Parcours thématique

De l'image des soldats aux images de soldats

Sébastien Denis, Jean-Pierre Bertin-Maghit

L'image des soldats français face à une guerre d'indépendance

par Sébastien Denis

L'armée n'est pas une et indivisible durant la guerre d'Algérie. Elle est constituée de groupes sociaux parfois très différents n'ayant pas vécu les mêmes expériences : il n'y a pas grand rapport entre un soldat d'active ayant fait la guerre d'Indochine, un appelé français à peine majeur venu de sa province et un « harki ». Pourtant, tous doivent faire face à une guerre doublement particulière, à la fois par la forme de guérilla qu'elle prend dans un pays aux territoires souvent difficiles d'accès, et parce qu'il s'agit d'une guerre d'indépendance visant à mettre un terme à la colonisation de l'Algérie. Le gouvernement et l'armée ne veulent toutefois pas que ces « événements » puissent passer pour une « guerre », terminologie limitée à des pays belligérants. S'il y avait une « guerre » en Algérie, cela laisserait en effet entendre que l'Algérie est un pays constitué – or il s'agit de départements français... Toute la complexité de la situation est là : il faut faire la guerre (une guerre dure où on n'hésite pas à employer le napalm et la torture, même si ce n'est bien sûr pas le cas partout) tout en la montrant le moins possible et en mettant en valeur les actions de « pacification »... Difficile alors, en dehors de quelques rares films d'instruction dédiés aux soldats, de mettre en scène une armée en guerre avec de véritables soldats, ni même un véritable ennemi.

Contre-guérilla

Contre-guérilla

Film d'instruction. Entraînement : accrochage et et réduction de l'adversaire.

04 avr 1957
15m 20s
Fiche (01024)

Des soldats ordinaires : le contingent

En mars 1956, les « pouvoirs spéciaux » votés par le parlement confèrent aux militaires d'Algérie un pouvoir très important, le gouvernement se désaisissant d'une partie de ses prérogatives. Le contingent est a priori utile en termes d'image pour le gouvernement et l'armée, puisque l'envoi des appelés et rappelés crée un lien fort entre les deux côtés de la Méditerranée qui va dans le sens d'une impossible séparation de l'Algérie et de la France. On donne des soldats du contingent une image qui semble relativement réconfortante (l'arrivée des troupes en bateau pour lutter contre le « terrorisme ») et paisible, limitée à une action non violente (le quadrillage du terrain et le contrôle des populations), comme dans de nombreuses actualités civiles et militaires (Voir L'armée et le drame algérien) ou dans des rushes couvrant des actions de « pacification » (voir Construction d'une route dans le cadre de la "pacification").

L'armée et le drame algérien

L'armée et le drame algérien

Film sur l'action anti-subversive et les activités de l'armée au profit des populations en Algérie.

04 fév 1957
14m 49s
Fiche (01014)
Construction d'une route dans le cadre de la « pacification » et contrôle d'identité [muet]

Construction d'une route dans le cadre de la « pacification » et contrôle d'identité [muet]

Images non montées d'un chantier en montagne, puis de l'arrestation, de la mise en fiches et de la photographie de "suspects".

29 avr 1956
07m 57s
Fiche (01005)

Pourtant, dans les faits de nombreux appelés sont amenés à faire une « sale guerre », qui transpire (malgré la censure) à travers le courrier ou les films d'appelés (voir infra), mais surtout lors des rares permissions. Nombreux sont les soldats du contingent qui voyagent pour la première fois, et qui, confrontés à un environnement et à une civilisation radicalement différents de leurs habitudes, sombrent dans la dépression. Enfin, face à une guérilla violente sur des terrains tourmentés, ces jeunes soldats meurent (voir les images choquantes dans Autour du drame algérien) et donnent rapidement du conflit une image négative en métropole, ce qui décidera le général de Gaulle, en plus de la situation internationale (voir La question algérienne à l'ONU et le Discours de M. Couve de Murville à l'ONU), à refermer la « boîte à chagrins » de l'Algérie française.

