Manifestation gaulliste place de la Concorde

30 mai 1968
03m 46s
Réf. 00115

Contexte historique

Journée de crise les 29 et 30 mai à l'Elysée : le chef de l'Etat a disparu, la rumeur gronde de la vacance du pouvoir. De Gaulle est parti à Baden-Baden rencontrer le général Massu. De retour à Paris, il reçoit Georges Pompidou qu'il confirme à son poste de Premier ministre, et il accède à sa requête, la dissolution de l'Assemblée nationale. A 16 h 30, à la radio, il annonce ses décisions et affirme sa légitimité.

Il appelle ses soutiens à se manifester publiquement, en organisant "partout et tout de suite" pour aider le gouvernement et les préfets, "l'action civique". Loin d'être improvisée, la manifestation des gaullistes est préparée depuis le 26 mai par Jacques Foccart en accord avec le chef de l'Etat. A 18 h, la foule déferle sur les Champs Elysées, presque silencieuse, malgré quelques slogans contre le parti communiste ou des cris comme "Mitterrand charlatan, au poteau". Des manifestants défilent avec de nombreux drapeaux et banderoles tricolores, pour faire de la manifestation une réplique de la droite au grand défilé de la gauche du 13 mai. Les organisateurs annoncent un million de manifestants, la préfecture en recense trois à quatre cents mille.

Le lendemain, des manifestations en faveur du chef de l'Etat ont également lieu en province, notamment à Rouen, au Havre, à Caen, mais aussi à Besançon, Clermont-Ferrand, Grenoble, Lyon, Limoges, Marseille, Montpellier, Nancy et Toulouse. Cette mobilisation gaulliste fait perdre l'initiative politique à la gauche et annonce le retournement d'une opinion inquiète, prête à saisir le retour à l'ordre, à défaut d'alternative crédible.

Jean-Claude Lescure

Éclairage média

L'ORTF est en grève, c'est pourquoi ce document est tout à fait particulier : sans commentaire, le seul son conservé est celui qui a été capté sur les lieux de la manifestation. Les 11 premières secondes sont noires, seul la bande son rend compte de l'ambiance de la manifestation. Les images sont à peine montées et font plutôt l'objet d'un collage bout à bout de prises de vue faites avec une seule caméra. L'opérateur a remonté les Champs-Elysées, partant de la place de la Concorde, et allant vers l'Arc de Triomphe, suivant l'itinéraire de la manifestation.

Pour témoigner de l'importance de la manifestation, il multiplie les panoptiques et tente à plusieurs reprises de prendre de la hauteur pour avoir une vue plongeante sur la manifestation. C'est un document brut, presque un rush, en tout cas un très rare témoignage audiovisuel de cette journée de mobilisation.

Jean-Claude Lescure

Les enseignants de l'Éducation nationale disposent d'un accès gratuit à la version intégrale de Jalons depuis le portail Éduthèque.

Se connecter:

eduthèque