Le barrage de Tignes est inauguré par le président Auriol

09 juillet 1953
01m 42s
Réf. 01020

Notice

Résumé :

A l'occasion de l'inauguration du barrage construit à Tignes, le président Vincent Auriol prononce un discours sur l'importance de l'oeuvre accomplie en France en matière de reconstruction et de modernisation.

Date de diffusion :
09 juillet 1953
Personnalité(s) :

Contexte historique

La politique énergétique fut l'une des priorités des années d'après-guerre. Le but avoué était d'obtenir l'indépendance énergétique, grâce notamment à la mise en valeur de nouvelles sources nationales d'énergie permettant de se substituer progressivement au charbon. Le gouvernement comptait beaucoup sur l'hydroélectricité et entreprit de construire de puissants barrages.

A l'image des grandes réalisations soviétiques ou américaines (la Tennesse Valley Authority), la France devait se doter d'ouvrages utilisant les ressources nationales, notamment dans les régions de montagne (Génissiat dans l'Ain, Tignes dans l'Isère). Le projet de construction du barrage de Tignes était particulièrement ambitieux : il s'agissait de construire à plus de 1800 mètres d'altitude un barrage-voûte en béton, haut de 180 m et large de 295 m avec une retenue de 230 000 000 m3 sur une superficie de 270 ha. Sa construction nécessita l'empoi de 4500 personnes. Autour du barrage, huit centrales hydro-électriques produisent plus de 1 000 000 000 de KWh.

Ce projet se heurta cependant à une importante résistance de la population locale car il passait par la destruction du petit village de Tignes. Alors que le village traditionnel fut submergé lors de la mise en activité du barrage, un nouveau village fut construit quelques kilomètres en amont, devenu aujourd'hui une célèbre station de ski. Le barrage fut inauguré en grande pompe en 1953 par le président de la République, qui à cette occasion, salua le sacrifice des Tignards et l'importance de la mobilisation des Français en faveur de la modernisation du pays.

Fabrice Grenard

Éclairage média

Le reportage tait les importantes résistances locales qui se sont développées contre la construction du barrage. Il ne montre aucune image de l'ancien village et n'évoque que très brièvement les problèmes suscités par son évacuation et sa destruction. Les images insistent sur la modernité des nouvelles infrastructures mises en place, que ce soit le barrage, véritable "cathédrale des temps modernes", ou les centrales hydro-électriques situées à proximité. Enfin, une longue partie du reportage est consacrée au discours de Auriol, qui à l'occasion de l'inauguration, salue la rénovation de la France.

Fabrice Grenard

Transcription

Commentateur
A Tignes, à l'emplacement du petit village savoyard qui ne voulait pas mourir, la France possède aujourd'hui le plus haut barrage d'Europe, une retenue de 180 mètres part à cet endroit la vallée de l'Isère. Accueilli par le Président de l'électricité de France, le Président de la République a inauguré solennellement le magnifique ouvrage en se rendant d'abord dans le nouveau village en construction, qui remplace le village immergé et en se recueillant au pied du nouveau monument aux morts. Le drame de Tignes est maintenant terminé. Après avoir visité la centrale hydroélectrique de Malcovert qui va apporter une importante contribution au potentiel énergétique français et avoir mis l'usine en marche, M. Vincent Auriol faisant le bilan de l'oeuvre accomplie a pu dire :
Vincent Auriol
«Notre jeunesse frémissante est prête à apporter son ardeur et sa foi à la construction de la France rénovée, mais il faut lui proposer un idéal et des tâches dignes d'elle pour sa valeur, pour ses espérances. Et notre force ne peut être fondée que sur la cohésion, le travail, l'enthousiasme d'un peuple animé par la foi, par la patrie dans un idéal de justice et de fraternité, alors les sacrifices n'auront pas été vains.»

Les enseignants de l'Éducation nationale disposent d'un accès gratuit à la version intégrale de Jalons depuis le portail Éduthèque.

Se connecter:

eduthèque