'abord dans les académies florentines, puis à Rome et Venise, avant que le théâtre en musique ne se répande dans toute la péninsule. Dès lors, d'autres pays européens s'intéressent à cette forme qui ne cesse de gagner en popularité.

La France ne fait pas exception. Le cardinal Mazarin y fait venir des troupes italiennes avant de passer commande d'un opéra italien au maître du genre, le Vénitien Francesco Cavalli : Ercole Amante est ainsi créé en 1662 lors du mariage de Louis XIV. A cette occasion, le musicien du roi, Jean-Baptiste Lully, compose des musiques de danse insérées dans l'ouvrage de Cavalli. Car la France a une riche tradition de ballet, encouragée par Louis XIV le « roi-danseur ». Lully, d'origine italienne, va dès lors s'efforcer de développer un type d'opéra qui soit propre à la France, intégrant des éléments du ballet de cour, de la tragédie classique et de l'opéra italien en une synthèse originale. Récupérant le privilège de l'Académie d'opéra que le roi a fondée en 1669, et s'appuyant sur les expérimentations de certains de ses contemporains comme Robert Cambert, Lully crée un genre d'opéra typiquement français : la «tragédie lyrique», dont il donne un premier exemple avec Cadmus et Hermione en 1673. Voyant le succès remporté par l'ouvrage, il persévère dans cette voie. L'Académie royale de musique produit ces nouveaux spectacles lyriques sous la direction du musicien, lequel profite jalousement de l'exclusivité que lui confère le privilège royal.

C'est ainsi que Lully va régner sans partage sur l'opéra français naissant, léguant à la postérité des chefs d'œuvre tels qu' Armide, Alceste, Thésée ou Atys, ouvrages redécouverts avec éblouissement à la fin du XXe siècle. Après la mort de Lully, d'autres musiciens auparavant relégués dans son ombre vont émerger, notamment Marc-Antoine Charpentier avec Médée (1693) et André Campra avec notamment Tancrède (1702) et Idoménée (1712).

<i>Atys</i> de Lully et Quinault

Atys de Lully et Quinault
[Format court]

Encadrant une interview du metteur en scène Jean-Marie Villégier, qui évoque les rapports complexes du classicisme français avec le baroque européen dont il se nourrit et se démarque à la fois, extraits de l'opéra : acte III, scène 4 (air du sommeil) et acte V, scène 6 (mort d'Atys et chant de Cybèle).

19 mar 1990
04m 16s
Fiche (00266)

L'héritage lulliste revivifié par Rameau

Au début du XVIIIe siècle, la tragédie lyrique a toujours autant de succès, mais le genre commence à montrer des signes de fatigue. Dans ce genre en voie de désuétude, Jean-Philippe Rameau introduit ses hardiesses orchestrales et harmoniques dès son premier opéra, Hippolyte et Aricie, qu'il écrit à l'âge de 50 ans. C'est un succès immense, malgré la résistance que vont lui opposer les tenants de l'opéra lulliste. Suivront d'autres chefs d'œuvre comme Dardanus, Castor et Pollux, Platée ou Les Indes Galantes .

 <i>Hippolyte et Aricie</i> de Rameau au Festival d'Aix-en-Provence

Hippolyte et Aricie de Rameau au Festival d'Aix-en-Provence
[Format court]

A Aix-en-Provence, on répète le premier chef d'œuvre lyrique de Jean-Philippe Rameau : Hippolyte et Aricie. Entre quelques images de répétitions, le metteur en scène Pier Luigi Pizzi parle du style baroque, le chef d'orchestre John Eliot Gardiner évoque la difficulté de jouer Rameau en renouant avec les instruments d'époque et Jessye Norman, interprète de Phèdre, fait part de ses impressions.

