La suppression des SP et le rétablissement de la libre circulation à Paris

08 août 1946
01m 02s
Réf. 01008

Notice

Résumé :

La suppression en 1946 des permis spéciaux de circuler et le rétablissement de la libre circulation permettent aux Parisiens de ressortir leurs voitures et redonnent une certaine vie aux rues et boulevards de la capitale.

Date de diffusion :
08 août 1946

Contexte historique

Depuis les débuts de l'Occupation, la circulation automobile est régie par un ensemble de règles précises en raison du manque de carburant (loi du 27 août 1940 portant sur la réglementation de la circulation automobile). Aucun véhicule ne pouvait circuler sans autorisation spéciale, à l'exception de quelques professions telles que les médecins ou les sages-femmes, considérées comme étant d'intérêt vital, ou certains fonctionnaires (ceux du ravitaillement notamment).

Les permis spéciaux, appelés SP, étaient délivrés par la Préfecture de police. Ils se présentaient sous la forme d'un papier rectangulaire apposé sur le véhicule, les conducteurs étant obligatoirement munis d'un document spécial. Comme les autorisations de circuler n'étaient accordées qu'au compte-goutte, Paris était devenue une ville sans voiture. Cette situation s'est maintenue pendant plus de deux ans après la Libération : ce n'est qu'au cours de l'été 1946 qu'un meilleur approvisionnement en pétrole permit la suppression des SP et le rétablissement de la libre circulation des voitures.

Fabrice Grenard

Éclairage média

La suppression des SP est vécue comme une véritable libération : les conducteurs peuvent désormais déchirer leurs SP. Selon une technique récurrente lorsque sont évoquées les restrictions, le reportage offre également une dimension comique : des voitures sont ressorties de leur garage après cinq ans d'inactivité mais ne sont plus en état de fonctionner ; le réapprentissage de la conduite automobile est le plus souvent difficile et débouche sur des incidents.

Fabrice Grenard

Transcription

Commentateur
Après cinq ans d'existence, le S.P est mort, paix à ses cendres. Et la voirie s'est mise au travail pour reposer les bornes lumineuses, disparues depuis si longtemps de notre horizon familier. Et tous les possesseurs de voitures ont poussé un soupir qui n'était pas de regret. Une voiture et le droit de rouler, quelle chance ! Maintenant, savoir si le droit de rouler, permet véritablement de rouler.
(Musique)
Commentateur
Mais comme cinq ans d'attente ont changé les choses. Aux yeux du chauffeur revalorisé, l'agent, la rue, la circulation, ont vraiment pris un ton nouveau.
(Musique)
Commentateur
Le S.P est mort, vérifiez votre assurance.