Le programme des privatisations

09 avril 1986
01m 51s
Réf. 00156

Notice

Résumé :

A la tribune de l'Assemblée nationale, Jacques Chirac prononce son discours de politique générale et précise ses projets de privatisation d'entreprises publiques en 1986.

Date de diffusion :
09 avril 1986

Contexte historique

Le mercredi 9 avril 1986, Jacques Chirac prononce son discours de politique générale à l'Assemblée nationale dans lequel il annonce notamment un programme de privatisation des entreprises publiques. L'enjeu politique est important : les nationalisations réalisées par les gouvernements socialistes ont renforcé en France une économie mixte où coexistent des entreprises privées et des entreprises publiques. Les nationalisations de 1982 ne sont pas les premières réalisées en France, elles ont complété un secteur public initié à la Libération par le gouvernement du général de Gaulle.

En 1986, le secteur public français est néanmoins le plus développé de tous les pays européens, avec des entreprises industrielles, des banques et des assurances. Or la majorité RPR-UDF est marquée par l'expérience libérale et les privatisations britanniques du gouvernement de Margaret Thatcher : elle veut sortir la France de l'expérience dirigiste, développer l'économie libérale en vendant au secteur privé 65 sociétés industrielles et bancaires. Après avoir entendu Jacques Chirac, l'Assemblée nationale vote, et le programme du gouvernement obtient 292 voix, soit toutes les voix UDF-RPR et une voix du Front national, contre 285 voix hostiles au gouvernement. Les privatisations vont pouvoir commencer.

Jean-Claude Lescure

Éclairage média

Après avoir ménagé une part de surprise dans le lancement de son sujet, le présentateur s'efface pour laisser la parole à Jacques Chirac qui expose à la tribune de l'Assemblée son projet de privatisation des entreprises publiques. Son propos est explicité pour le téléspectateur : les entreprises nationalisées à la Libération ou en 1982 sont concernées par le programme du gouvernement. Les images, presque gratuites, illustrent le propos plus explicatif du commentaire.

Jean-Claude Lescure

Transcription

Bernard Rapp
Alors, l'emploi, c'était le gros morceau du chapitre économique développé tout à l'heure par Jacques Chirac, mais bien sûr, ça n'était pas le seul. Il y avait aussi des détails sur la politique de privatisation, de dénationalisation, si vous préférez, avec une précision importante. Ecoutez M. Chirac.
Jacques Chirac
Le troisième volet de la loi d'habilitation traitera de la privatisation. La liste des entreprises qui pourront être dénationalisées dans les cinq prochaines années sera clairement indiquée. Elle comportera toutes les entreprises du secteur concurrentiel, quelle que soit, cela va de soi, la date de leur nationalisation.
Bernard Rapp
Alors après cette précision sur laquelle nous allons revenir dans un instant avec Paul Amar, car elle est importante sur le plan politique, nous allons maintenant voir avec Nicolas Jacobs quels sont les entreprises et les secteurs qui sont concernés par cette dénationalisation.
Nicolas Jacobs
En tout, c'est une cinquantaine d'entreprises qui pourraient être privatisées d'ici à 5 ans ; les banques d'abord , avec les 39 établissements nationalisés en 1982, mais aussi les trois vieilles nationalisées en 1945, la BNP, la Société Générale et le Crédit Lyonnais. S'ajoutent également deux compagnies financières, Suez et Paribas, et trois sociétés d'assurance, le GAN, les AGF et l'UAP. Les groupes industriels suivront le même mouvement. Parmi eux, ceux qui ont été nationalisés en 1982, Pechiney, Thomson, Rhône-Poullenc, Saint-Gobain, CGE, mais aussi Elf-Aquitaine, sous contrôle de l'état depuis sa création, et enfin, les entreprises contrôlées majoritairement par les pouvoirs publics comme Bull, la CGCT ou Matra. Trois absents dans cette liste : Usinor, Sacilor et la Régie Renault, écartés pour cause de déficit. Enfin, les puvoirs publics pourront, sur décision administrative, céder des titres de sociétés dans lesquelles l'état n'est pas majoritaire. Ce pourrait être le cas, par exemple, des avions Marcel Dassault.

Les enseignants de l'Éducation nationale disposent d'un accès gratuit à la version intégrale de Jalons depuis le portail Éduthèque.

Se connecter:

eduthèque