16 juil 1983
04m 36s
Fiche (01007)
 Michel Sénéchal dans le rôle-titre de <i>Platée</i> de Rameau    

Michel Sénéchal dans le rôle-titre de Platée de Rameau    
[Format court]

Dans cet extrait d'une captation de Platée au Palais Garnier (Opéra de Paris), l'on assiste à l'entrée en scène du personnage-titre, nymphe ridicule devant être interprétée par un ténor aigu en travesti, en l'occurrence Michel Sénéchal, dont le nom demeure associé à la redécouverte de ce chef-d'œuvre de Jean-Philippe Rameau.

09 juil 1977
04m 22s
Fiche (01018)
 <i>Les Indes Galantes</i> de Rameau mises en scène par Maurice Lehmann à l'Opéra de Paris

Les Indes Galantes de Rameau mises en scène par Maurice Lehmann à l'Opéra de Paris
[Format court]

A l'occasion d'une interview, Maurice Lehmann tente d'analyser le succès durable qu'a connu sa production des Indes Galantes de Jean-Philippe Rameau créée en 1962 à l'Opéra de Paris. Il explique ce succès par le fait qu'il s'agissait d'un grand divertissement adressé à un public populaire. Ses propos sont illustrés de croquis de décors et de costumes.

19 nov 1972
03m 24s
Fiche (01013)

Paradoxalement, si les partisans de Rameau contre ceux de Lully constituaient «l'avant-garde» des années 1730 et 40, la situation va s'inverser quand les Encyclopédistes, Rousseau en tête, vont déclencher la « Querelle des bouffons ». Rameau passe alors pour le représentant d'une forme lyrique démodée et conservatrice, opposée à la nouvelle simplicité que l'on croit déceler dans l'opéra italien de l'époque.

A la mort de Rameau en 1765, la tragédie lyrique, emblème de l'ancien régime, est à bout de souffle. L'opéra français est bientôt gagné par une fièvre réformatrice née en Italie au milieu du siècle et qui va se répandre dans la capitale française par l'entremise de Christoph Willibald Gluck, dont les ouvrages créées (ou adaptés) en français comme Orphée, Alceste ou Iphigénie en Tauride mettent en œuvre sa volonté de créer des opéras où la musique et la danse sont au service du drame.

Sous la Révolution, l'opéra français semble comme tétanisé. C'est dans le souvenir de Gluck et par l'entremise de musiciens comme Spontini ou Cherubini que va se dessiner l'art lyrique du XIXe siècle.

Paris, capitale de l'opéra

Dans la France de la première moitié du XIXe siècle, l'opéra va devenir le lieu de parade et de rencontre de la bourgeoisie florissante. Et le genre lui-même va connaître un nouvel essor grâce à une nouvelle génération de compositeurs inventifs et/ou talentueux, dont beaucoup sont d'origine étrangère : avec son Guillaume Tell, Gioacchino Rossini prépare la voie au genre du «grand opéra» dont Giacomo Meyerbeer va être le plus glorieux représentant (avec des ouvrages comme Robert le Diable, Les Huguenots et Le Prophète) en compagnie de Daniel François Esprit Auber (La Muette de Portici) et Jacques Fromental Halévy (La Juive).

Forte de ses différents théâtres voués à des genres distincts (l'Académie royale ou impériale de musique pour le grand opéra, la Salle Favart pour l'opéra comique, le Théâtre des Italiens pour les ouvrages en italien), la ville de Paris devient une plaque tournante de l'art lyrique où les plus grands compositeurs du siècle sont invités, que ce soit Bellini, Donizetti, Verdi ou Wagner, lesquels ont tous écrit des ouvrages spécifiquement destinés aux institutions parisiennes. Au grand opéra, spectacle opulent s'articulant en grands tableaux historiques avec chœurs, figurants et ballet, succéderont des opéras au contenu plus sentimental dans lesquels s'illustrera la génération de Charles Gounod, auteur des deux piliers du répertoire que sont Faust et Roméo et Juliette, tandis que le singulier génie d'Hector Berlioz trouve à s'exprimer dans des ouvrages lyriques hors-norme, que ce soit sa « symphonie dramatique »  La Damnation de Faust   ou ses épiques Troyens .

