La Libération de Paris (5) : l'arrivée des troupes alliées à Paris

01 septembre 1944
01m 20s
Réf. 00005

Notice

Résumé :

L'insurrection parisienne : arrivée des troupes alliées acclamées par une foule en liesse.

Type de média :
Date de diffusion :
01 septembre 1944
Date d'événement :
25 août 1944

Contexte historique

En appui de la 2e DB, la 4e division américaine du général Barton est entrée dans Paris le 25 août vers midi, se chargeant de la partie est de la capitale. "Par milliers, les Parisiens bordaient les trottoirs sur des kilomètres, tous criant : Vive l'Amérique ou vive la France ! Nous étions les premiers Américains qu'ils voyaient" [Ernest Hemingway, En route pour la victoire, cité par Christine Levisse Touzé, Paris libéré, Paris retrouvé, Découvertes Gallimard, 1994]. Très vite, les soldats américains sont partout dans la capitale ; on les voit attablés à la terrasse des cafés, échangeant des cigarettes avec les Parisiens. Le 28 août, les troupes américaines défilent sur les Champs-Elysées tandis que le général Eisenhower se recueille devant la tombe du soldat inconnu, reconnaissant, par ce geste, la pérennité de la France libre. La France échappe au sort que lui avait réservé Roosevelt lequel, prévenu aussi bien contre de Gaulle que contre la Résistance intérieure qui lui avait été dépeinte comme inféodée aux communistes, souhaitait que les territoires libérés soient placés sous l'autorité d'une administration militaire, l'AMGOT. On avait même prévu que les Français auraient le droit seulement à des "films alliés ou inoffensifs"!

Eve Bonnivard

Éclairage média

Réalisé par une équipe de cinéastes de la Résistance, le film se range évidemment du côté des Alliés. Il témoigne de la reconnaissance immense des Parisiens pour les troupes américaines auxquelles ils réservent un accueil délirant d'enthousiasme (plans de foule en liesse, homme tentant de contenir la foule). Les plans rapprochés sur les visages souriants des soldats américains montrent la sympathie qu'ils éprouvent à leur tour pour ce peuple "bon et joli" selon les mots du soldat américain. La chaleur qui semble animer les rapports entre les deux peuples ("on s'embrasse, on escalade les chars") contraste avec la froideur qui a marqué jusque-là les relations entre Washington et la France libre. Le commentaire du document est volontairement laconique, comme pour mieux faire entendre la clameur joyeuse du peuple de Paris.

Eve Bonnivard

Transcription

AVERTISSEMENT
Commentateur
Paris déborde. Les troupes alliées pénètrent en masse, innombrables, joyeuses, gorgées d'essence, bardées de fer.
(Silence)
Commentateur
On les acclame.
(Silence)
Commentateur
La ville bouillonne!
(Silence)
Commentateur
On escalade des chars, on s'embrasse.
Inconnu
Je suis très content à Paris.
Commentateur
L'Amérique répond comme elle peut.
Inconnu
Les... «how do you say : people» ? Peuple Peuple ? Le peuple de Paris est bon et joli.
(Silence)
Commentateur
Et les Parisiennes, en échange des cigarettes, donnent ce qu'elles ont : un peu de rouge à lèvres.