Le référendum du 13 octobre 1946

17 octobre 1946
59s
Réf. 00013

Notice

Résumé :

Les Français ratifient par référendum le nouveau projet constitutionnel adopté le 30 septembre par 440 voix contre 106 par l'Assemblée constituante.

Date de diffusion :
17 octobre 1946
Date d'événement :
13 octobre 1946
Personnalité(s) :

Contexte historique

Le texte constitutionnel adopté est un "replâtrage des dispositions antérieures mises au goût des intérêts du jour" [Jean-Pierre Rioux, La France de la IVe République, Vol 1, Seuil, 1980]. Le président de la République y retrouve une part des attributions qu'il avait perdues dans le précédent projet, le bicamérisme reparaît avec l'institution d'un Conseil de la République. Ce texte de compromis, condamné par de Gaulle à Epinal le 22 septembre, est soutenu sans enthousiasme par le MRP, les communistes et les socialistes. Le vote s'en ressent : la Constitution, comme ironisera de Gaulle, est "acceptée par 9 millions d'électeurs, refusée par 8, ignorée par 8". Ce texte, acquis dans la lassitude, n'a pas mobilisé un peuple. "Mal aimée, mais légitime, la IVe République] s'installe" [ibid].

Eve Bonnivard

Éclairage média

Ce document témoigne du souci des Actualités Françaises de représenter l'ensemble du corps électoral, dans sa diversité à la fois politique (plans de trois représentants du tripartisme, Thorez, Blum et Bidault, ainsi que de de Gaulle, qui vote malgré son hostilité au texte) et géographique (plan du portail d'entrée d'une mairie, en style arabe et d'un arabe en gandourah sortant d'un isoloir).

Cela témoigne de la volonté des Actualités Françaises de réaffirmer l'appartenance des colonies à la France, en accord avec une opinion fortement hostile à l'abandon de l'empire dans le contexte des débuts de la guerre d'Indochine. Il s'agit, en insistant sur le civisme des indigènes, de montrer leur loyauté à l'égard de la France, que ne saurait remettre en cause les menées séditieuses d'une minorité.

Eve Bonnivard

Transcription

Commentateur
En France, les électeurs, pour la deuxième fois de l'année, sont allés aux urnes pour approuver ou rejeter le projet de Constitution présenté par l'Assemblée constituante. On sait que les trois grands partis : Communiste, Socialiste, Mouvement Républicain Populaire, soutenaient le projet dont le général de Gaulle, dans son discours d'Epinal, s'était déclaré l'adversaire. Dans la métropole, comme dans les territoires d'outremer, le peuple de France avait un mot à dire : «oui» ou «non». Par 9.002.467 «oui» contre 7.790.676 «non», les électeurs ont approuvé le projet. Il y a eu plus de 7.000.000 d'abstentions, environ le tiers des votants. La France a enfin une Constitution. Souhaitons qu'elle facilite le redressement du pays.

Les enseignants de l'Éducation nationale disposent d'un accès gratuit à la version intégrale de Jalons depuis le portail Éduthèque.

Se connecter:

eduthèque