Les nouveautés présentées au Salon des Arts ménagers 1949

03 mars 1949
58s
Réf. 01046

Notice

Résumé :

En présence de Yvon Delbos, ministre de l'Education nationale, le Salon des Arts ménagers 1949 est inauguré au Grand Palais. De nouveaux appareils électroménagers et diverses inventions y sont présentés.

Date de diffusion :
03 mars 1949
Personnalité(s) :

Contexte historique

Le Salon des Arts ménagers a symbolisé l'important essor des équipements électroménagers en France au cours des années 1950 et 1960. Le premier avait eu lieu à Paris en octobre 1923, à l'initiative d'André Jules-Louis Breton, ancien sous-secrétaire d'Etat aux inventions pendant la Grande Guerre. S'appelant alors Salon des Appareils ménagers, il est créé pour "récompenser les inventeurs des meilleurs appareils ménagers". En 1926 il s'installe au Grand Palais et prend le nom de Salon des Arts ménagers : aux appareils ménagers viennent s'ajouter des produits et matériels nécessaires à l'installation et à l'organisation de la maison.

Ce Salon connaît un grand succès, interrompu par la guerre de 1940 à 1948, date à laquelle il rouvre ses portes en accueillant 1 200 exposants et près de 800 000 visiteurs. L'édition 1949, se tenant toujours au Grand Palais - ceci jusqu'en 1961 où le Salon déménage au CNIT, à la Défense - et qui a lieu du 24 février au 13 mars, est la XVIIIe. De nouvelles sections y sont créées, telles que le Logis, la Gastronomie ainsi que la Femme et l'Enfant. En plus de présenter les nouveaux appareils ménagers (surtout le réfrigérateur et la machine à laver le linge), des espaces entiers sont installés - cuisines, salles de bain et salons - de manière à présenter des modèles d'aménagement intérieur. Le Salon de 1949 comptabilise un record de 951 139 entrées : en cette année qui marque la fin officielle du rationnement, les innovations des équipements ménagers font rêver la plupart des ménages français. La presse accorde du reste désormais une large place à chaque Salon.

Dès le début des années 1950, les appareils ménagers deviennent le symbole de la modernisation et du développement du confort dans les foyers français. Ils ne débutent véritablement leur ascension rapide qu'à partir de 1954. A cette date en effet, seuls 7,5% des ménages possèdent un réfrigérateur (ils seront 20,5% en 1959), 8,4% une machine à laver (21,4% en 1959), 18% un aspirateur et seulement 13% une salle de bain. Mais entre 1954 et 1956 les dépenses en appareils électroménagers doublent. L'envolée aura surtout lieu au cours des années 1960 : en 1968 72,5% des ménages sont équipés d'un réfrigérateur et 49,9% d'un lave-linge.

Christophe Gracieux

Éclairage média

Ce sujet présente les principales nouveautés exposées au Salon des Arts ménagers en suivant la visite d'inauguration du Ministre de l'Education nationale Yvon Delbos. En dehors de quelques images montrant le ministre sur différents stands, la plupart sont centrées sur les nouveaux appareils électroménagers. Des gros plans présentent de fait des machines à laver le linge et la vaisselle ou un réfrigérateur, sans que les personnes qui les manipulent soient visibles dans le champ de la caméra : les nouveaux appareils électroménagers constituent bel et bien les attractions du Salon, mais aussi du reportage. De manière très caractéristique, le commentateur des Actualités Françaises ne s'adresse qu'aux spectatrices, censées être les uniques utilisatrices de ces appareils innovants - d'ailleurs décrits comme exposés "à votre intention, Mesdames".

Les femmes apparaissent cantonnées dans leur rôle traditionnel d'épouses et de mères au foyer, s'acquittant de l'ensemble des tâches ménagères : le commentateur juge ainsi que la principale innovation apportée par le frigidaire est d'éviter aux "ménagères" "les marchés quotidiens". La dernière invention présentée dans le reportage, la mayonnaise en pot, doit là aussi décharger les femmes d'une partie de leurs tâches ménagères - en l'occurrence culinaires -, leur épargnant de la sorte "le cauchemar de toujours, la mayonnaise qui tourne". Le "Vivre mieux" annoncé par le carton qui introduit le sujet, et repris par le commentaire final - "petits progrès qui permettent de vivre mieux" -, semble ainsi destiné aux seules femmes.

Christophe Gracieux

Transcription

(Musique)
Commentateur
Vivre mieux, c'est pour contribuer à cette amélioration de la vie de tous les jours, que le Salon des arts ménagers inauguré par M. Yvon Delbos, présente à votre attention mesdames, ces derniers perfectionnements. Ménagères, vous ne blanchirez plus votre linge à la force du poignet, une machine y pourvoira. Comme celle-ci, vous fera désormais échapper à la corvée de la vaisselle. Le frigidaire toujours amélioré dans sa conception, vous évitera les marchés quotidiens. Grâce à ces napperons de matière plastique lavable à l'eau, les tâches du déjeuner auront disparu au dîner. Et après une pensée pour vos murs bientôt repeints, vous constaterez Mesdames la fin de ce cauchemar de toujours, la mayonnaise qui tourne. Préparée à l'avance, elle ne sera plus maintenant qu'un condiment docile et sans histoire. Petits progrès qui aideront à mieux vivre.