La construction du paquebot Queen Mary II par les Chantiers de l'Atlantique

01 juillet 2003
02m 35s
Réf. 01124

Notice

Résumé :

Les Chantiers de l'Atlantique à Saint-Nazaire construisent le Queen Mary II, le plus grand paquebot au monde, qui doit être livré en décembre 2003.

Date de diffusion :
01 juillet 2003

Contexte historique

Les chantiers navals de Saint-Nazaire ont une longue tradition de construction de navires, notamment des grands paquebots transatlantiques tels que le Normandie ou le France. Après avoir traversé une crise à la fin des années 1970 et au début des années 1980, les Chantiers de l'Atlantique, filiale d'Alstom, reçoivent la commande de nouveaux paquebots de croisière dans les années 1990. Ils signent ainsi en novembre 2000 un contrat avec l'armateur britannique Line Cunard pour édifier le Queen Mary II.

Moins de deux ans après le début de sa construction, en janvier 2002, le Queen Mary II est livré le 22 décembre 2003. Il gagne ensuite Southampton, son futur port d'attache, où il est baptisé le 8 janvier 2004 par la reine Elisabeth II. Il s'agit d'un paquebot géant, le plus grand jamais construit. Ses dimensions exceptionnelles l'attestent : 345 mètres de longueur, (soit 30 mètres de plus que le France ), 41 mètres de largeur et 74 mètres de hauteur (l'équivalent d'un immeuble de 23 étages). Capable d'accueillir plus de 2 600 passagers et un équipage de 1 253 hommes, il compte de nombreux restaurants, bars, boutiques et divertissements.

Destiné surtout à assurer des croisières transatlantiques, il offre un niveau de luxe sans précédent pour un paquebot. Sa construction a cependant été entachée d'un tragique accident, la chute d'une passerelle d'accès au navire le 15 novembre 2003 tuant 15 personnes et en blessant 28 autres venus visiter le Queen Mary II.

Christophe Gracieux

Éclairage média

Le reportage consacré au Queen Mary II est précédé par de brèves images du baptême le jour même d'un autre paquebot, le Crystal Serenity, construit également par les Chantiers de l'Atlantique. Il alterne entre des images d'illustration et des interviews qui présentent le Queen Mary II mais aussi la situation générale des Chantiers de l'Atlantique. Le navire de croisière, à quai, est montré sous tous les angles. Quelques détails sont filmés en gros plan dont le nom inscrit sur la coque. Il s'agit de mettre en valeur le gigantisme de ce paquebot. Lorsque le journaliste insiste sur sa hauteur équivalente à celle d'un immeuble de 23 étages, la caméra filme le haut du navire puis plonge de façon à rendre compte de ses 74 mètres de haut. Le Queen Mary II apparaît encore à l'état de vaste chantier : les plans extérieurs sur le paquebot et sur les quais, en particulier les grues, indiquent son inachèvement, de même que les images de l'intérieur du navire. De nombreux ouvriers sont de la sorte filmés en plein travail d'aménagement d'un immense restaurant. Les interviews du PDG et du directeur des ressources humaines des Chantiers de l'Atlantique, ainsi que d'un délégué CGT, permettent quant à elles de dresser un bilan du secteur de la construction navale et des Chantiers de Saint-Nazaire en particulier.

Christophe Gracieux

Transcription

Elise Lucet
Un nouveau baptême pour les sentiers de l'Atlantique, celui du Christal Serenity, un paquebot de croisière, livré aujourd'hui à ses armateurs japonais. Depuis 3 ans, les chantiers de Saint-Nazaire ont livré quasiment une vingtaine de navires. A la mi-décembre, ce sera le tour du Queen Mary 2, le plus grand transatlantique jamais construit au monde mais sur les chantiers qui comptent 12 000 salariés, on s'inquiète de l'absence de nouvelles commandes. Claude Gueneau, Jean-Christophe Duclos.
Claude Gueneau
A Saint-Nazaire, quelque soit l'endroit où l'on se trouve, on ne voit qu'elles, les cheminées du Queen Mary 2. Haut comme un immeuble de 23 étages, le Queen Mary est le plus gros paquebot jamais construit. Deux fois et demi le France, il accueillera 3000 passagers pour de luxueuses croisières vers l'Amérique.
Patrick Boissier
C'est la première fois depuis 40 ans, faut pas l'oublier, que l'on reconstruit un navire qui sera un transatlantique. Ce navire va d'abord et avant tout faire la traversée de l'Atlantique. On en a pas construit ici depuis le France.
Claude Gueneau
C'est aussi le paquebot le plus cher de tous les temps. 900 millions d'euros. Nous sommes ici au coeur du transatlantique, c'est le restaurant Britannia sur 3 étages où l'on servira 10 000 repas par jour. Saint-Nazaire est l'un des rares chantiers navals au monde encore capable de construire des paquebots et dans des délais aussi brefs, à peine 2 ans. La première tôle du Queen Mary a été soudée le 16 janvier 2002, le paquebot sera terminé en décembre. Ensuite, c'est l'inconnu. Il ne restera plus qu'un seul paquebot à livrer. C'est celui-ci. Les chantiers n'ont enregistré aucune commande nouvelle de paquebot depuis 2 ans et demi, les cales sont à moitié vides.
Philippe Bouquet-Nadaud
La situation économique américaine, les conséquences du 11 septembre, les différentes tractations qui ont pu avoir lieu au sein des armateurs de croisière, plus la parité dollar-euro ont fait que l'activité paquebot est un peu en sommeil depuis le début de l'année 2001.
Claude Gueneau
Une situation périlleuse pour les 12 000 emplois des chantiers mais au moment où l'on s'attendait au pire, 3 commandes successives viennent d'être enregistrées, un car ferry et 2 méthaniers.
Christian Duval
Y a plus de raison d'être inquiet surtout que on sait que le navire de croisière, les paquebots vont aussi être un marché qui va repartir, du fait aujourd'hui des croisiéristes qui augmentent d'une manière importante.
Claude Gueneau
Mais en attendant de nouvelles commandes, pour les paquebots, les chantiers peuvent envisager l'avenir sereinement. Même si construire un méthaniers ou un car-ferry est moins prestigieux qu'un transatlantique, surtout s'il s'appelle le Queen Mary 2.