 Autour du drame algérien

Autour du drame algérien

Ce film à charge relate les "événements algériens" du point de vue des autorités françaises. Contient des images de cadavres pouvant être choquantes.

déc 1957
13m 57s
Fiche (00074)
 La question algérienne à l'Onu : discours de M. Pineau

La question algérienne à l'Onu : discours de M. Pineau

A l'ONU, le ministre des Affaires étrangères Christian Pineau répond aux délégués des pays socialistes - soutiens du FLN - sur la question de la décolonisation en Algérie.

13 fév 1957
48s
Fiche (00071)
 Discours de M. Couve de Murville à l'Onu

Discours de M. Couve de Murville à l'Onu

Déclaration du Ministre des Affaires Etrangères Maurice Couve de Murville devant l'Assemblée Générale de l'ONU, qui a inscrit la question du conflit algérien à son ordre du jour.

01 oct 1959
02m 24s
Fiche (00076)

Des soldats « positifs » : les SAS

Les Sections administratives spécialisées sont mises en œuvre par Jacques Soustelle (alors gouverneur général de l'Algérie) en septembre 1955 afin de doter l'Algérie d'un meilleur outil d'administration.

 En Algérie, scènes de la pacification

En Algérie, scènes de la pacification

L'action de l'armée dans les régions isolées administrées par les sections administratives spécialisées, les SAS.

23 mai 1956
01m 21s
Fiche (00070)

Ces soldats dépendent à la fois des pouvoirs civil et militaire et sont chargés d'actions jugées positives auprès des populations algériennes, avec la mise en route de chantiers (et donc l'emploi des hommes), d'écoles pour les enfants, de dispensaires médicaux... A l'image (en photo dans la presse, et au cinéma), parallèlement aux soldats du contingent qui « pacifient » le terrain, les officiers SAS donnent donc de l'armée française une représentation non militaire (ils sont « désarmés et désarmants », héritée des bureaux arabes du XIXe siècle, ouverts sur l'écoute et l'aide aux populations.

Képi bleu

Képi bleu

Le képi bleu : surnom donné aux officiers SAS (Section administrative spécialisée) engagés dans l'opération de "pacification" menée par l'armée française en Algérie. Présentation de sa mission : le rôle du képi bleu est d'établir le contact, de "fraterniser" avec la population en difficulté. Il effectue une tournée dans divers villages, accompagné d'un harki et si besoin d'infirmières.

09 mar 1957
24m 06s
Fiche (01013)

Ces soldats sont surtout employés dans la propagande entre 1956 et 1960 ; ils sont mis en parallèle des avancées sociales du plan de Constantine dans plusieurs films militaires, dont le film ci-dessous.

Cités nouvelles

Cités nouvelles

Présentation du plan d'urbanisme et de la campagne de relogement de la population algérienne : remplacement des bidonvilles par des constructions en béton.

27 juil 1959
09m 43s
Fiche (01019)

Des soldats d'exception : les « grands chefs » et les troupes de choc

Les soldats des troupes de choc sont centraux dans le dispositif militaire en Algérie, à la fois pour leur force de frappe dans une guerre de guérilla et pour l'image qu'ils donnent de l'armée, qui est pourtant en contradiction apparente avec la « pacification ». Ils perpétuent (et souvent en viennent directement) la tradition contre-révolutionnaire créée durant la guerre d'Indochine. Ces mêmes soldats sont au cœur de l'expédition avortée de Suez.

Le monde libre et l'Egypte

Le monde libre et l'Egypte

Film à charge contre Nasser et sa politique, après l'échec de l'expédition franco-britannique de Suez.

02 jan 1957
16m 54s
Fiche (01012)

Par ailleurs, les chefs les plus connus médiatiquement sont ceux issus de ces corps d'exception, notamment les parachutistes à l'occasion des « batailles d'Alger » en 1957 : Bigeard et Massu, en particulier, vont être largement médiatisés. L'arrivée du général de Gaulle en 1958 ne change pas totalement cette dimension : ce sont bien les troupes de choc qui sont au centre des images du Plan Challe à partir de 1959 de manière à donner l'image d'une armée martiale répondant aux ordres de leurs chefs et du gouvernement (voir L'opération Jumelles continue).

