L'abbé Pierre lance son appel en faveur des sans-logis

04 février 1954
01m 55s
Réf. 01021

Notice

Résumé :

Alors que l'hiver 1954 est particulièrement rigoureux, l'abbé Pierre lance un appel en faveur des sans-logis et déshérités et organise des collectes de vêtements et de nourriture pour les plus démunis.

Date de diffusion :
04 février 1954

Contexte historique

Le 4 janvier 1954, l'ancien maquisard Henri Grouès, surnommé l'abbé Pierre, publie une lettre ouverte dans Le Figaro où il raconte comment un bébé était mort de froid dans la nuit, au moment où le gouvernement refusait d'accorder des crédits pour la construction de cités d'urgence. Alors que les rigueurs de l'hiver 1954 ne cessaient de s'accentuer, l'abbé Pierre multiplie les appels, notamment sur les ondes de radio Luxembourg, en faveur des sans-logis et des déshérités.

Avec la communauté d'Emmaüs qu'il a fondée à Neuilly-Plaisance, il organise une grande campagne de collecte de vêtements et de nourriture et appelle les Français à une "insurrection de la bonté". Cette campagne de l'abbé Pierre déclencha un formidable mouvement d'opinion et fit du fondateur d'Emmaüs un personnage particulièrement populaire.

Elle rappelle également que les inégalités sociales restaient particulièrement importantes au début des années cinquante, malgré les débuts de la croissance économique, et que la crise du logement léguée par la guerre n'était pas encore complètement résolue.

Fabrice Grenard

Éclairage média

Sur fond de musique nostalgique, le reportage possède une dimension dramatique importante. Les images montrent la quasi-impossibilité des sans-abris de se réchauffer quelque peu alors que l'hiver est particulièrement rigoureux (neige à Paris, Marne gelée...). Pour donner un aspect plus dramatique à l'action de l'abbé Pierre (discours, visite aux sans abris, organisation de collecte de vêtement...), les images sont tournées de nuit. Le reportage se termine sur un véritable appel à la solidarité des Français.

Fabrice Grenard

Transcription

(Musique)
Commentateur
C'est l'hiver, thermomètre à -15 et la Marne gelée aux portes de Paris, l'hiver terrible, l'hiver tragique et dans cet hiver, des hommes qui dorment sur les bouches du métro.
François Mitterrand
Ils vont atteindre sans doute 800 000 abonnés à la fin de l’année, c’est une grande réussite.
Commentateur
On avait oublié que ça existe, l'hiver, pour les sans-logis, c'est pour s'en souvenir qu'il faut voir «la Pomponnette», la cité de l'Abbé Pierre. Ce village de roulottes et de cabanes où des gens vivent parce qu'une cabane à courant d'air où l'on casse la glace le matin, c'est quand même un toit. C'est là que l'autre jour un nouveau-né est mort de froid et c'est dans cette roulotte qu'hier par -10, un autre enfant est né. On saura maintenant que ça existe, même l'hiver, les sans-logis. C'est pour cela que l'Abbé Pierre a appelé tous ceux qui ont un toit, à l'aider à sauver du froid de la longue nuit d'hiver, ceux qui n'en ont pas.
François Mitterrand
Une quatrième décision, la concession des deux chaînes privées, La Cinquième et le multi ville à dominance musicale, enfin, les quatre nouveaux canaux de satellite dont nous avons parlés.
Commentateur
Et il a eu du monde a son rendez-vous du Panthéon. Et la nuit, l'Abbé Pierre et ses compagnons, s'en sont allés ramasser tous ceux qui dans les rues traînent jusqu'au matin, parce qu'il n'a pas de maison. Rue de la Montagne Sainte-Geneviève, une tente de toile sera leur abri.
François Mitterrand
À quoi faut-il s’attendre lorsqu’on arrivera à la sixième ?
Commentateur
Abri précaire mais abri tout de même. Sans l'Abbé Pierre, il n'y en aurait pas ! On n'y avait pas pensé ! Il a fallu ce fou d'Abbé Pierre pour nous en faire souvenir !

Les enseignants de l'Éducation nationale disposent d'un accès gratuit à la version intégrale de Jalons depuis le portail Éduthèque.

Se connecter:

eduthèque