Soirée électorale pour le second tour de l'élection présidentielle de 1995

07 mai 1995
02m 33s
Réf. 00168

Notice

Résumé :

Soirée électorale consacrée aux résultats du second tour de l'élection présidentielle de 1995.

Type de média :
Date de diffusion :
07 mai 1995

Contexte historique

Le 7 mai 1995, malgré les rumeurs les derniers jours d'un possible succès de Lionel Jospin, Jacques Chirac l'emporte nettement. Il rassemble 15 763 027 voix, soit 52,64% des suffrages exprimés, contre 14 180 644 voix à Lionel Jospin, soit 47,36%. "Pour la première fois depuis plus de vingt ans, un gaulliste entrait à l'Elysée, mais les 47% des voix obtenues par son adversaire et la difficulté à gérer le discours contradictoire qui l'avait mené au succès risquaient de rendre difficile le gouvernement du président Jacques Chirac", écrit Jean-Jacques Becker. [Crises et alternances, 1974-2000, Jean-Jacques Becker, Nouvelle histoire de la France contemporaine Vol 19, Le Seuil 2002]

Eve Bonnivard

Éclairage média

France 2 veut, selon les termes mêmes de Daniel Bilalian, donner "priorité à la vie". La soirée électorale s'organise autour du direct (ambiance dans les QG des candidats, fête célébrée place de la Concorde, course poursuite avec la voiture de Chirac, duplex dans les provinces, réactions des anonymes, reportage dans une cité de Créteil, etc.) avec des moyens dignes d'un Tour de France (300 personnes, 56 caméras, 37 liaisons permanentes, moto émettrice, avion tournant au-dessus de Paris, mini-montgolfière…). Les invités se succèdent sur le plateau (ténors politiques, quadras, personnalités de la société civile, jeunes, etc.) mais la priorité étant donnée au direct, les débats s'avèrent hachés.

Eve Bonnivard

Transcription

Bruno Masure
Dans 20 secondes.
Daniel Bilalian
Bien, dans 20 secondes, il est 19 h 59 et 39 minutes, 40...
Bruno Masure
Oui, 39 secondes.
Daniel Bilalian
44, 45, 46, 48, 49 (j'ai sauté le 47), 50, 51...
Bruno Masure
Il s'agira du 22ème président depuis Louis-Napoléon Bonaparte, rappelons-le, et rappelons au passage que le septennat existe depuis 1873.
Daniel Bilalian
Il est 20 heures. Voici le choix des Français, le nom et le pourcentage de la victoire pour le nouveau Président de la République.
Bruno Masure
Cinquième Président de la Ve République, Jacques Chirac, 52 % des suffrages exprimés aujourd'hui ; Lionel Jospin, 48 % des suffrages exprimés.
Daniel Bilalian
Le nouveau Président de la République est donc M. Jacques Chirac, élu avec 52 % des voix. C'est la joie, c'est la liesse, on peut le comprendre, avenue d'Iéna, au siège du quartier général de M. Jacques Chirac. Je vous laisse écouter l'ambiance.
Foule
On a gagné, on a gagné, on a gagné, on a gagné, on a gagné !
Bruno Masure
Voilà, tout de suite nous retrouvons Nathalie Saint-Cricq qui est à l'Hôtel de Ville, où se trouve toujours Jacques Chirac.
Nathalie Saint-Cricq
Oui, eh bien, si l'on était calme et, pour tout dire, serein, tout à l'heure, c'est que l'on savait depuis quelques minutes que Jacques chirac avait gagné. Après les mauvaises surprises du premier tour, ici, on considère que c'est une très bonne surprise. Et on considère là que Jacques Chirac réalise un bon score. Bref, puisqu'il a gagné, Jacques Chirac qui, lui, attendait dans son bureau mais le savait également depuis un moment, devrait très vite intervenir, devant environ mille personnes élues, militants qui se trouvent dans la salle de fêtes au-dessus de cette salle. Et on s'attend également à ce que le parvis de l'Hôtel de Ville, qui se trouve derrière moi, soit noir de monde dans quelques instants.
Daniel Bilalian
M. Jacques Chirac élu Président de la République, quelles réactions maintenant au quartier général de M. Jospin, à la Maison de la Chimie, Roland Sicard ?
Roland Sicard
Eh bien, écoutez, c'est, bien entendu, ici une très grosse déception, déception qui tient au fait que depuis le très bon résultat de Lionel Jospin au premier tour, depuis l'arrivée en tête de Lionel Jospin au premier tour, eh bien, beaucoup de militants socialistes s'étaient pris à espérer tout simplement la victoire. Seulement, je dirais quand même que cette déception est tempérée par le bon score que réalise, ce soir, Lionel Jospin. Il y a trois mois, il faut bien le dire, un tel résultat était inespéré et, si on avait annoncé aux militants socilaistes un score de 48 %, si vous me passez l'expression, ils auraient signé tout de suite. D'ailleurs, plusieurs militants que j'ai croisés tout à l'heure, me l'ont dit, et pour eux, après le désastre des législatives, la déroute des européennes, eh bien, le résultat de ce soir leur redonne espoir, vous le voyez, les militants socialistes, malgré la défaite, gardent le moral.

Les enseignants de l'Éducation nationale disposent d'un accès gratuit à la version intégrale de Jalons depuis le portail Éduthèque.

Se connecter:

eduthèque