 L'opération "Jumelles" continue

L'opération "Jumelles" continue

Le premier ministre Michel Debré visite la casbah d'Alger, puis il se rend en Kabylie où le général Challe mène l'opération "Jumelles" contre le FLN.

12 aoû 1959
01m 20s
Fiche (00075)

Un film est dédié à ces « commandos de chasse » que le général Bigeard a mis en oeuvre.

Commando de chasse

Commando de chasse

Mise en scène d'opérations de "contre-guérilla" menées par les commandos en terrain montagneux et boisé.

23 oct 1959
17m 06s
Fiche (01020)

Mais les parachutistes, trop connectés à la torture et trop impliqués dans les actions « séditieuses » à partir de 1960, s'ils font partie de ces commandos, ne sont plus directement mis en valeur, au profit de « commandos » au sens large, composés de soldats issus d'unités différentes et comportant souvent d'anciens soldats de l'ALN ralliés. L'un des commandos les plus connus est le commando Georges, composé uniquement de « FSNA » (Français de souche nord-africaine).

Commando Georges [muet]

Commando Georges [muet]

Images non montées du commando Georges en action, composé uniquement d'anciens « fellaghas » ralliés.

18 avr 1960
08m 50s
Fiche (01010)

Des soldats « utiles » : les soldats « musulmans » de l'armée, les supplétifs et les ralliés

Les soldats « musulmans », comme on les appelle alors, sont très utiles pour l'armée en Algérie, aussi bien parce qu'ils connaissent le terrain et facilitent les échanges en arabe (une langue inconnue de la plupart des soldats métropolitains) que parce qu'ils donnent l'impression que les Algériens sont de manière générale du côté de la France. Trois cas existent : les soldats d'active d'origine algérienne, les « supplétifs » non permanents (dont les fameux « harkis ») et les « ralliés », anciens soldats de l'ALN. Les anciens combattants de l'armée d'Afrique lors des guerres mondiales sont également valorisés dans plusieurs films, faisant office de modèles pour les jeunes générations.

 Askri - anciens combattants algériens

Askri - anciens combattants algériens

Ce film consacré aux anciens combattants algériens propose une rétrospective des combats les plus importants auxquels ils ont participé lors de la Seconde Guerre mondiale. Il expose ensuite, à travers l'exemple de quelques vétérans, les droits qu'ils ont acquis : licences spéciales pour ouvrir des cafés ; décorations militaires ; pensions de guerre ; dispensaires et centres pour invalides et mutilés ; école militaire pour leurs enfants.

1952
12m 25s
Fiche (00069)

Ne dépendant pas directement de l'armée, mais sous sa surveillance, les groupes d'autodéfense sont également très intéressants car ils sont la preuve d'une prise en main des populations par elles-mêmes.

Histoire d'un village

Histoire d'un village

Après l'enlèvement d'un villageois, les habitants de ce village décident de s'organiser en autodéfense avec l'aide de l'Armée. Distribution des fusils, entraînement.

03 mar 1961
18m 22s
Fiche (01022)

S'ils sont très « utiles » en termes tactiques et en termes médiatiques, les harkis et ralliés (ces « 180.000 musulmans », comme l'indiquent plusieurs films comme celui ci-dessous – un chiffre largement surévalué) seront fréquemment abandonnés en Algérie à la vindicte populaire, exécutés en tant que traîtres au moment de l'indépendance, et parfois protégés par l'armée.

180 000 musulmans

180 000 musulmans

Ce reportage évoque la vie quotidienne et la mise en place de groupes d'autodéfense dans le bled. Il montre des tirailleurs et spahis "contre la rébellion", ainsi que le travail des officiers SAS (visite dans les villages, distribution d'armes, chantiers de construction).

