Première réunion de l'Organisation des Nations Unies

18 janvier 1946
01m 31s
Réf. 00175

Notice

Résumé :

Après la conférence de San Francisco (avril 1945) qui a décidé de la naissance de l'Organisation des Nations Unies, les 51 nations fondatrices se retrouvent à Londres pour la première session de l'organisation

Date de diffusion :
18 janvier 1946
Date d'événement :
10 janvier 1946

Contexte historique

Après la conférence de San Francisco (avril 1945) qui a décidé de la naissance de l'Organisation des Nations Unies, les 51 nations fondatrices se retrouvent à Londres pour la première session de l'organisation. Elles élisent les membres du Conseil de sécurité, du Conseil économique et social, du Conseil de tutelle, de la Cour internationale de justice, et le premier Secrétaire général. Les cinq grandes puissances (Etats-Unis, Chine, URSS, France et Grande-Bretagne) qui contrôlent de nombreux postes ont accepté de confier la fonction de Secrétaire général, tout comme celle de président de l'Assemblée générale pour la première session à un ressortissant d'un petit pays.

Sans grande tension entre les membres, le Premier ministre de la Belgique, Paul-Henri Spaak est élu (à quel poste?), alors que le représentant soviétique propose à ce poste Trygve Lie, ministre des affaires étrangères de Norvège. Ce dernier, syndicaliste et socialiste, proche de l'URSS, entretient aussi de bonnes relations avec les pays de l'Ouest. Il obtient le poste de secrétaire général le 1er février 1946 et assure la lourde tâche de recruter rapidement 3 000 fonctionnaires pour faire vivre l'Organisation.

L'organisation matérielle de l'ONU repose également sur la désignation d'un siège permanent : Genève, ancien siège de la défunte Société des Nations, est écarté ; Washington propose les Etats-Unis, l'assemblée accepte cette proposition à la condition que ce soit dans la ville de New York.

Jean-Claude Lescure

Éclairage média

Le documentaire est construit de façon très classique : les lieux de réunion sont d'abord montrés de l'extérieur, puis avec les journalistes, les spectateurs pénètrent dans les salles de réunion. Les images s'attachent alors aux différents protagonistes qui sont montrés tour à tour.

Le commentaire éprouve quelques difficultés à expliciter les images, il néglige de nommer tous les personnages qui apparaissent à l'écran et se concentre sur l'élection du président de la première session, pour souligner la division entre les grands, division au demeurant de peu d'importance et qui ne perturbe pas la poursuite du travail de l'ONU.

Jean-Claude Lescure

Transcription

Commentateur
Au rendez-vous de la paix, 51 nations sont accourues. Et ce sont les délégués de 51 nations qu'au palais Saint James, le roi George VI a rassemblés sur une sorte de terrain neutre, où Messieurs Eden, Attlee et Bevin ont fait autour du souverain les honneurs de l'Angleterre. Et puis, au Central Hall, la première réunion s'est ouverte sous le signe des Nations Unies. Cependant, l'union souhaitée par tous, appelée par la délégation américaine, qui réunit Monsieur Stettinius et Madame Roosevelt -une des seules femmes présente à l'assemblée- devait subir une atteinte après que le président provisoire eut terminé le discours inaugural. Chaque nation, en effet, apporte ses conceptions originales à la poursuite du but commun.
(Silence)
Commentateur
Monsieur Gromyko, au nom de la Russie, proposait à l'assemblée la candidature du délégué de la Norvège. Le vote en décidait autrement, et c'est Monsieur Spaak qui était élu président pour la durée de la session.

Les enseignants de l'Éducation nationale disposent d'un accès gratuit à la version intégrale de Jalons depuis le portail Éduthèque.

Se connecter:

eduthèque