Meeting de François Mitterrand

22 avril 1988
02m 02s
Réf. 00158

Notice

Résumé :

Dernier meeting de François Mitterrand pour la campagne électorale du premier tour de l'élection présidentielle de 1988.

Date de diffusion :
22 avril 1988
Source :
Personnalité(s) :

Contexte historique

Deux jours avant le premier tour de l'élection présidentielle, François Mitterrand tient son dernier meeting de campagne au Bourget. Les sondages en sa faveur sont bons, il est confiant dans son succès. Cette dernière réunion électorale avant le premier tour est l'occasion pour le candidat socialiste de faire un bilan de gouvernement de son septennat : les acquis des gouvernements socialistes, et la dénonciation de la politique libérale menée par le gouvernement de cohabitation.

Il passe successivement en revue de nombreux thèmes : la politique internationale, la situation de l'éducation nationale et de l'université dont il affirme vouloir faire sa priorité ; il développe le thème de l'égalité au travail et la nécessité de conduire une politique familiale ; il s'en prend également aux privatisations et aux "200 familles", les plus riches de France, toujours agissantes. Jamais pendant cette campagne, il ne cite le nom de ses adversaires, il maintient ainsi une distance, une supériorité à l'égard des autres candidats.

Jean-Claude Lescure

Éclairage média

Pour le journal du soir qui diffuse ces images, le montage réalisé retient d'abord de nombreux plans filmés avant l'entrée de François Mitterrand. Le spectateur reconnaît dans la foule Lionel Jospin, Roland Dumas, Pierre Mauroy, Pierre Bérégovoy, Jane Birkin, Françoise Giroud. Puis, sous les acclamations, le candidat entre sous le chapiteau. Il est détendu et souriant. Il joue de la complicité avec la salle. L'extrait de son discours est pris au milieu de son intervention ; il insiste sur la proximité existant entre François Mitterrand et ses supporters.

Filmé en plan américain, sur un fonds de lumière qui forme un drapeau tricolore, il apparaît comme le président de tous les Français, affirmant son attachement au socialisme tout en proposant une ouverture politique basée sur des valeurs générales comme l'Europe, la paix, la modernité, la solidarité.

Jean-Claude Lescure

Transcription

Michel Vial
Le quatrième meeting national de François Mitterrand, ce soir, au Bourget, marquait la fin de la première partie de sa campagne, en même temps que son retour éclatant dans l'arène électorale. Au terme d'une semaine qui l'aura vu sur tous les fronts, d'émissions de radio en balades impromptues et meetings en province. Une présence tonique qui lui aura permis de remobiliser, pour le premier tour, son électorat de gauche, jusque-là quelque peu décontenancé par un début de campagne plutôt en douceur ; une présence qui lui aura également permis de cibler son principal adversaire sans jamais le nommer, tout en s'efforçant d'appeler à l'union au-delà de son propre camp, hors de tout manichéisme, et surtout hors de toute confusion.
François Mitterrand
Je l'ai dit, je suis socialiste. Vous le savez bien, vous le savez bien... et je reste fidèle...
Foule
Acclamations / applaudissements.
François Mitterrand
Ce modeste aveu ne mérite pas tant d'acclamations.
Foule
Acclamations : applaudissements.
François Mitterrand
Et je reste fidèle aux choix fondamentaux qu'implique ma conviction.
Foule
Applaudissements.
François Mitterrand
Mais j'entends assumer ma responsabilité dans la ligne de ces convictions, sans refuser qui que ce soit qui choisirait comme moi la voie de l'Europe et la voie de la paix et la voie de la modernité et la voix de la solidarité et la voie de l'égalité et de la justice sociale. Alors, si vous voulez cela, venez tous.
Foule
Applaudissements.

Les enseignants de l'Éducation nationale disposent d'un accès gratuit à la version intégrale de Jalons depuis le portail Éduthèque.

Se connecter:

eduthèque