Le rejet de la CED

02 septembre 1954
26s
Réf. 00032

Notice

Résumé :

Jules Moch prononce une allocution, avant que l'Assemblée nationale ne rejette la CED, en septembre 1954.

Date de diffusion :
02 septembre 1954
Personnalité(s) :

Contexte historique

Durant l'été 1954, la France voit resurgir aux premières loges de l'actualité l'épineux dossier de la Communauté Européenne de Défense. Ce projet, conçu en 1950 par René Pleven et soutenu par les Alliés, prévoit la constitution d'une armée européenne intégrant des soldats allemands sous un commandement supranational. Gelé depuis la ratification du traité, en mai 1952, la CED ne cesse d'empoisonner la vie politique. Ceci de façon d'autant plus déstabilisante que les attaches des cédistes (MRP et la plupart des SFIO) et des anticédistes (gaullistes et communistes pour l'essentiel) transgressent le clivage traditionnel entre gauche et droite.

Finalement, le 30 août, le gouvernement Mendès France n'ayant pu obtenir auprès des Alliés (Conférence de Bruxelles) des amendements permettant de modifier le projet, celui-ci avorte au moment du rejet par l'Assemblée d'une question préalable (319 voix contre 264). Ce rejet, fondé sur le refus d'une perte de souveraineté militaire et politique de la France, met fin à l'une des plus violentes crises politiques de la IVe République.

Philippe Tétart

Éclairage média

Le sujet est introduit par de paisibles scènes de pêche qui, tout en menant, au fil de la Seine, vers l'Assemblée, rompent symboliquement avec le climat survolté qui présida aux débats sur la CED.

Philippe Tétart

Transcription

Commentateur
De l'autre côté de la Seine, 48 heures plus tard, par les premiers jours ensoleillés d'un été tardif, s'ouvrait devant l'Assemblée le débat de la C.E.D., le plus important sans doute qui soit venu à la Chambre depuis 1945. Ouverte par M. Jules Moch, le débat ne devait pas s'engager au fond : par 319 voix contre 264, l'adoption de la question préalable entraînait le rejet de la C.E.D.

Les enseignants de l'Éducation nationale disposent d'un accès gratuit à la version intégrale de Jalons depuis le portail Éduthèque.

Se connecter:

eduthèque