 Le <i>Faust</i> de Gounod vu par Jorge Lavelli

Le Faust de Gounod vu par Jorge Lavelli
[Format court]

Extrait de la captation intégrale, le 30 mars 1976, du Faust de Charles Gounod mis en scène par Jorge Lavelli, et dirigé par Sir Charles Mackerras, une des productions les plus révolutionnaires de l'ère Liebermann à l'Opéra de Paris. La scène de la Kermesse permet de retrouver le Faust de Nicolaï Gedda, la Marguerite de Mirella Freni, le Méphistophélès de Roger Soyer, le Siebel de Renée Auphan, et surtout la fameuse production de Lavelli.

30 mar 1976
04m 40s
Fiche (01016)
 Roberto Alagna dans <i>Roméo et Juliette</i> de Gounod

Roberto Alagna dans Roméo et Juliette de Gounod
[Format court]

Ce sujet d'actualité dévoile des images d'une mise en scène de Roméo et Juliette de Gounod par Nicolas Joël, directeur du Théâtre du Capitole de Toulouse qui coproduit le spectacle avec le Covent Garden de Londres. La focale est dirigée sur le couple central interprété par deux jeunes chanteurs : la soprano Leontina Vaduva et le ténor Roberto Alagna, qui dit quelques mots sur son rôle.

26 nov 1993
02m 47s
Fiche (01112)
 <i>La Damnation de Faust</i> de Berlioz mise en scène par Maurice Béjart

La Damnation de Faust de Berlioz mise en scène par Maurice Béjart
[Format court]

Georges Auric, directeur de l'Opéra de Paris, présente la production de La Damnation de Faust d'Hector Berlioz mise en scène et chorégraphiée par Maurice Béjart en 1964, dont on voit un fragment de la Marche hongroise.

04 aoû 1964
01m 50s
Fiche (01080)
 Ouverture de l'Opéra Bastille avec <i>Les Troyens</i> d'Hector Berlioz

Ouverture de l'Opéra Bastille avec Les Troyens d'Hector Berlioz
[Format court]

Extrait du premier acte des Troyens de Berlioz, avec l'entrée du Cheval dans Troie, dans la production de Pier Luigi Pizzi, et dirigés par Myung-Whun Chung, montés pour l'ouverture de la première saison de l'Opéra-Bastille, avec la mezzo soprano américaine Grace Bumbry dans le rôle de Cassandre.

17 mar 1990
01m 43s
Fiche (01003)
 <i>Les Troyens</i> au Festival Berlioz de Lyon

Les Troyens au Festival Berlioz de Lyon
[Format court]

Représentés pour la première fois en 1987 dans leur intégralité en France au Festival Berlioz à l'Auditorium de Lyon, sous la direction de Serge Baudo et dans une mise en scène de Patrice Caurier et Moshe Leiser, Les Troyens sont ici présentés par le chef d'orchestre et les deux metteurs en scène, tandis que trois extraits, dont un avec la mezzo Nadine Denise dans le rôle de Didon, illustrent la production.

18 sep 1987
03m 01s
Fiche (01008)

Dans le domaine moins spectaculaire mais non moins prisé de l'opéra comique, genre qui mêle numéros musicaux et scènes parlées en des intrigues volontiers romanesques, et que l'on cultive dans l'institution du même nom, l'immense succès que rencontrent Fra Diavolo d'Auber, La Dame blanche de Boieldieu puis Mignon d'Ambroise Thomas se prolonge dans des opéras au contenu plus fantastique comme Les Contes d'Hoffmann d'Offenbach, ou alors plus « réaliste » et tragique comme Lakmé de Delibes.

