La pénurie d'électricité, obstacle à une reconstruction rapide

07 décembre 1945
01m 18s
Réf. 01006

Notice

Résumé :

La France connaît une importante pénurie d'électricité : la sécheresse importante de l'été 1945 limite considérablement les ressources en houille blanche, tandis que les ressources en charbon restent largement inférieures aux besoins.

Date de diffusion :
07 décembre 1945
Lieux :

Contexte historique

Le manque de ressources énergétiques fut particulièrement criant au lendemain de l'Occupation et constitua un goulet d'étranglement important au redémarrage immédiat de l'économie française. La pénurie de charbon, source d'énergie majeure à l'époque, apparut comme une préoccupation essentielle. L'économie française utilisait en 1938, 67 millions de tonnes de houille, dont le tiers devait être importé. En 1945, seulement 40 millions de houille sont disponibles. Le nombre insuffisant de mineurs, l'usure du matériel, l'épuisement d'un certain nombre de veines et les destructions liées à la guerre expliquent notamment cette forte pénurie. Au cours de l'année 1945, les apports extérieurs restèrent relativement rares et ce n'est qu'en 1946, que les Français obtiendront un complément extérieur de 10 millions de tonnes environ. Pour éviter la fermeture de certaines entreprises et répondre à des demandes prioritaires (SNCF notamment), il fallut pendant plusieurs années comprimer la consommation domestique en charbon, gaz, électricité. Et les coupures d'électricité furent fréquentes jusqu'à la fin des années quarante. L'importante modernisation des houillères et le développement spectaculaire de l'hydroélectricité (construction de plusieurs grands barrages) ont joué un rôle fondamental pour la reprise économique de la France.

Fabrice Grenard

Éclairage média

Le reportage évoque essentiellement des facteurs conjoncturels (sécheresse) ou les promesses non tenues d'apports extérieurs (aide américaine, livraisons allemandes) pour expliquer la pénurie d'électricité, ne mentionnant pas la baisse importante de la productivité dans les mines, l'épuisement d'un certain nombre de veines et les difficultés de transport qui ne permettaient pas toujours d'acheminer convenablement les ressources disponibles. Plusieurs images évoquent un décalage important entre la pénurie de charbon en France et les ressources très importantes du bassin minier de la Ruhr, soulignant ainsi que l'Allemagne devrait davantage contribuer à la reconstruction de la France.

Fabrice Grenard

Transcription

(Musique)
Commentateur
Le problème d'aujourd'hui, c'est l'électricité, qui donne lumière, chaleur, énergie. Qui fournit l'électricité ? La houille blanche principalement. Mais il arrive que la houille blanche fasse défaut, alors, il faut faire appel à la houille noire. Or, une sécheresse telle qu'on en a pas vu depuis 150 ans a sévi cette année. Derrière les barrages, les lacs artificiels ont baissé de telle sorte, que leur débit est largement amoindri. Plus d'eau ? Vite du charbon ! Mais l'Angleterre, mais les Etats-Unis, viennent de devoir réduire ou d'arrêter leurs envois de houille vers la France.
(Musique)
Commentateur
Mais le charbon de la Ruhr, sur lequel nous comptions, ne nous est pas livré dans les proportions convenues. Cependant, est-ce à cause des transports, des centaines de milliers de tonnes s'étalent sur le carreau des mines allemandes. Et bientôt, il faudra compter avec l'hiver, avec les canaux gelés, les péniches immobilisées. Ce jour-là, le charbon arrivera moins encore. Moins de lumière, moins de chaleur, moins d'énergie. Le problème d'aujourd'hui est là, dans cette pénurie dramatique d'électricité. Des mesures draconiennes sont prises, espérons qu'elles seront provisoires.

Les enseignants de l'Éducation nationale disposent d'un accès gratuit à la version intégrale de Jalons depuis le portail Éduthèque.

Se connecter:

eduthèque