14 jan 1960
17m 35s
Fiche (01021)
Embarquement des réfugiés harkis à destination de la métropole [muet]

Embarquement des réfugiés harkis à destination de la métropole [muet]

Images non montées filmées à Bône, et montrant des familles entières de Harkis embarquées à destination de la métropole.

14 nov 1962
01m 51s
Fiche (01007)

Ils seront également au centre de la prise de position des militaires « ultras » (notamment au sein de l'OAS) ne supportant pas de voir bafouée la « parole donnée » à ces soldats qu'ils seraient protégés par la France qu'ils avaient défendue.

Le soldat politique : le général de Gaulle

Dès son arrivée au pouvoir en juin 1958, le général de Gaulle est présenté comme un soldat d'exception dans plusieurs films militaires rappelant ses hauts faits (il était jusqu'alors interdit d'antenne) – voir les films Honneur, patrie, Algérie française (1958) avant son accession au pouvoir, et Le général de Gaulle en Algérie, 4, 5 et 6 juin 1958 après celle-ci.

Honneur, Patrie, Algérie française

Honneur, Patrie, Algérie française

Document à chaud sur l'ambiance délirante à Alger pendant et après le 13 mai.

17 mai 1958
08m 56s
Fiche (01025)
Le général de Gaulle en Algérie, 4, 5 et 6 juin

Le général de Gaulle en Algérie, 4, 5 et 6 juin

Film couleur sur la tournée du général de Gaulle, nouveau président du Conseil, en Algérie du 4 au 6 juin 1958. Durant son séjour, il prononce des discours à Alger ("Je vous ai compris" du balcon du gouvernement général au dessus du forum), à Constantine, à Oran et à Mostaganem. Partout, la foule l'acclame.

04 juin 1958
08m 11s
Fiche (01017)

De Gaulle se présente lui-même comme LE soldat français par excellence, celui qui va prendre la main sur l'armée d'Algérie en en brisant, au fur et à mesure, tous les rouages. Il commence d'ailleurs par limoger le général Salan en décembre 1958, le remplaçant par un délégué du gouvernement en Algérie, Paul Delouvrier. S'il ne supporte pas que le FLN-ALN lui tienne tête (il nomme le général Challe en 1959 pour remplacer Salan et briser les troupes de l'ALN, avec succès, et favorise la « paix des braves » pour les ralliés), il supporte moins encore l'indiscipline militaire, qui a été générée par le gouvernement et le parlement en 1956 et à laquelle il entend mettre fin. Quand les éléments « séditieux » entrent en action en Algérie (en janvier 1960 puis pendant le putsch des généraux en 1961), il n'hésite pas à reprendre le costume de général pour appeler à leur mise au pas. [1]

 Message radiotélévisé du général de Gaulle du 23 avril 1961

Message radiotélévisé du général de Gaulle du 23 avril 1961

Le samedi 22 avril 1961, les généraux Challe, Salan, Zeller et Jouhaud, avec l'appui du 1er régiment de parachutistes, commettent un coup de force à Alger. Le 23 avril, De Gaulle décide d'assumer les pleins pouvoirs prévus par l'article 16 de la Constitution. Il en informe la Nation.

23 avr 1961
06m 17s
Fiche (00233)

[1] Voir la fresque Charles de Gaulle, paroles publiques , consacrée aux discours, allocutions, voyages, conférences de presse, voeux du général.

Images de soldats : les films des soldats cinéastes amateurs durant la guerre d'Algérie

par Jean-Pierre Bertin-Maghit

Entre 1954 et 1962, des soldats du contingent ont pris leur caméra comme d'autres leur appareil photographique, se muant ainsi en cinéastes amateurs. Dans la plupart des cas, leur préférence est allée à la caméra pour sa capacité à « mieux » enregistrer le réel, « Ça bouge » disent-ils ! Néanmoins, nous voyons que ces images renvoient à des démarches différentes. Même s'il est plus aisé de sortir son appareil photo plutôt que sa caméra qui exige de viser, régler la lumière avec la cellule, mettre au point, le regard du filmeur gagne en pouvoir par l'importance que la temporalité confère à son geste. Ce n'est pas pour organiser une projection avec ses camarades que le soldat filme, mais pour garder un souvenir de son expérience algérienne, éventuellement l'envoyer à sa famille, lui donner des nouvelles de sa vie de militaire et la rassurer, il expédie les bobines non développées en France.

