Réélection de Jacques Chirac à la présidence de la République en 2002

06 mai 2002
01m 53s
Réf. 01102

Notice

Résumé :

Le 5 mai 2002, à l'issue du second tour de l'élection présidentielle, Jacques Chirac est réélu avec 82,15% des voix. Il salue ses militants, puis fait une déclaration place de la République.

Date de diffusion :
06 mai 2002
Date d'événement :
05 mai 2002

Contexte historique

Au soir du premier tour de l'élection présidentielle, le 21 avril 2002, Jacques Chirac n'avait recueilli que 19,71% des suffrages exprimés, soit le score plus faible pour un président de la République. Mais contre Jean-Marie Le Pen, qualifié également pour le second tour avec 16,95% des voix, gauche et droite s'unissent dès le 21 avril, appelant à voter Chirac pour "faire barrage à l'extrême droite".

En outre, entre les deux tours, une mobilisation sans précédent se développe contre le FN, atteignant son apogée le 1er mai 2002, 1,5 millions de Français descendant dans la rue, dont le tiers à Paris. Traduction de cette mobilisation, l'abstention, qui avait atteint un niveau record pour une élection présidentielle avec 27,86%, retombe le 5 mai 2002 à 19,86%. Jacques Chirac est ainsi réélu avec 82,15% des suffrages contre 17,85% pour Le Pen. Ce score permet à Jacques Chirac de devenir le président le mieux élu de la Ve République. Il est largement dû au report massif des voix de gauche sur son nom et symbolise par-dessus tout un vote de rejet des idées de Jean-Marie Le Pen. Ce dernier n'a gagné qu'un point en pourcentage par rapport au premier tour et quelque 700 000 voix.

Au lendemain de l'élection, Lionel Jospin ayant remis sa démission, Jacques Chirac nomme Premier ministre Jean-Pierre Raffarin. Un mois plus tard, les élections législatives des 9 et 16 juin 2002 voient la droite rassemblée dans l'Union pour la Majorité Présidentielle (UMP) emporter une très large majorité à l'Assemblée nationale (369 députés).

Christophe Gracieux

Éclairage média

Ce reportage revient sur la réélection de Jacques Chirac à la présidence de la République qui a eu lieu la veille. Dans un premier temps, des scènes de sympathisants en liesse, ambiance classique des soirs de victoire électorale, sont filmées devant le QG de Jacques Chirac. Ce dernier apparaît à la fenêtre en compagnie de son épouse Bernadette.

La scène est semblable à celle de sa première élection en 1995 lorsqu'il avait salué la foule du balcon de la permanence du RPR, à la différence près qu'on relève cette fois chez Jacques Chirac davantage de retenue, en raison de la particularité de sa très large victoire. Le journaliste fait d'ailleurs référence aux 82,15% des suffrages qu'il a recueillis, qualifiant Chirac de "supervainqueur", allusion également au surnom de "supermenteur" dont "Les Guignols de l'info" l'ont affublé. La caméra s'attarde ensuite sur les sympathisants qui exultent (un "V" symbolique est montré à l'écran), tandis que certains, interrogés, mettent en avant la "victoire de la démocratie et de la République", sous-entendu contre Jean-Marie Le Pen. Puis Jacques Chirac quitte son QG en voiture, scène qui elle aussi n'est pas sans évoquer la course-poursuite des journalistes avec sa voiture lors de sa victoire à l'élection présidentielle le 7 mai 1995. Toujours accompagné de Bernadette, il se rend place de la République, lieu éminemment symbolique où quelques milliers de personnes sont rassemblées. Il y prononce une allocution aux accents gaulliens, se voulant rassembleur.

Christophe Gracieux

Transcription

(Silence)
Stéphane Haussy
Super vainqueur, côté balcon et côté cour, on exulte après des mois de campagne. La victoire est large, la plus ample de la Vème République, une République à laquelle les militants dédient ce succès.
Militante
Je crois que c'est très heureux pour la démocratie, pour la République surtout, surtout pour la République. Maintenant, c'est à lui de jouer.
Militant
Une victoire de la démocratie, ce n'est jamais une victoire par défaut. C'est une large victoire qui était nécessaire et tant attendue.
Stéphane Haussy
Une victoire espérée que Jacques et Bernadette Chirac vont partager très vite avec leurs supporters et leurs autres électeurs du jour. Premier bain de foule. Le succès se parachève dans le symbole, direction Place de la République, discours rassembleur, accent gaullien.
Jacques Chirac
Ce soir, nous célébrons la République, comme toujours, face à l'épreuve, la voici debout, fière, fidèle à ses valeurs, présente, forte, rassemblée. J'ai entendu et j'ai compris ce que les Françaises et les Français ont dit. Il est temps de retrouver le sens de l'action aux services de chaque Française et de chaque Français.
Stéphane Haussy
Ballade parisienne sous escorte journalistique et droit de bail prolongé à l'Elysée. Comme François Mitterrand, Jacques Chirac est donc porté par le Suffrage universel pour un deuxième mandat mais une autre bataille s'annonce déjà, celle des législatives dans cinq semaines.

Les enseignants de l'Éducation nationale disposent d'un accès gratuit à la version intégrale de Jalons depuis le portail Éduthèque.

Se connecter:

eduthèque