 Mady Mesplé chante "L'air des clochettes" de <i>Lakmé</i> de Leo Delibes

Mady Mesplé chante "L'air des clochettes" de Lakmé de Leo Delibes
[Format court]

Extrait d'une production télévisuelle de studio de Lakmé de Leo Delibes, réalisée par Henri Spade. Le fameux « Air des clochettes » est interprété par la soprano légère colorature Mady Mesplé, l'une des gloires du chant français des années soixante.

17 nov 1961
06m 41s
Fiche (01116)

C'est d'ailleurs à l'Opéra-Comique qu'est créé, en 1875, l'opéra français aujourd'hui le plus populaire au monde : Carmen de Georges Bizet. Massenet prendra le relais à la fin du siècle, avec ses ouvrages d'un romantisme fin-de-siècle, au premier rang desquels figurent Manon et Werther .

 Entrée de <i>Carmen</i> au répertoire de l'Opéra de Paris en 1959

Entrée de Carmen au répertoire de l'Opéra de Paris en 1959
[Format court]

Jusque là réservée à la scène de l'Opéra-Comique où elle a été créée, la Carmen de Bizet fait son entrée à l'Opéra Garnier dans une production de Raymond Roulleau, des décors de Lila de Nobili, sous la direction du jeune chef prodige Roberto Benzi, et avec Jane Rhodes dans le rôle de la cigarière.

10 nov 1959
04m 42s
Fiche (01009)
 <i>Carmen</i> à Pékin

Carmen à Pékin
[Format court]

Interview de René Terrasson qui met en scène en 1982 Carmen de Bizet, à l'Opéra Central de Pékin, avec séance d'information préalable du public, entrée du chef d'orchestre Jean Perrisson dans la fosse, et extrait de la fameuse Habanera interprétée en chinois.

26 fév 1982
06m 23s
Fiche (01126)
 Francesco Rosi évoque son film <i>Carmen</i>, d'après Bizet

Francesco Rosi évoque son film Carmen, d'après Bizet
[Format court]

Interrogé par Eve Ruggieri, le cinéaste Francesco Rosi parle de son travail pour tirer un film de la Carmen de Bizet. Il parle de sa tentative de donner une interprétation visuelle de l'opéra intégrant sa dimension musicale. Il parle aussi de la personnalité de Carmen. Quelques images du tournage avec Julia Migenes et Ruggiero Raimondi illustrent ses propos.

10 nov 1983
03m
Fiche (01061)

Le XXe siècle : l'opéra démultiplié

Au tournant du siècle, l'opéra n'échappe pas à l'éclatement des styles et des formes qui caractérise le XXe siècle naissant. C'est alors que naissent des chefs d'œuvre uniques, souvent conçus en réaction à la domination des drames musicaux de Wagner, lequel a considérablement marqué la France. Dans cet état d'esprit anti-wagnérien, Claude Debussy compose son opéra Pelléas et Mélisande qui suscite d'abord l'incompréhension à sa création en 1902, avant de rallier les suffrages et d'être reconnu comme un des chefs d'œuvre les plus originaux du répertoire.

 Entrée au répertoire de l'Opéra Garnier de <i>Pelléas et Mélisande</i>

Entrée au répertoire de l'Opéra Garnier de Pelléas et Mélisande
[Format court]

Trois courts extraits de la production de Jorge Lavelli (la scène de la fontaine, la scène Golaud et Yniold, le duo final Pelléas et Mélisande) où l'on voit apparaître Richard Stilwell, Frederica von Stade et Gabriel Bacquier, encadrent une brève intervention du metteur en scène argentin à propos du caractère particulier de l'œuvre de Debussy.

24 mar 1977
02m 58s
Fiche (01000)
 Pierre Boulez dirige <i>Pelléas et Mélisande</i> au Covent Garden de Londres

Pierre Boulez dirige Pelléas et Mélisande au Covent Garden de Londres
[Format court]

A l'occasion de la première d'une nouvelle production de Pelléas et Mélisande de Debussy au Royal Opera House de Covent Garden, à Londres, le compositeur et chef d'orchestre Pierre Boulez, qui dirige le spectacle, parle de sa conception du chef d'œuvre de Debussy, en insistant sur l'humanité des personnages.

