Soirée électorale : les résultats de l'élection présidentielle de 1981

10 mai 1981
05m 15s
Réf. 00147

Contexte historique

Après 23 ans d'opposition, la gauche gagne l'élection présidentielle. Depuis le 1er tour, les désistements en faveur de François Mitterrand ont été nombreux (Huguette Bouchardeau, Arlette Laguiller, Michel Crépeau, Georges Marchais) tandis que Valéry Giscard d'Estaing bénéficie des désistements plus réservés de Michel Debré, et de Jacques Chirac. Marie-France Garaud déclare pour sa part qu'elle votera blanc, tout comme l'écologiste Brice Lalonde.

Les deux candidats restant au second tour durcissent le ton de la campagne électorale : Valéry Giscard d'Estaing est accusé de mensonge, François Mitterrand de perdre son sang froid. L'opinion est mobilisée : près deux Français sur trois suivent le débat télévisé entre les deux hommes le 5 mai, et le jour du scrutin, l'abstention est faible (14,14% des inscrits). Les reports de voix en faveur du candidat socialiste s'opèrent bien, tandis que le président sortant ne fait pas le plein des voix de droite.

Tous les électeurs ont le sentiment qu'une page d'histoire se tourne, la tension est forte, l'impatience réelle jusqu'à la proclamation des résultats.

Jean-Claude Lescure

Éclairage média

Depuis 18h30, les résultats de l'élection circulent dans les rédactions et aux sièges des partis, mais pour la très grande majorité des électeurs, les résultats restent inconnus car la loi interdit de les dévoiler avant la fermeture des bureaux de vote. Le journalistes sur les plateaux de télévision font patienter les spectateurs en attendant 20 heures, tout en connaissant les résultats.

Jean-Pierre Elkabbach est très tendu, il est l'emblème d'une télévision inféodée au pouvoir giscardien : conspué le soir du 10 mai par la foule rassemblée place de la Bastille, ce directeur de l'information d'Antenne 2 sera renvoyé par le nouveau pouvoir dès le 29 juin 1981.

Après la diffusion du portrait de François Mitterrand, le journal télévisé renoue avec une forme plus classique de transmission en direct avec les journalistes envoyés aux sièges des partis politiques pour recueillir l'ambiance et les déclarations des personnalités politiques.

