Signature des accords israélo-palestiniens

13 septembre 1993
01m 50s
Réf. 00214

Notice

Résumé :

A la Maison Blanche, en présence de Bill Clinton, Ytzhak Rabin, et Yasser Arafat se congratulent après la signature de l'accord sur l'autonomie des territoires palestiniens.

Date de diffusion :
13 septembre 1993

Contexte historique

Parallèlement aux négociations israélo-arabes amorcées à Madrid en octobre 1991, les négociateurs israéliens et ceux de l'OLP préparent leur reconnaissance mutuelle à Oslo, en Norvège. Pendant huit mois, dans le plus grand secret, avec l'aide du médiateur norvégien, le ministre des Affaires étrangères Johan Joergen Holst, le ministre israélien des Affaires étrangères, le travailliste Shimon Peres, et son homologue pour l'OLP, Mahmoud Abbas (Abou Mazen), négocient.

Le 20 août 1993, ils aboutissent à un double accord de reconnaissance mutuelle. Les résultats des négociations menées à Oslo sont entérinés par la signature, le 13 septembre 1993 à Washington, d'une "Déclaration de principes sur les arrangements intérimaires d'autonomie "israélo-palestiniens". Fondée sur une reconnaissance mutuelle entre l'OLP (qui appelle Israël à vivre en paix et dans la sécurité) et Israël (qui considère désormais l'OLP comme le représentant légitime du peuple palestinien), elle pose les fondements des négociations qui doivent aboutir à une autonomie palestinienne en Cisjordanie et dans la bande de Gaza pour une période transitoire de 5 ans. Le règlement à venir devra porter non seulement sur la forme juridique permanente de l'entité palestinienne, mais aussi sur Jérusalem, les réfugiés, les colonies juives de Cisjordanie et de Gaza, la sécurité globale, le tracé des frontières et d'autres matières d'intérêt commun. C'est le temps des espoirs qui ne va pas tarder à s'évanouir.

Jean-Claude Lescure

Éclairage média

Dans les jardins de la Maison Blanche, à Washington, séparées par la haute stature de Bill Clinton, les délégations palestinienne et israélienne font face aux nombreuses caméras chargées de répercuter cette scène inédite et surprenante : Palestiniens et Israéliens côte à côte pour sceller les bases d'une paix durable au Proche-Orient, déchiré par un conflit vieux de 46 ans.

Les poignées de mains entre les adversaires deviennent le symbole d'un rapprochement possible, renforcé par les discours encourageants d'Ytzhak Rabin et de Yasser Arafat. Les gros plans succèdent aux plans d'ensemble, rendant palpable l'émotion de chacun.

Jean-Claude Lescure

Transcription

Xavier Bodin-Hullin
Ils applaudissent : l'accord vient d'être signé. Et chacun attend le geste : ce geste, à la fois si simple et si compliqué.
(Silence)
Xavier Bodin-Hullin
Yitzhak Rabin, hésitant, n'a pu refuser cette main tendue par Yasser Arafat. Comme prévu, la déclaration de principe sur l'autonomie intermédiaire de 5 ans a donc été signée par Shimon Perez et Abou Mazen, le chef du département des Affaires internationales de l'OLP. L'accord entre en vigueur dans un mois : retrait des forces israéliennes de Gaza et de Jéricho dans 4 mois, transfert des pouvoirs aux Palestiniens puis élection directe d'un Conseil de l'autonomie sous 10 mois. Signatures, et émotion, quand Yitzhak Rabin puis Yasser Arafat ont pris la parole.
Yitzhak Rabin
Nous qui sommes venus d'une terre où ce sont les parents qui enterrent leurs enfants, nous qui nous sommes battus contre vous, les Palestiniens, nous vous disons aujourd'hui d'une voix forte et claire : «Assez de sang et assez de larmes, assez ! ».
(Silence)
Yasser Arafat
La bataille pour la paix est la plus difficile de notre vie. Elle mérite nos efforts les plus soutenus parce que la terre de la paix aspire à une paix juste et globale.
Xavier Bodin-Hullin
Et comme si le geste était désormais devenu banal, Yasser Arafat est allé une nouvelle fois chercher la main d'Yitzhak Rabin. Une heure quinze de cérémonie historique, où chacun a rappelé que la construction de la paix sera difficile, encore plus difficile qu'une signature et une poignée de main.

Les enseignants de l'Éducation nationale disposent d'un accès gratuit à la version intégrale de Jalons depuis le portail Éduthèque.

Se connecter:

eduthèque