Premier vol de la Caravelle à Toulouse le 27 mai 1955

03 juin 1955
36s
Réf. 01028

Notice

Résumé :

Le 27 mai 1955, le premier avion de transport à réaction français, surnommé "Caravelle", effectue son premier vol à Toulouse. Cet "avion du futur" possède des réacteurs placés à l'arrière du fuselage afin d'obtenir une cabine silencieuse.

Date de diffusion :
03 juin 1955
Date d'événement :
27 mai 1955

Contexte historique

Les origines de la Caravelle remontent en 1951 lorsque le secrétariat à l'aviation civile et commerciale propose aux constructeurs français un programme de réalisation d'un avion de transport à réaction capable de transporter à la vitesse de croisière moyenne de 700 km/heures une charge marchande d'au moins 7 tonnes. Ce sont les usines de Toulouse de la SNCASE (Société nationale de construction aéronautique du Sud-Ouest, futur Sud-Aviation) qui sont chargées du projet.

Le 21 avril 1955, la Caravelle quitte l'atelier pour passer aux essais en vol. Elle effectue son premier roulage le 13 mai et son premier vol (d'une durée de 41 minutes) le 27 mai 1955 à l'aéroport de Toulouse-Blagnac. L'équipage d'essai est composé de Pierre Nadot (commandant de bord), André Moynet (copilote), Jean Avril (mécanicien), Roger Béteille (ingénieur). L'administration française délivre son certificat de navigabilité à la Caravelle le 2 avril 1959, marquant ainsi le début de sa carrière commerciale.

La Caravelle fut une réussite technique (premier avion commercial moyen courrier à réaction biréacteur) et connut un important succès commercial. Elle symbolise la réussite de l'industrie aéronautique française et notamment des usines de Toulouse.

Fabrice Grenard

Éclairage média

Le fait que des personnes se trouvent sur la piste de vol sur les premières images permet de souligner la taille réelle de la Caravelle. Le reportage montre ensuite des images classiques de décollage et de vol, tout en insistant sur ce qui fait la spécificité technique de l'appareil (avion biréacteur avec deux réacteurs situés à l'arrière sur les flancs du fuselage et non dans les ailes).

La mise au point de cet "avion du futur" constitue une véritable victoire pour l'industrie aéronautique française, et notamment pour les usines de Toulouse.

Fabrice Grenard

Transcription

Commentateur
A Toulouse, première sortie de l'avion commercial français à réaction, Caravelle, les deux réacteurs sur ce prototype sont placés à l'arrière du fuselage et non dans les ailes comme sur les comètes anglais. Du type moyen courrier, ce géant de 40 tonnes, possèdent une autonomie de vol de 5000 kilomètres et pourra emporter 70 passagers à 770km/h.

Les enseignants de l'Éducation nationale disposent d'un accès gratuit à la version intégrale de Jalons depuis le portail Éduthèque.

Se connecter:

eduthèque