Jean-Claude Lescure

Transcription

Etienne Mougeotte
...très exactement dans 40… 38 secondes, 38 secondes.
Jean-Pierre Elkabbach
Eh bien, nous sommes donc dimanche 10 mai 1981, le deuxième tour de l'élection présidentielle. Nous vivons ensemble un moment décisif. Dans quelques secondes, effectivement...
Etienne Mougeotte
15 secondes, euh, 25 secondes, pardon.
Jean-Pierre Elkabbach
Soyons à l'heure. Dans quelques secondes, vous allez connaître...
Etienne Mougeotte
20 secondes.
Jean-Pierre Elkabbach
… le nom du Président de la République. Dans tous les états-majors, un peu partout, dans tous les foyers...
Etienne Mougeotte
15 secondes.
Jean-Pierre Elkabbach
… on attend ce résultat. Effectivement, vous l'aurez à l'heure précise.
Etienne Mougeotte
10 secondes. 5, 4, 3, 2, 1.
Jean-Pierre Elkabbach
François Mitterrand est élu Président de la République.
Etienne Mougeotte
Nous répètons, donc, estimation CII Honeywell-Bull : M. François Mitterrand est élu Président de la République, 51,7 %, Valéry Giscard d'Estaing, 48,3 %. Monsieur François Mitterrand est élu ce soir Président de la République avec, selon notre estimation, 51,7 %.
Jean-Pierre Elkabbach
Jacques Merlino, qui se trouve à la rue de Solférino.
(Silence)
Jean-Pierre Elkabbach
Jacques Merlino.
Jacques Merlino
Oui, je vous entends ici, au siège du parti socialiste. Comme vous pouvez le voir autour de moi, c'est une véritable explosion de joie, y a tellement de monde ici que je n'ai plus de retour image et que j'ai à peine un retour son. Ici, la joie a commencé à se manifester dès 19 h 15, lorsqu'on a eu, par des indiscrétions, les premières fourchettes. Alors, on a vu dans les couloirs les gens se jeter dans les bras les uns des autres, s'embrasser les uns les autres, et on a vu aussi quelques dirigeants importants pleurer, et je peux dire, et cela lui fait honneur, que Claude Germond était parmi eux. La foule des sympathisants afflue, bien sûr, vers le siège du parti socialiste. Il y a, à l'extérieur, plusieurs centaines de participants, et devant l'ampleur de cette foule qui grossit, je crois pouvoir donner l'information que la parti socialiste, dans la soirée, organiserait un grand rassemblement. Ce serait peut-être à la Bastille. Voilà les réactions à chaud. Je pense que vous voyez autour de moi la joie qui se manifeste, une joie qui était attendue sans doute depuis longtemps par tous les sympathisants et par tous les militants socialistes.
Jean-Pierre Elkabbach
Est-ce que vous avez près de vous un leader parce que nous voudrions poser quelques questions à un des dirigeants socialistes…
Etienne Mougeotte
… et avoir tout de suite les premières réactions. J'ai l'impression que nous avons quelques problèmes car il y a effectivement beaucoup de monde et une atmosphère de joie qui se comprend. Nous voyons arriver M. [Interman], qui revient en somme au bercail.
Jean-Pierre Elkabbach
Bien, nous allons appeler maintenant, en attendant peut-être que Jacques Merlino puisse d'abord nous entendre et retrouver un des dirigeants politiques du parti socialiste pour donner ses premières réactions, nous allons peut-être appeler Paul Amar et Philippe Périer, qui doivent se trouver maintenant rue Marignan.
Paul Amar
Rue de Marignan, amertume et déception, voilà les réactions ici de rue de Marignan. Depuis deux heures environ, les collaborateurs de Valéry Giscard d'Estaing recueillaient et analysaient les différentes indications. Ils étaient très prudents en début de soirée, mais depuis une demi-heure environ, depuis 19 h 30, ils ne se faisaient plus d'illusion sur le résultat de cette élection et sur la défaite du Président sortant. Jean-François Deniau et Jean-Philippe Lecat sont en contact permanent avec Valéry Giscard d'Estaing, qui se trouve à Chanonat, chez lui, près de Chamalières. On ne sait pas si Valéry Giscard d'Estaing rentrera ce soir à Paris, on ne sait pas s'il a l'intention de faire une déclaration, mais ce qui est sûr, il le disait lui-même vendredi dernier, ce qui est sûr, c'est que, s'il parle, il parlera ici même, à Paris. Voilà les premières réactions, pour l'instant, pas de réactions officielles de la part du porte-parole, de Jean-Philippe Lecat, qui se trouve au deuxième étage du PC de Valéry Giscard d'Estaing, mais on perçoit, il suffit de se rendre dans les couloirs de cet immeuble, une immense amertume.
Jean-Pierre Elkabbach
20 h 03, premier commentaire, Alain Duhamel.
Alain Duhamel
Eh bien, naturellement, la première chose à dire, c'est que l'élection de François Mitterrand est un tournant dans l'histoire de la Ve République, c'est un tournant puisque c'est la première fois depuis 23 ans que la gauche gagne une élection nationale dans ce pays, et c'est donc quelque chose qui va changer beaucoup de choses. Le deuxième élément, c'est naturellement que pour François Mitterrand lui-même, c'est une nette victoire, que c'est une belle revanche et que, ce soir, il est bien clair que la volonté de changement, ce dimanche, en France, était la plus forte.
Etienne Mougeotte
Alain Duhamel, on nous dit que Lionel Jospin, le premier secrétaire du parti socialiste, fait une déclaration. Peut-être pouvons-nous nous brancher...
Alain Duhamel
On la reprendra après...
Etienne Mougeotte
… pour essayer de l'avoir, et on reprendra le commentaire après.
Alain Duhamel
Absolument.
Lionel Jospin
… la ténacité pour la résistance aux attaques qu'il a manifestée constamment à travers ses jours d'engagement collectif. Ce 10 mai est un jour de joie, d'abord pour les militants socialistes qui se sont dépensés sans compter dans cette campagne, et, plus particulièrement, pour les plus anciens d'entre eux. Pour ces militants, hommes ou femmes, âgés, que j'ai rencontrés dans les réunions, dans les meetings, et qui nous disaient : «Est-ce que je verrai un président socialiste, est-ce que je verrai les idées socialistes portées au faîte de notre pays ?» Eh bien, ce jour est arrivé.

Les enseignants de l'Éducation nationale disposent d'un accès gratuit à la version intégrale de Jalons depuis le portail Éduthèque.

Se connecter:

eduthèque