05 déc 1969
02m 48s
Fiche (01103)
 <i>Pelléas et Mélisande</i> au Festival d'Aix-en-Provence

Pelléas et Mélisande au Festival d'Aix-en-Provence
[Format court]

Début de l'acte III de Pelléas et Mélisande de Claude Debussy, dans la production mise en scène par Jacques Dupont et dirigée par Serge Baudo au Festival d'Aix-en-Provence, en juillet 1966. Dans cette fameuse scène, Mélisande chante en lissant ses longs cheveux en haut d'une tour. Pelléas la rejoint et joue avec sa chevelure.

27 juil 1966
07m 02s
Fiche (01011)

Le siècle sera marqué par d'autres ouvrages uniques en leur genre, que ce soit Ariane et Barbe-Bleue de Paul Dukas, les opéras de Francis Poulenc (Les Mamelles de Tirésias, La Voix humaine ou encore Dialogues des carmélites) et l'« opéra-cathédrale » d'Olivier Messiaen, Saint-François d'Assises .

 Création de<i> La Voix humaine</i> de Poulenc

Création de La Voix humaine de Poulenc
[Format court]

Quelques mois après la création à l'Opéra-Comique, Francis Poulenc, interrogé par Bernard Gavoty, évoque les circonstances drôlatiques, liées à Maria Callas, qui l'ont amené à composer La voix humaine, sur la pièce de Jean Cocteau, et accompagne ensuite au piano Denise Duval, sa créatrice, dans un extrait de l'œuvre.

14 mai 1959
07m 58s
Fiche (01078)
 Denise Duval chante un extrait de <i>Dialogues des Carmélites</i> de Poulenc

Denise Duval chante un extrait de Dialogues des Carmélites de Poulenc
[Format court]

Interrogé par Bernard Gavoty, Francis Poulenc évoque brièvement la création de ses Mamelles de Tirésias, puis de Dialogues des Carmélites. Il laisse la place à Denise Duval, la créatrice de ses opéras en France, qui après que le présentateur ait résumé le début de l'œuvre de Georges Bernanos, chante un extrait du premier acte.

14 mai 1959
05m 32s
Fiche (01077)
 Olivier Messiaen présente son opéra <i>Saint François d'Assise</i>

Olivier Messiaen présente son opéra Saint François d'Assise
[Format court]

Interrogé par Mildred Clary, Olivier Messiaen expose les principes mêmes de son opéra Saint François d'Assise, quelques minutes avant la retransmission intégrale télévisée de l'œuvre, quelques jours après sa création à l'Opéra de Paris le 28 novembre 1983.

12 déc 1983
08m 49s
Fiche (01082)
 L'ange musicien de <i>Saint François d'Assise</i> d'Olivier Messiaen

L'ange musicien de Saint François d'Assise d'Olivier Messiaen
[Format court]

Extrait du 2e acte de l'opéra de Messiaen, lors de sa création en 1983, avec l'apparition de l'Ange musicien (Christiane Eda-Pierre) à Saint François (José van Dam).

12 déc 1983
04m 07s
Fiche (01083)

L'opéra français et ses interprètes

Dès les débuts de l'opéra français, le public s'est passionné pour le genre non seulement à travers ses ouvrages, mais aussi à travers leurs interprètes. Aux chanteurs vénérés par le XVIIIe siècle comme la haute-contre Jélyotte, grand interprète de Rameau, ou Sophie Arnould, illustre interprète de Gluck, ont succédé les vedettes de l'opéra italien du début du XIXe siècle, qui font les beaux soirs du Théâtre-Italien, comme Isabella Colbran, Giulia Grisi, Giovanni Battista Rubini, Nicolas Levasseur, Luigi Lablache ou Maria Malibran. Dans le domaine de l'opéra français proprement dit, les chanteurs les plus populaire ont pour nom Adolphe Nourrit, Louis Duprez, Cornélie Falcon, Henriette Sontag, Pauline Viardot, etc.

