Signature de l'accord Start II

03 janvier 1993
01m 43s
Réf. 00213

Notice

Résumé :

La signature de l'accord Start II doit permettre de réduire l'armement nucléaire des deux grandes puissances

Date de diffusion :
03 janvier 1993
Lieux :

Contexte historique

La signature que George Bush appose le 3 janvier 1993 au bas du traité Start II constitue son dernier acte de politique internationale : battu en novembre 1992, il doit laisser son poste fin janvier à son successeur Bill Clinton. Le traité qu'il signe vise à limiter les forces nucléaires stratégiques de chaque partie et à éliminer les ogives nucléaires multiples à objectif indépendant (MOI), lancées à partir du sol.

Mais la signature des chefs d'Etat ne suffit pas, et la ratification par les Chambres traîne pendant de longs mois : la Chambre basse de la Douma russe estime que les Etats-Unis retirent des avantages trop importants du traité (après la ratification les Etats-Unis garderaient leur dotation d'armes nucléaires lancés par air et par mer, et la Russie devra faire face à un élargissement de l'OTAN vers les pays baltes, frontaliers de la Russie).

D'autre part, l'accord Start I, préalable à toute ratification de Start II, n'est complètement appliqué qu'en 1994, lorsque l'Ukraine, héritière d'une partie de l'arsenal nucléaire soviétique accepte de céder à la Russie la plupart des ogives nucléaires déployées sur son sol. Entre 1990 et 1996, le nombre total de têtes nucléaires est néanmoins passé de 80.000 à 40.000, et avec l'application des dispositions de START II, les forces stratégiques des deux pays sont réduites à 3000/3500 ogives nucléaires en 2003.

Jean-Claude Lescure

Éclairage média

Alors que sa portée est fort aléatoire, car la question de sa ratification est posée, la signature de l'accord Salt II est fortement médiatisée : les enfants, qui incarnent l'avenir, sont réunis pour fêter la nouvelle année, et sont les témoins de l'important accord diplomatique que vont sceller les deux délégations. La caméra s'attarde sur les enfants déguisés, comme pour les prendre à témoin de l'avenir radieux qui leur est préparé par les responsables politiques des deux grandes puissances. Le reportage se poursuit dans les rues de Moscou, sur les pas de George Bush et Boris Eltsine, qui rentrent se réchauffer au coin d'un feu. Les deux hommes abordent la délicate situation de la Bosnie-Herzégovine, où les Serbes, alliés traditionnels des Russes, se livrent à une "purification ethnique". Chaudement installés, ils veillent sur la santé du monde.

La cérémonie de signature du traité et la conférence de presse qui la suit mettent en évidence l'importance historique de l'accord. Pourtant le bel ordonnancement diplomatique est bousculé par des questions qui portent sur l'éventualité d'une intervention en Bosnie-Herzégovine. Un plan serré sur George Bush, sérieux, achève le reportage : rien de concret ne sera décidé pour mettre fin au conflit dans les Balkans.

Jean-Claude Lescure

Transcription

Marcel Trillat
Visite surprise ce matin au Kremlin des présidents Bush et Eltsine à ceux qui devraient être les principaux bénéficiaires du traité Start 2 et de la fin de la guerre froide : les enfants, réunis dans la salle des congrès pour la fête du Nouvel an. «Les enfants», lance l'animateur, «aujourd'hui doit être signé au Kremlin un accord remarquable qui facilitera la vie à tous les peuples du monde». Et puis, pour faire plaisir au président et à Barbara Bush, une petite polka américaine à la sauce russe qui donnera l'occasion aux deux présidents de prouver qu'ils sont au même rythme. Après une visite guidée sur les terrasses du Kremlin, George Bush et Boris Eltsine sont passés aux choses sérieuses : un nouvel entretien sur les modalités d'application du traité, mais aussi sur la possibilité de trouver un langage commun sur le délicat problème de l'usage de la force en Bosnie Herzégovine. Douze heures 2 minutes enfin : l'accord Start 2 qui permettra peut-être d'éloigner la menace de cataclysme nucléaire est signé par les présidents de deux grands pays qui se considéraient il n'y a pas si longtemps comme des ennemis mortels. Au cours de la conférence de presse qui a suivi, Boris Eltsine avait l'assurance de quelqu'un qui réalise l'un de ses voeux les plus chers : faire oublier Mikhaïl Gorbatchev, signataire de Start 1 il y a un an et demi.
Boris Eltsine
Ce n'est pas tous les siècles que l'histoire permet d'être témoin et participant d'un événement aussi important.
Marcel Trillat
Mais très vite, au fil des questions, le problème plus épineux de l'intervention en Bosnie venait sur le tapis.
George W. Bush
Il n'est pas utile de parler des différences que nous pouvons avoir ; les positions sont très proches ; nous souhaitons tous le rétablissement de la paix.

Les enseignants de l'Éducation nationale disposent d'un accès gratuit à la version intégrale de Jalons depuis le portail Éduthèque.

Se connecter:

eduthèque