La guerre israélo-égyptienne de 1956

14 novembre 1956
24s
Réf. 00184

Notice

Résumé :

L'annonce le 26 juillet 1956 par le colonel Nasser de la nationalisation du canal de Suez déclenche l'expédition militaire franco-britannique de Suez, organisée avec le soutien d'Israël

Date de diffusion :
14 novembre 1956
Date d'événement :
06 novembre 1956
Lieux :

Contexte historique

A Alexandrie, le 26 juillet 1956, devant une foule enthousiaste, Nasser annonce la nationalisation de la Compagnie du canal de Suez. La Grande-Bretagne et la France, qui voient aussi en Nasser l'allié du FLN, considèrent cette décision comme une déclaration de guerre.

Avec l'accord d'Israël qui attaque dans le Sinaï les forces égyptiennes le 29 octobre, les deux anciennes puissances coloniales, sous le prétexte de séparer les belligérants, larguent des troupes aéroportées sur Port-Saïd et Port Fouad. L'avancée des troupes franco-britanniques est rapide, face à une armée égyptienne en déroute, mais l'Assemblée générale de l'ONU adopte le 2 novembre une résolution ordonnant le cessez-le-feu immédiat puis la constitution d'une force d'urgence des Nations Unies, la FUNU. Le 6 novembre, l'URSS menace les agresseurs de "représailles massives" tandis que les Etats-Unis font pression pour contraindre Français et Britanniques à se retirer d'Egypte et Israël d'abandonner le terrain conquis.

Si l'échec des de la France et de la Grande-Bretagne est patent, celui d'Israël, qui a prouvé une nouvelle fois sa supériorité militaire et la forte mobilisation de son peuple, est moins évident. La présence de la FUNU lui garantit provisoirement la sécurité de la frontière avec l'Egypte, mais le stationnement des "casques bleus" est révocable à tout moment sur demande égyptienne. La fragilité des frontières d'Israël reste donc grande. Le grand vainqueur de l'affaire est le colonel Nasser qui a su transformer en triomphe politique un désastre militaire imminent.

Eve Bonnivard

Éclairage média

Ce document rend compte de la réussite de l'offensive-éclair menée par Israël, parvenu en une nuit à se rendre maître de la péninsule du Sinaï, et de la déroute de l'armée égyptienne dont témoigne le matériel militaire abandonné dans le désert "sans parfois même avoir été utilisé ni même déchargé" (divers plans de canons, chars et camions à l'abandon). L'évocation de ce matériel est l'occasion de rappeler l'aide militaire que l'URSS fournit à la république de Nasser, et donc la dimension internationale de ce conflit.

Eve Bonnivard

Transcription

Commentateur
C'est en vue d'Ismaïlia, qu'elles distinguent à la jumelle, que les troupes israéliennes, en marche vers le Canal ont été stoppées par le cessez-le-feu. La fin du combat trouve Israël maître de la péninsule du Sinaï où s'accumulent des stocks d'armes russes, abandonnées souvent même sans avoir été utilisées ni parfois déchargées.