L'emprunt national de 1949 pour accélérer la reconstruction

03 février 1949
01m 22s
Réf. 01016

Notice

Résumé :

Afin d'accélérer la reconstruction de la France, le gouvernement lance un grand emprunt national de 5 %. Le ministre des Finances Maurice Petsche se réjouit de la réussite de cet emprunt qui permettra le redressement du pays.

Date de diffusion :
03 février 1949
Lieux :

Contexte historique

L'amélioration de la situation monétaire de la France permet au gouvernement de lancer un grand emprunt au début de l'année 1949. L'inflation fut un problème crucial de l'après-guerre. De 1945 à 1948, sur une base 100 en 1938, le niveau moyen des prix courants passe de l'indice 393 à l'indice 1 632.

En 1948, le ministre des Finances René Mayeur lance un grand plan de lutte contre l'inflation, d'inspiration libérale. Ce plan se décompose en plusieurs étapes : compression des dépenses publiques, hausses de salaire différées, retrait des billets de 5 000 francs pour tenter de limiter la masse monétaire en circulation, dévaluation du franc de - 44 % par rapport à la livre et au dollar. Quelques résultats significatifs sont obtenus et le franc connaît une certaine stabilisation au début de l'année 1949.

Le successeur de René Mayeur aux Finances, Maurice Petsche, estime alors le contexte favorable pour lancer un grand emprunt national de 5 %. Il s'agit du premier emprunt national depuis 1944. Cet emprunt a rapporté plus de 300 milliards de francs courants, soit 15 % des besoins annuels de trésorerie. Le succès remporté par cet emprunt démontre le rétablissement d'une certaine forme de confiance financière intérieure. Enfin, cet emprunt témoigne des conceptions libérales de Petsche, qui demeurera aux Finances jusqu'en 1951 (volonté de substituer l'emprunt à l'impôt pour juguler l'inflation et favoriser la reconstruction).

Fabrice Grenard

Éclairage média

Pour montrer le rôle essentiel que peut avoir cet emprunt national dans le financement de la reconstruction du pays, le reportage juxtapose des images présentant les titres d'emprunt et d'autres montrant des ouvriers en train de terminer des grands chantiers de construction. Les longues files de queue permettent de souligner le succès important de l'emprunt auprès des Français.

Tout est fait également pour encourager les Français à souscrire : l'emprunt apparaît comme un moyen important de redressement de la France. Enfin, dans son discours, Maurice Petsche insiste sur le fait que l'emprunt permette aux Français de "participer librement et sans contrainte" à la reconstruction du pays, ce qui témoigne bien de ses options libérales et de sa volonté de privilégier d'autres sources de financement à l'Etat que l'impôt.

Fabrice Grenard

Transcription

(Musique)
Commentateur
La France veut relever ses ruines, mais si d'énormes efforts ont déjà été accomplis, trop de destructions marquent encore le visage du pays. Pour accélérer la reprise économique et industrielle, le gouvernement a lancé l'emprunt national de 5%, libérable par demi des titres anciens, dont le Ministre des Finances, a remis le premier titre au Président de la République. La réussite de cet emprunt, comme devait l'affirmer M. Petche, contribuera en dehors de toutes préoccupations politiques, à assurer la réalisation du programme de relèvement et de rééquipement de notre pays.
Maurice Petsche
«Cet emprunt dont le succès n'est plus douteux, affirme la volonté des français tant à l'égard d'eux-mêmes que de l'étranger, de participer librement, sans contraintes au redressement du pays.»
Commentateur
Les Français ont déjà répondu à cet appel parce qu'ils ont compris que leur participation à l'emprunt amènera définitivement la renaissance française.

Les enseignants de l'Éducation nationale disposent d'un accès gratuit à la version intégrale de Jalons depuis le portail Éduthèque.

Se connecter:

eduthèque