Le premier ministère de la IVe République

30 novembre 1945
01m 53s
Réf. 00009

Contexte historique

La composition du premier gouvernement issu de la nouvelle Assemblée constituante est le premier bras de fer opposant le PCF et de Gaulle. Fort de son statut de premier parti de France, le PCF demande la présidence de l'Assemblée et des postes importants au gouvernement. Mais de Gaulle refuse aux communistes tout accès à l'un des trois ministères décisifs : les Affaires étrangères, l'Armée et l'Intérieur. Aux yeux de de Gaulle, un parti qui a des liens privilégiés avec une puissance étrangère ne saurait être aux commandes de l'Etat : ni la police, ni la force armée, ni la diplomatie ne doivent lui revenir. Le "parti des fusillés" s'en émeut mais finit par accepter un compromis, qui consiste à donner au communiste Charles Tillon le ministère de l'Armement - moins prestigieux que le ministère des Armées attribué à Edmond Michelet -, Maurice Thorez devenant, lui, ministre d'Etat.

Eve Bonnivard

Éclairage média

La présentation du gouvernement respecte le protocole: le document s'ouvre sur le chef de l'Etat, suivi des quatre ministres d'Etat puis des autres ministres, filmés à chaque fois à leur descente de voiture. Un rituel de relation de ce type d'événement politique se met en place : sur fond d'une musique "passe-partout", ballet des voitures d'où descendent les membres du gouvernement, annoncés par la voix off, photo de groupe sur le perron de l'Hôtel Matignon. Mais cette présentation protocolaire cesse quand on en vient aux ministres considérés comme "atypiques", et censés incarner la volonté de renouveau, qui font l'objet d'un traitement à part. Il en est ainsi d'Ambroise Croizat, ministre communiste du Travail, "ancien métallurgiste", qui se rend à pied à son nouveau lieu de travail, de Tanguy-Prigent, ministre de l'Agriculture et "agriculteur" de profession, de Robert Prigent, ministre de la Population et "père de famille" dans le civil ainsi que d'André Malraux, ministre de l'Information et écrivain.

Eve Bonnivard

Transcription

Commentateur
Le général de Gaulle, qui a formé son second ministère, le premier de la IVe République, ministère d'union fondé sur un programme démocratique et hardi, va recevoir à l'Hôtel Matignon les membres du nouveau cabinet. D'abord, les quatre ministres d'Etat : M. Francisque Gay, M.R.P. ; M. Jacquinot, Alliance Démocratique ; M. Vincent Auriol, socialiste, et M. Maurice Thorez, communiste. Et voici d'autres membres de cette équipe tripartite : M. Marcel Paul, ministre de la Production Industrielle, M. René Pleven, chargé des Finances, M. Giaccobi, membre du Parti Radical est à l'Education Nationale, M. Jules Moch aux Travaux Publics et Communications, M. Adrien Tixier a gardé le portefeuille de l'Intérieur, M. Soustelle a pris celui des Colonies. Voici rassemblé autour de son chef ce ministère qui apporte quelque chose de nouveau : c'est ainsi que M. Ambroise Croizat, nouveau ministre du Travail est un métallurgiste encore tout proche des problèmes qu'il aura à résoudre. M.Tanguy-Prigent, ministre de l'Agriculture est agriculteur. M. Robert Prigent, ministre de la Population est père de famille.
(Silence)
Commentateur
Quant à M. André Malraux, ministre de l'Information, qu'on voit ici à Strasbourg et qui a participé comme colonel à la tête de la brigade Alsace-Lorraine à la guerre de libération, il est l'un des meilleurs écrivains d'aujourd'hui.

Les enseignants de l'Éducation nationale disposent d'un accès gratuit à la version intégrale de Jalons depuis le portail Éduthèque.

Se connecter:

eduthèque