Vue d'aujourd'hui, la tradition du chant français nous est précisément connue à partir du moment où le disque et les médias on pu en garder des traces sonores. Les archives télévisuelles n'ont conservé que quelques interviews des plus glorieux chanteurs de la première moitié du siècle comme George Thill, paradigme du ténor français au style irréprochable dont Werther était le rôle-fétiche ou Germaine Lubin, soprano dramatique qui fut une des grandes wagnériennes de son temps tout en s'illustrant dans les rôles dramatiques du répertoire francophone : de ceux-ci, il ne nous reste que ces images tournées alors qu'ils étaient déjà retirés des scènes.

 Georges Thill, le trac, et Werther

Georges Thill, le trac, et Werther
[Format court]

Au cours d'un « plateau » réunissant Emmanuel Bondeville, ancien Président de la RTLN, le chorégraphe Serge Lifar, et le journaliste Pierre Petit, Georges Thill, âgé de 80 ans, évoque le trac que peut ressentir un artiste face au public, puis réinvestit peu à peu le rôle de Werther de Massenet en écoutant son enregistrement discographique de 1931, qui permet de retrouver la voix exceptionnelle de celui qui fut, de 1925 à 1940, LE ténor français par excellence.

11 déc 1977
06m 46s
Fiche (01125)
 Germaine Lubin évoque sa carrière

Germaine Lubin évoque sa carrière
[Format court]

Agée de 75 ans, la soprano française Germaine Lubin évoque en 1965 son immense carrière qui, entre les deux guerres mondiales, fit d'elle une des stars de l'Opéra de Paris sous la direction fort brillante de Jacques Rouché, et la vit aussi paraître au Festival de Bayreuth en 1938 et 1939.

14 mar 1965
04m 54s
Fiche (01117)

La génération suivante, qui s'illustra dans l'après-guerre, est en revanche bien documentée. Elle présente les traces d'un style français qui remonte sans doute au XIXe siècle et dont la principale caractéristique réside dans sa volonté de faire passer le texte et sa déclamation avant le culte du beau son. On en trouve des exemples éloquents chez l'atypique Denise Duval, interprète fétiche de Poulenc, chez le ténor Alain Vanzo, chez la populaire mezzo-soprano Jane Rhodes, chez la soprano colorature Mady Mesplé, chez le baryton Gabriel Bacquier et chez la grande Régine Crespin, qui s'illustra autant dans Berlioz que dans Verdi, Wagner ou Strauss.

 Création de<i> La Voix humaine</i> de Poulenc

Création de La Voix humaine de Poulenc
[Format court]

Quelques mois après la création à l'Opéra-Comique, Francis Poulenc, interrogé par Bernard Gavoty, évoque les circonstances drôlatiques, liées à Maria Callas, qui l'ont amené à composer La voix humaine, sur la pièce de Jean Cocteau, et accompagne ensuite au piano Denise Duval, sa créatrice, dans un extrait de l'œuvre.

14 mai 1959
07m 58s
Fiche (01078)
 Alain Vanzo et Andrée Esposito interprètent un extrait de <i>La Traviata</i>

Alain Vanzo et Andrée Esposito interprètent un extrait de La Traviata
[Format court]

Extrait d'une production de studio de télévision de La Traviata de Giuseppe Verdi de 1965, chantée en français, qui permet de retrouver le ténor Alain Vanzo et la soprano Andrée Esposito, exemplaires témoins des qualités de l'école de chant français des années cinquante et soixante.

