Découverte du charnier de Katyn

07 mai 1943
02m 23s
Réf. 00254

Notice

Résumé :

Près de Smolensk, dans la forêt de Katyn, un gigantesque charnier a été découvert. Plus de 4 000 officiers polonais (le chiffre de 10 000 qui est annoncé est faux), ont été exécutés d'une balle dans la nuque par les Soviétiques.

Date de diffusion :
07 mai 1943
Date d'événement :
12 avril 1943
Lieux :

Contexte historique

Occupant la partie est de la Pologne qui leur revenait en vertu du pacte secret Ribbentrop-Molotov, les Soviétiques capturèrent 240 000 à 250 000 prisonniers polonais dont 10 000 officiers environ.

Une grande partie d'entre eux fut libérée, mais des milliers de soldats restèrent néanmoins affectés à des commandos de travail, d'autres étant déportés dans l'archipel du Goulag. Les officiers furent, quant à eux, internés dans deux camps. En février 1940, Moscou décida de les éliminer. Entre le 3 avril et le 13 mai, environ 4500 officiers polonais furent ainsi transférés du camp de Kozielsk vers Katyn, puis assassinés d'une balle dans la nuque et ensevelis dans des fosses communes. En avril 1943, les Allemands découvrirent ce charnier.

Les autorités soviétiques nièrent alors toute responsabilité dans ce massacre et en accusèrent les nazis lors du procès de Nuremberg. Elles finirent cependant par reconnaître cette responsabilité en 1990, quand Gorbatchev présenta ses excuses aux Polonais, puis en 1992, lors d'une visite de Boris Eltsine à Varsovie.

Françoise Berger

Éclairage média

Le reportage montre une partie de l'exhumation des corps (identification d'un cadavre par la fouille de ses poches) ainsi que les débuts de l'enquête menée par des médecins légistes et des criminologistes européens.

Cette séquence a une double motivation : participer des campagnes de dénigrement lancées contre les bolcheviques, en insistant sur le côté sordide de cet assassinat organisé par les Soviétiques suivant les méthodes de la Guépéou (mains liées dans le dos, coup de revolver dans la nuque) ; satisfaire le principe de la propagande en remplaçant les informations relatives aux revers de l'armée allemande et à l'avancée des troupes soviétiques par des scènes qui noircissent le régime bolchevique.

Devant cette dénonciation, l'URSS rejeta la responsabilité du crime sur l'Allemagne et rompit les relations diplomatiques avec le gouvernement polonais de Londres. En 1953, une commission d'enquête américaine confirma la responsabilité du NKVD (organisme de police soviétique), ce que l'URSS reconnut pour la première fois en 1990.

Ce document fait partie des actualités cinématographiques diffusées du 21 août 1942 au 18 août 1944 sous le label "France Actualités". En 1942, au tournant de la guerre, alors que la zone Sud est occupée et que Pathé et Gaumont disparaissent, "France Actualités" est créée. Constituée de capitaux à 60% français et à 40% allemands, la nouvelle société de production marque l'engagement plus profond du gouvernement de Vichy dans la collaboration.

Françoise Berger

Transcription

AVERTISSEMENT
(Musique)
Commentateur
C'est ici, près de Smolensk, dans cette clairière de la forêt de Katyn, que l'on a découvert les corps de 10 000 officiers prisonniers de l'armée polonaise, assassinés par les soviets. Près d'un millier de corps ont déjà été exhumés.
(Musique)
Commentateur
Une commission, composée d'éminents médecins légistes et experts criminologistes européens, grâce aux lettres et journaux découverts sur les cadavres et d'après l'étude de décomposition des corps, a pu établir que les exécutions remontaient au mois de mars-avril 1940, c'est-à-dire plus d'un an avant le conflit germano-soviétique.
(Musique)
Commentateur
Tous ont été exécutés de la même façon. Un coup de revolver dans la nuque.
(Musique)
Commentateur
On remarque les mains liées.
(Musique)
Commentateur
Un prêtre polonais célèbre un requiem.
(Musique)
Commentateur
70% des corps, parmi lesquels se trouvent plusieurs généraux, ont déjà pu être identifiés.
(Musique)