Des soldats français se sont transformés en cinéastes amateurs

Pour comprendre le geste cinématographique du soldat cinéaste, il est bon d'interroger ses motivations. À travers ses films, il nous raconte par « fragments » la chronique de son séjour là-bas. Parti en Algérie avec la mission de « maintenir l'ordre », ce qu'on appelait alors la pacification, il découvre, en même temps, un pays et des terres inconnus. Cette double réalité oriente le filmage où il se fait tantôt touriste européen et tantôt soldat épistolier.

Extraits :

La 52e Cie divisionnaire en Algérie - Film d'Henri Frigoul

La 52e Cie divisionnaire en Algérie - Film d'Henri Frigoul

1961
32m 29s
Fiche (01027)
Algérie 1960 - Film de Francis Lemaître [muet]

Algérie 1960 - Film de Francis Lemaître [muet]

1960
35m 08s
Fiche (01028)
Algérie 1960 - Film de Francis Lemaître [muet]

Algérie 1960 - Film de Francis Lemaître [muet]

1960
35m 08s
Fiche (01028)

Son regard sur un pays qu'il découvre se fait documentaire au point de produire des cartes postales animées mais pas seulement. Il construit également un imaginaire puisque ceux qui sont devant sa caméra composent une image souhaitée d'eux-mêmes : l'expression du désir s'imprime sur le réel. Mais ce geste épistolier, qui presque exclusivement rassemble les moments de joie éphémères partagés dans des scènes anecdotiques du quotidien, refoule le réel dramatique de la guerre et l'incertitude du futur, il crée des images-souvenirs-écrans. Ce sont ces images-là, de camaraderie insouciante et de rigolades de régiment, que le soldat voulait garder « pour toujours » comme souvenirs.

Extrait :

Souvenirs d’Algérie - Film d'André Triboulet [muet]

Souvenirs d’Algérie - Film d'André Triboulet [muet]

22 aoû 2017
22m 53s
Fiche (01030)

Il faut s'interroger sur la valeur de témoignage de ces films qui ne montrent que des fragments de la vie quotidienne et sur l'articulation entre la vie de ces « êtres singuliers » et l'ensemble des phénomènes collectifs qui les entourent. Quelles images ces soldats ont-ils voulu donner à voir, et garder en souvenir ? Comment leurs histoires font effraction dans l'Histoire ?

Qui sont ces opérateurs ?

Ils sont jeunes, une vingtaine d'années, à l'exception des rappelés, des sursitaires, des gradés d'active et des réservistes, ils sont restés en moyenne entre 4 et 26 mois en Algérie. Ils ont une caméra 8mm ou 9,5mm, achetée pour la plupart d'entre eux avant de partir ou sur place pour la circonstance, c'est dire qu'ils sont peu familiers de son maniement. Certains sont membres d'associations de cinéastes amateurs ou de ciné-clubs, d'autres fréquentent assidûment les salles de cinéma. Ces films peuvent donc être « bien faits » ou « mal faits », en noir et blanc ou en couleurs en fonction des possibilités financières de chacun.

Des documents d'histoire

Je considère ces films non seulement comme une source mais également comme un objet d'histoire. Tout en renvoyant à une expérience sociale ils apportent un point de vue d'autant plus précieux que chaque soldat filme peu, pour des raisons financières et à cause des contraintes du terrain. Pour l'historien qui s'interroge sur la vie de ces « appelés en guerre d'Algérie » ils forment un document culturel. Témoignages plus ou moins partiels, plus ou moins partiaux du monde au sein duquel se trouve le soldat cinéaste, ils sont organisés en « récits de soi » et renvoient à ce qu'un regard humain a pu enregistrer, des instantanés « de l'intime » qui envahit les temps de repos et de loisirs.