29 juil 1965
02m 40s
Fiche (01118)
 Entrée de <i>Carmen</i> au répertoire de l'Opéra de Paris en 1959

Entrée de Carmen au répertoire de l'Opéra de Paris en 1959
[Format court]

Jusque là réservée à la scène de l'Opéra-Comique où elle a été créée, la Carmen de Bizet fait son entrée à l'Opéra Garnier dans une production de Raymond Roulleau, des décors de Lila de Nobili, sous la direction du jeune chef prodige Roberto Benzi, et avec Jane Rhodes dans le rôle de la cigarière.

10 nov 1959
04m 42s
Fiche (01009)
 Mady Mesplé chante "L'air des clochettes" de <i>Lakmé</i> de Leo Delibes

Mady Mesplé chante "L'air des clochettes" de Lakmé de Leo Delibes
[Format court]

Extrait d'une production télévisuelle de studio de Lakmé de Leo Delibes, réalisée par Henri Spade. Le fameux « Air des clochettes » est interprété par la soprano légère colorature Mady Mesplé, l'une des gloires du chant français des années soixante.

17 nov 1961
06m 41s
Fiche (01116)
 Le duel de <i>Don Giovanni</i> au Festival d'Aix en 1964

Le duel de Don Giovanni au Festival d'Aix en 1964
[Format court]

Cet extrait d'une captation intégrale (en noir et blanc) du Don Giovanni de Mozart montre la première scène, celle au cours de laquelle Don Juan provoque en duel et tue le Commandeur, père de Donna Anna qu'il vient d'essayer de violer. Il s'agit de la fameuse mise en scène de Jean Meyer dans des décors du peintre Cassandre qui fit les beaux jours du Festival d'Aix pendant 23 ans.

15 juil 1964
03m 30s
Fiche (01010)
 Régine Crespin chante le rôle-titre d'<i>Ariane à Naxos</i> au Festival d'Aix

Régine Crespin chante le rôle-titre d'Ariane à Naxos au Festival d'Aix
[Format court]

Extrait de la captation d'Ariane à Naxos de Richard Strauss, production reprise au Festival d'Aix-en-Provence en 1966. L'air d'Ariane «Es gibt ein Reich» est interprété par la soprano française Régine Crespin.

20 juil 1966
06m 07s
Fiche (01119)

Et si les années 70-80 marquent un «creux» sensible dans la perpétuation du style français, ce dernier a repris des couleurs à la fin du XXe siècle grâce à la génération du ténor Roberto Alagna et de la soprano Natalie Dessay, pour citer deux chanteurs d'opéra français devenus extrêmement populaires bien au-delà des frontières de l'Hexagone.

 Roberto Alagna dans <i>Roméo et Juliette</i> de Gounod

Roberto Alagna dans Roméo et Juliette de Gounod
[Format court]

Ce sujet d'actualité dévoile des images d'une mise en scène de Roméo et Juliette de Gounod par Nicolas Joël, directeur du Théâtre du Capitole de Toulouse qui coproduit le spectacle avec le Covent Garden de Londres. La focale est dirigée sur le couple central interprété par deux jeunes chanteurs : la soprano Leontina Vaduva et le ténor Roberto Alagna, qui dit quelques mots sur son rôle.

26 nov 1993
02m 47s
Fiche (01112)
 A l'orée de sa carrière, Natalie Dessay chante Mozart

A l'orée de sa carrière, Natalie Dessay chante Mozart
[Format court]

A l'occasion d'une émission musicale présentée par Alain Duault, la jeune soprano colorature Natalie Dessay interprète l'air de Blondchen extrait de L'Enlèvement au sérail de Mozart. Puis elle échange quelques mots avec le présentateur.

30 sep 1990
05m 34s
Fiche (01127)

Pour aller plus loin

Jean-Marie Villégier

Jean-Marie Villégier
[Grand entretien]

Grand entretien avec Jean-Marie Villégier, par Pierre Notte

2011
02h 40m 52s
Fiche (06014)
Jorge Lavelli

Jorge Lavelli
[Grand entretien]

Grand entretien avec Jorge Lavelli, par Dominique Darzacq

2004
03h 30m 17s
Fiche (05004)