Un agriculteur victime de surendettement voit son exploitation mise en liquidation

30 mars 1992
01m 52s
Réf. 01160

Notice

Résumé :

Un jeune agriculteur victime de surendettement assiste à la vente aux enchères après saisie de son matériel agricole. Son exploitation est mise en liquidation.

Date de diffusion :
30 mars 1992

Contexte historique

A partir de la fin des années 1970, le monde agricole doit faire face à un certain nombre de difficultés. L'endettement est notamment devenu l'une des plaies du monde agricole. Poussés par le modèle productiviste, les facilités nouvelles du crédit et la nécessité de moderniser leurs exploitations, beaucoup d'exploitants ont en effet multiplié les investissements et les emprunts, s'endettant bien souvent au-delà de leur possibilité de remboursement pour acquérir terres et cheptel, pour achever d'équiper leur entreprise en hangars, silos et engins mécaniques divers. De 12 milliards de francs en 1960, l'endettement est passé à 48 milliards en 1975 et à 158 milliards en 1992.

Or, alors que les consommations intermédiaires et investissements ne cessaient de progresser, les prix agricoles, et par conséquent le revenu agricole, connaissaient de leur côté une baisse sensible, entraînant d'inévitables difficultés financières pour les exploitants. Dès 1982, il a fallu par la "procédure Cresson" mettre en place un système d'aide et de sauvetage des exploitations en difficulté. A la fin des années quatre-vingt, on dénombrait près de 100 000 exploitations en difficulté, les chefs d'entreprise les plus touchés étant de jeunes agriculteurs récemment endettés pour acquérir un capital d'exploitation. Plus de 10 % des exploitants semblent alors dans l'impossibilité d'honorer leur engagement et doivent abandonner leur ferme.

Fabrice Grenard

Éclairage média

Le reportage illustre un cas classique de surendettement dans le monde agricole : un jeune agriculteur soucieux d'agrandir son exploitation ne peut honorer ses engagements financiers et rembourser ses emprunts. Il est contraint de se séparer de son matériel et de ses terres. Les images insistent sur la détresse de cet agriculteur, qui assiste impuissant à la vente aux enchères de son matériel après saisie. Un tracteur très moderne (16 chevaux) est notamment vendu à un prix très bas. Il ne s'agit pas seulement de la détresse d'un individu mais de toute une famille obligée de se séparer de tout ce qu'elle possédait et privée de source de revenus.

Fabrice Grenard

Transcription

Commissaire-priseur
Mesdames, Messieurs, bonjour, nous vous rappelons que les frais sont de 12,674, en sus des enchères jusqu'à 15 000 francs, concernant le matériel d'occasion. Concernant le matériel agricole, nous vous rappelons que les frais sont de 11, 774 jusqu'à 15 000 et 9,40, de 15 001 à 40 000.
Pierre Bonte
Jacques Croiset, lui, a voulu devenir un agriculteur compétitif, il a investi dans l'achat de terres, de bêtes, de matériels et pour cela bien sûr, il a emprunté, beaucoup. Aujourd'hui, dans un garage de Rion dans le Puy de dôme, il assiste à la vente aux enchères, après saisie, de son matériel agricole.
Commissaire-priseur
7200, 7200 une fois, 7200 deux fois, 7200, c'est terminé, c'est bien vu. Terminé, je vous avertis, c'est fini. A Monsieur. Nous vendons un tracteur international type 65746XLH agricole 5 chevaux. 50 000 francs Monsieur. 50 000 francs une fois, 50 000 francs deux fois, c'est vu à 50 000. Personne ne part dessus. Terminé, c'est bien vu.
Pierre Bonte
Où vous en êtes alors maintenant ?
Jacques Croiset
Et bien, je suis en liquidation. Mon matériel est parti, mes vaches sont parties, j'ai plus rien aujourd'hui. Plus rien du tout. Ma femme, elle travaille ailleurs, je me suis trouvé tout seul, tout seul pendant un an. Elle a répondu aux emplois, elle est cosignatrice. Ils vont la poursuivre dès qu'ils auront fini après moi.
Pierre Bonte
Sur son salaire ?
Jacques Croiset
Sur son salaire, plus de maison, plus rien. Et deux filles à nourrir, sans travail.

Les enseignants de l'Éducation nationale disposent d'un accès gratuit à la version intégrale de Jalons depuis le portail Éduthèque.

Se connecter:

eduthèque