Charles de Gaulle présente la Constitution place de la République

10 septembre 1958
02m 50s
Réf. 00070

Notice

Résumé :

Place de la République à Paris, le 4 septembre 1958, le général de Gaulle présente aux Français le projet de Constitution de la Ve République qu'ils auront à approuver par référendum le 28 septembre 1958.

Date de diffusion :
10 septembre 1958
Date d'événement :
04 septembre 1958
Personnalité(s) :

Contexte historique

Le 4 septembre 1958, jour anniversaire de la proclamation de la République, sur la Place de la République, le général de Gaulle présente la Constitution que les Français doivent ratifier par référendum le 28 septembre. Après avoir obtenu le pouvoir dans des conditions contestées, dans une atmosphère de manifestations, d'insurrections et de crainte de guerre civile entre le 13 mai et le 3 juin, le général a chargé une commission de travailler sur une nouvelle constitution.

Sous la direction de Michel Debré, garde des Sceaux, la commission a préparé un texte dans l'esprit du discours de Bayeux, prononcé en 1946 par le Général, et a tenu compte des remarques du socialiste Guy Mollet : le renforcement du pouvoir exécutif et la diminution du pouvoir législatif constituent les deux axes de la réforme. Le chef de l'Etat devient ainsi la "clé de voûte" des institutions, qui selon les critiques, s'apparente beaucoup à un monarque républicain, et que Charles de Gaulle qualifie "d'arbitre national" placé au-dessus des partis. Par ce discours, le président du Conseil Charles de Gaulle lance la campagne du référendum.

Jean-Claude Lescure

Éclairage média

Tourné place de la République à Paris, ce document bénéficie de conditions de réalisation exceptionnelles (nombreuses caméras présentes), et s'apparente à de la "communication institutionnelle". Des plans larges montrent la place, se rapprochent de la statue de la République surmontée de deux bandes de tissus (tricolores) qui forment un V au dessus de la statue, rappelant ainsi le V de la victoire.

Cette scénographie a été imaginée par André Malraux, que le reportage montre un court instant, assis et écoutant le discours du Général. Des plans montrent la foule réunie qui scande le nom du Général tandis que celui-ci est entouré de gardes républicains (les Gardiens de la République). Il monte à la tribune sur laquelle est inscrit le sigle RF (République française) : tous ces symboles soulignent la continuité entre le nouveau régime voulu par les gaullistes et la tradition républicaine française. "C'est dans la légalité" sont d'ailleurs les premiers mots que prononce l'orateur et que retient le document en prenant cette fois des plans resserrés (plans américains) sur le général et en évitant les gros plans qui ne permettraient pas de voir la gestuelle du futur président de la République : les mouvements de bras épousent le discours, et le Général achève de parler les deux bras levés, formant un V ainsi répété. Toutes ces images concourent à renforcer le message du gouvernement : la tradition républicaine demeure, la légalité a été respectée.

Jean-Claude Lescure

Transcription

Commentateur
C'est le jour anniversaire de la naissance de la IIIème République qui a été choisi par le gouvernement du général de Gaulle pour date de naissance de la Vème. C'est place de la République, où 100 travailleurs recevaient la Légion d'Honneur, que le général de Gaulle a proposé aux Français la nouvelle Constitution.
(Silence)
Charles (de) Gaulle
C'est dans la légalité que moi-même et mon gouvernement avons assumé...
(Silence)
Charles (de) Gaulle
… avons assumé le mandat exceptionnel d'établir un projet de Constitution nouvelle et de le soumettre à la décision du peuple.
(Silence)
Charles (de) Gaulle
La Nation, qui seule est juge, approuvera ou repoussera notre oeuvre ; mais c'est en toute conscience que nous la lui proposons.
Commentateur
Et le général de Gaulle poursuivait, en exposant que les principes de la nouvelle Constitution déterminent :
Charles (de) Gaulle
qu'il existe, au-dessus des querelles politiques, qu'il existe un arbitre national, élu par les citoyens qui ont un mandat public, qui soit chargé d'assurer le fonctionnement régulier des institutions ; qu'il existe un gouvernement qui soit fait pour gouverner, à qui on en laisse le temps et la possibilité ; qu'il existe un parlement destiné à représenter la volonté politique de la Nation, à voter des lois, à contrôler l'exécutif, mais sans sortir de son rôle. Voilà, Françaises, Français, de quoi s'inspire, en quoi consiste la Constitution qui, le 28 septembre sera soumise à vos suffrages. Au nom de la France, je vous demande de répondre : «Oui».
(Silence)
Charles (de) Gaulle
Vive la République ! Vive la France !.

Les enseignants de l'Éducation nationale disposent d'un accès gratuit à la version intégrale de Jalons depuis le portail Éduthèque.

Se connecter:

eduthèque