Extrait :

La 52e Cie divisionnaire en Algérie - Film d'Henri Frigoul

La 52e Cie divisionnaire en Algérie - Film d'Henri Frigoul

1961
32m 29s
Fiche (01027)

Ils ne nous disent rien des stratégies ou des manœuvres de combat et oblitèrent les atrocités de la guerre. Néanmoins, la violence et la mort peuvent s'inviter dans l'image comme par effraction et s'imposer à notre regard, à l'occasion d'une fouille dans un village, de la vue d'un village incendié, d'un cadavre étendu sur le sol. Ces images font alors rupture avec les autres.

Extraits :

Algérie 1960 - Film de Francis Lemaître [muet]

Algérie 1960 - Film de Francis Lemaître [muet]

1960
35m 08s
Fiche (01028)
Le 3e RCA en Algérie, juillet 1957 - Film de Robert Coquelet [muet]

Le 3e RCA en Algérie, juillet 1957 - Film de Robert Coquelet [muet]

30 juil 1957
17m 28s
Fiche (01026)

Ces témoignages ne rendent pas compte non plus d'une chronologie de la guerre, par delà les soldats ce sont les hommes qu'on aperçoit.

Une histoire des combattants

Quand ils s'offrent au regard de l'historien ces films abandonnent le statut d'archives privées. Ils édifient une histoire des combattants, se font archives de récits historiques mais ne construisent pas pour autant une mémoire collective. Même si l'histoire de chacun se trouve toujours « enchevêtrée à celles de nombreux autres », les mémoires restent éclatées. Il s'agit d'une « contre-histoire » au sens où le définit Marc Ferro, celle d'anonymes qui témoignent d'autre chose que des événements, ces films s'organisent en autant « d'histoires parallèles » qui viennent compléter l'histoire officielle des documentaires du Service cinématographique des armées (SCA). Ils permettent de voir comment chacun prend place dans l'événement que représente la guerre d'Algérie. Ces « caméras portées » enregistrent l'environnement immédiat dans lequel évoluent les soldats.

Extraits :

La 52e Cie divisionnaire en Algérie - Film d'Henri Frigoul

La 52e Cie divisionnaire en Algérie - Film d'Henri Frigoul

1961
32m 29s
Fiche (01027)
Souvenirs d’Algérie - Film d'André Triboulet [muet]

Souvenirs d’Algérie - Film d'André Triboulet [muet]

22 aoû 2017
22m 53s
Fiche (01030)

Renaud Dulong précise à ce propos : « L'environnement d'un individu, qui est pour lui le lieu de la vérité, est toujours local. C'est le champ de son expérience, le monde à portée des yeux, des oreilles et de la voix. » Dans La Chartreuse de Parme de Stendhal, lorsque le personnage de Fabrice del Dongo se retrouve à Waterloo en 1815, il est à la fois conscient de participer à la bataille mais se sent incapable d'en appréhender les contours et la globalité.

Les grands scénarios

La lecture attentive de ces films nous permet d'en dégager ce que l'anthropologue américain Richard Chalfen appelle les « grands scénarios » — les mêmes événements produisent les mêmes types d'images. Dans les films étudiés, ces événements sont au nombre de trois : les temps de repos et de loisirs comprenant cérémonies, revues militaires, fêtes du régiment, méchoui, réunion au mess, loisirs dans la caserne, animaux mascottes du régiment, nettoyage de l'armement, permissions, visites touristiques ; le regard porté sur les autres, les « musulmans » dans les images des marchés, du bled, de la ville, de la femme algérienne, des enfants dans les rues, des activités artisanales, d'un cortège funèbre, d'un mariage et la guerre à l'occasion de la fouille d'un village, d'une maison incendiée, d'un cadavre étendu sur le sol, du déminage d'une route, d'un départ en opération commando, de l'installation de relais radio, d'un contrôle d'identité, d'un campement militaire, d'un exercice d'héliportage, de parachutage, d'un bombardement au napalm, de l'organisation de référendum.

