Les résultats du second tour des élections législatives de 1997

02 juin 1997
01m 14s
Réf. 00171

Notice

Résumé :

Récapitulatif des résultats du second tour des élections législatives de 1997 remportées par la gauche, qui n'obtient pas cependant la majorité absolue.

Date de diffusion :
02 juin 1997
Date d'événement :
01 juin 1997

Contexte historique

Après la dissolution de l'Assemblée nationale, de nouvelles élections sont organisées les 25 mai et 1er juin 1997. Au premier tour, la droite fait son plus mauvais score depuis 1958 avec 36,16% des voix, face à une gauche qui rassemble 42,1% des voix. Jacques Chirac a beau se jeter vigoureusement dans la bataille entre les deux tours, la droite ne récupère pas au second tour les voix qui lui manquent. Le taux d'abstention, qui a atteint 32,04% au premier tour, baisse peu.

Dans l'Assemblée élue en 1993, la gauche avait 99 élus, elle en a maintenant 320, soit un gain de 221 sièges. La droite qui en avait 465 en conserve 248, soit une perte de 217 sièges. Le Parti socialiste, fort de 246 députés dans la nouvelle Assemblée, est loin de la majorité absolue, 289. Pour gouverner, il lui faut compter sur le Parti communiste (37 sièges), le Mouvement des citoyens de Jean-Pierre Chevènement (7), les radicaux de gauche (13), les divers gauche (9) et les Verts (8) qui, pour la première fois, font leur entrée à l'Assemblée nationale. Le maintien du Front national au second tour dans des triangulaires (78 contre 15 en 1993) a contribué à la défaite de la droite, puisqu'on estime à environ une trentaine les sièges perdus par celle-ci pour cette raison.

Eve Bonnivard

Éclairage média

Un récapitulatif des résultats sous forme de camemberts est suivi d'une sélection des résultats exemplaires obtenus dans diverses circonscriptions à l'issue de ce second tour (photo des candidats et score réalisé).

Eve Bonnivard

Transcription

Henri Sannier
Avant de faire un peu de prospective, revenons brièvement sur les résultats complets des élections législatives. La droite, RPR et UDF, subit donc une défaite cinglante. A gauche, la victoire est sans appel, mais le parti socialiste n'aura la majorité qu'avec l'appoint des communistes. Jean-Michel Fauveau.
Jean-Michel Fauveau
La gauche, nettement majoritaire. Les derniers résultats corrigés dans l'après-midi par le ministère de l'Intérieur l'accrédite de 319 sièges contre 256 à la droite et 1 au Front national. Mais le PS et ses alliés ne dépassent pas seuls la majorité absolue de 289 sièges, ils devront s'appuyer sur les 38 députés du PC. Par rapport à l'Assemblée précédente, les socialistes ont gagné près de 200 sièges, quatre ans après la débâcle. La droite en a perdu presque autant. Les Verts, c'est la nouveauté, font leur entrée dans l'hémicycle, avec 7 élus et une apparentée, selon le chiffre officiel. Dominique Voynet, qui a gagné hier soir dans le Jura, fait partie des 63 femmes qui vont s'installer au Palais Bourbon. Noël Mamère, à Bègles, en Gironde et aussi Guy Hascoët dans la septième circonscription du Nord sont deux autres exemples de la réussite écologiste. Le FN, c'était annoncé, fait son retour à l'Assemblée. Jean-Marie Le Chevallier, déjà maire de Toulon, est élu dans la première circonscription du Var. Enfin, un député, l'Indépendantiste martiniquais Alfred Marie-Jeanne n'appartient à aucun grand parti.

Les enseignants de l'Éducation nationale disposent d'un accès gratuit à la version intégrale de Jalons depuis le portail Éduthèque.

Se connecter:

eduthèque