Une réalisation importante de l'aménagement du territoire : la mise en valeur du Languedoc-Roussillon

12 juillet 1963
02m 24s
Réf. 01076

Notice

Résumé :

Dans le cadre de la politique d'aménagement du territoire mise en place par la DATAR, un important projet de mise en valeur du littoral languedocien voit le jour au début des années 1960. Olivier Guichard en présente les objectifs.

Type de média :
Date de diffusion :
12 juillet 1963

Contexte historique

Les années soixante marquent les débuts de l'aménagement du territoire en France. Le secteur du tourisme constituait notamment l'une des priorités de la nouvelle Délégation à l'aménagement du territoire et à l'action régionale (DATAR) créée en févier 1963 et dont la direction fut confiée à Olivier Guichard. Ce nouvel organisme adopta rapidement un plan d'aménagement du littoral languedocien, qui avec ses lagunes, souffrait de l'image répulsive d'un littoral peu accueillant et hanté par les moustiques. Le projet fut confié à une mission interministérielle d'aménagement présidée par Jean Racine, qui mit au point un Plan d'urbanisme d'intérêt régional approuvé par décret en 1964. L'Etat procède à de vastes acquisitions de terrains (près de 3 500 ha) complétées par des classements en Zone d'aménagement différé (ZAD). Plusieurs grandes unités touristiques, associant stations anciennes et stations entièrement nouvelles conçues ex-nihilo (Port-Camargue, la Grande Motte, Le Cap d'Agde, Port-Barcarès...) sont conçues. Outre la construction de logements, l'aménagement des plages et l'assainissement des marais, l'aménagement touristique du littoral s'est également accompagné d'une multiplication de ports de plaisance et de ports de pêche.

Cette mise en valeur du littoral languedocien permet de bien souligner tous les objectifs de l'aménagement du territoire en France au cours des années 1960 : offrir des infrastructures à un secteur en plein essor, le tourisme, permettre un rééquilibrage des activités sur le territoire (ici désenclaver la Côte d'azur), mettre en valeur des régions restées rurales et peu développées. L'aménagement du littoral languedocien constitue une réussite importante : pour l'ensemble de la région, on est passé de 525 000 touristes en 1965 à près de 5 millions à la fin des années 1980 et un chiffre d'affaires de l'ordre de 8 milliards de francs qui fait du tourisme la première activité régionale. Cette promotion touristique du littoral a eu des répercussions sensibles sur l'emploi, soit directement (accueil, hébergement), soit indirectement (commerces, services, travaux publics et bâtiment).

Mais l'aménagement du littoral a aggravé les déséquilibres régionaux entre les régions côtières et l'intérieur. L'aménagement de certaines stations touristiques, dont la Grande Motte constitue le symbole, a également suscité de vives critiques (dénaturation du littoral avec la construction de grands immeubles bétonnés).

Fabrice Grenard

Éclairage média

Le reportage évoque en fait le projet d'aménagement du littoral Languedocien, qui n'en est qu'à ses débuts en 1963. Pour montrer le formidable levier touristique que peut constituer cette région, il oppose des images d'une Côte d'Azur certes entièrement aménagée mais saturée, aux grandes plages de sables et dunes du Languedoc entièrement vierges et offrant des possibilités d'aménagement considérables.

Fabrice Grenard

Transcription

(Silence)
François Barnole
Parce que la Côte d'Azur est devenue pendant les mois d'été une région surpeuplée, parce que chaque année le nombre des gens qui prennent leurs vacances au bord de la mer augmente, un projet est né. Celui de créer et de développer les ressources touristiques des 180 kilomètres de côtes du Languedoc-Roussillon. Plus de 2 000 hectares de terrain ont déjà été réservés dans ce but. Les premiers travaux d'aménagement doivent comporter l'assainissement du littoral, la lutte contre les moustiques et la construction de routes reliant entre elles les différentes plages.
Journaliste
M. Olivier Guichard, vous êtes délégué à l'aménagement du territoire et je voudrais vous poser la question : savoir pourquoi l'Etat s'est intéressé à l'aménagement de cette côte du Languedoc-Roussillon ?
Olivier Guichard
Eh bien, dans une civilisation où la part des loisirs ne cessera de croître, il est normal que l'Etat recherche les lieux encore vierges où puisse se développer cette civilisation. C'est ce qui nous a conduit à nous préoccuper de la côte du Languedoc-Roussillon et à envisager les infrastructures nécessaires pour que cette côte devienne un lieu de loisirs. Etant donné la taille des infrastructures en matière de communication, en matière de démoustication, en matière d'adduction d'eau, il fallait que l'Etat s'en préoccupe d'accord avec les collectivités locales.
Journaliste
M. Guichard, je voudrais vous demander si la formule que vous venez de mettre en avant ne risque pas de produire une espèce d'étatisation des vacances ? Est-ce que on ne s'achemine pas vers un système à la russe, si j'ose dire ?
Olivier Guichard
Absolument pas, puisque, ce sont les infrastructures qui seront traitées par l'Etat, étant bien entendu, que les travaux seront ensuite repris par des syndicats d'économie mixte départementaux et qu'ensuite ce seront les initiatives privées qui auront libres cours dans le cadre tracé par la mission de M. Racine.
François Barnole
Au seuil de la Camargue et du Languedoc, le domaine de la Grande Motte constitue la charnière de cette nouvelle Floride que l'Etat veut faire surgir des marécages.

Les enseignants de l'Éducation nationale disposent d'un accès gratuit à la version intégrale de Jalons depuis le portail Éduthèque.

Se connecter:

eduthèque