Extraits :

Le 3e RCA en Algérie, juillet 1957 - Film de Robert Coquelet [muet]

Le 3e RCA en Algérie, juillet 1957 - Film de Robert Coquelet [muet]

30 juil 1957
17m 28s
Fiche (01026)
Souvenirs d’Algérie - Film d'André Triboulet [muet]

Souvenirs d’Algérie - Film d'André Triboulet [muet]

22 aoû 2017
22m 53s
Fiche (01030)
Souvenirs d’Algérie - Film d'André Triboulet [muet]

Souvenirs d’Algérie - Film d'André Triboulet [muet]

22 aoû 2017
22m 53s
Fiche (01030)
Metlili de Châamba - Film de Jean Mougin [muet]

Metlili de Châamba - Film de Jean Mougin [muet]

1960
07m 56s
Fiche (01029)
Metlili de Châamba - Film de Jean Mougin [muet]

Metlili de Châamba - Film de Jean Mougin [muet]

1960
07m 56s
Fiche (01029)
Le 3e RCA en Algérie, juillet 1957 - Film de Robert Coquelet [muet]

Le 3e RCA en Algérie, juillet 1957 - Film de Robert Coquelet [muet]

30 juil 1957
17m 28s
Fiche (01026)

On peut dire ainsi que le film de soldat, pour extrapoler les propos de Pierre Bourdieu au sujet de la photographie de famille, ne s'abandonne jamais à « l'anarchie des intentions individuelles », il fonctionne comme un rituel.

Tenir compte de trois réalités

La lecture attentive de ces films tient compte de trois réalités. La première concerne l'identité du cinéaste. Il peut être officier, sous-officier d'active ou mobilisé, ou homme de troupe pour la grande majorité d'entre eux. La deuxième renvoie au point de vue qui oriente le filmage. Ces récits cinématographiques, même maladroits, sont imprégnés « du capital culturel d'images » appartenant à la mémoire collective au sein de laquelle s'est effectuée l'éducation de ces jeunes jusqu'à leur départ. La troisième concerne le contexte de vie. Tous les appelés n'ont pas vécu les mêmes expériences en fonction des époques et de leur lieu d'affectation, casernes implantées dans les villes, postes de campagne dans les bleds, oueds dans le sud-saharien. La singularité de ces films est ainsi liée aux paramètres humains, temporels et géographiques du moment du tournage.

Bibliographie

  • Pierre Bourdieu, Luc Boltanski, Robert Castel, Jean-Claude Chamboredon, Un art moyen. Essai sur les usages sociaux de la photographie, Paris, Éditions de Minuit, Alençon, 1965.
  • Richard Chalfen, « The home movie in a world of reports : an anthropological appreciation », in The Journal of film and video, Summer/Fall 1986, pp. 102-111, cité par Susan Aasman, « Le film de famille comme document historique », in Le Film de famille, usage privé, Roger Odin (dir.), Paris, Meridiens Klincksieck, 1995.
  • Renaud Dulong, Le Témoin oculaire, Paris, Éd. EHESS, 1998.
  • Arlette Farge, « Écriture historique, écriture cinématographique », in Antoine de Baecque et Christian Delage (dir.), De l'histoire au cinéma, Paris, Édition complexe, coll. Histoire du temps présent, 1998.
  • Marc Ferro, Analyses de film, analyse de sociétés, Paris, Hachette, 1975.
  • Claire Mauss-Copeaux, À travers le viseur, Algérie 1955-1962, Lyon, AEdelsa, 2003.
  • François Rouquet, Fabrice Virgili, Danièle Voldman, Amours, guerres et sexualités (1914-1945), BDIC/Musée de l'Armée, (20 septembre-31 décembre 2007), catalogue publié aux éditions Gallimard, 2007.