12,5 millions de grands-parents en France en 2001

10 mai 2001
45s
Réf. 01173

Notice

Résumé :

Une enquête de l'Insee en 2001 révèle que 12,5 millions de Français sont grands-parents.

Date de diffusion :
10 mai 2001
Source :
Lieux :

Contexte historique

La population française connaît un important vieillissement à la fin du XXe siècle, comme dans la plupart des pays d'Europe. En 1999, selon le recensement de l'Insee, les plus de 60 ans représentaient 21,3% de l'ensemble de la population (soit 12,5 millions). Et alors qu'en 1950, 1 Français sur 10 avait plus de 65 ans, c'est le cas de 1 sur 6 en 1999.

Cette évolution est due à la fois à la hausse de l'espérance de vie (en partie en raison de l'amélioration considérable de l'état de santé après 60 ans) et au tassement de la fécondité. Ce phénomène de vieillissement de la population va en outre s'amplifier en raison de l'arrivée de la génération du "baby-boom" parmi les plus de 60 ans : la proportion de ces derniers dans la population française devrait atteindre environ 30% à l'horizon 2050, entraînant un véritable "papy-boom". L'essor du nombre des personnes âgées en France s'accompagne inévitablement d'un accroissement du nombre de grands-parents. C'est ce que montre une enquête de l'Insee sur l'histoire familiale, réalisée en même temps que le recensement de la population en 1999, et contenant des questions sur l'existence de petits-enfants et arrière-petits-enfants. Cette étude permet de connaître pour la première fois le nombre des grands-parents en France : ils sont 12,6 millions en 1999, sachant que 2 millions d'entre eux sont également arrière-grands-parents, et ils ont en moyenne un peu plus de 4 petits-enfants. La moitié des personnes de 56 ans en 1999 sont grands-parents. Les femmes ont des petits-enfants à un plus jeune âge (49,9 ans en moyenne) que les hommes (52,5 ans en moyenne), et sont surtout plus nombreuses en raison de leur plus grande longévité (elles vivent 83,8 ans en moyenne, contre 76,7 pour les hommes) : 7 arrière-grands-parents sur 9 sont ainsi des femmes. L'enquête conduit également à estimer le nombre des arrière-arrière-grands-parents à 30 000.

Ces grands-parents, plus jeunes et souvent à la retraite, constituent fréquemment pour les familles un pôle de stabilité, surtout dans le cas des familles monoparentales ou recomposées. Ils aident ainsi souvent leurs enfants à s'occuper de leurs petits-enfants, les gardant régulièrement ou les accueillant pour les vacances.

Christophe Gracieux

Éclairage média

Ce bref reportage détaille les résultats d'une étude de l'Insee sur les grands-parents en France. Le sujet est de la sorte essentiellement constitué d'infographies : plusieurs panneaux sur fond d'images arrêtées de grands-parents présentent les principales données de l'enquête. Ce reportage comporte très peu d'images filmées et celles-ci ne servent qu'à illustrer les conclusions chiffrées de l'Insee, à savoir l'accroissement du nombre des grands-parents : une personne âgée faisant lire son petit-fils est ainsi montrée, de même qu'une autre grand-mère choisissant des déguisements d'Halloween pour ses petits-enfants.

Christophe Gracieux

Transcription

Eve Metais
Qu'ils répondent aux noms, de mamie, pépé, bonne maman ou Havia, grand-mère en latin dans le texte. Ils sont en France 12,6 millions grands-parents. Parmi eux, 2 millions, sont des arrière grands-parents et phénomène nouveau de la fin du 20ème siècle, environ 30 000 personnes sont arrière-arrière-grands-parents, têtes vivantes d'une lignée de 5 générations. On devient grand-père en moyenne à 52 ans, grand-mère à 49 ans, tous âges confondus, les grands-parents français ont en moyenne 4 petits-enfants. Enfin, l'art d'être grand-père se conjugue plutôt au féminin, à la fois parce que les femmes vivent plus longtemps que les hommes, mais aussi parce qu'elles ont leurs enfants plus jeunes, 7 arrière grands-parents sur 10 sont ainsi des arrière grands-mères.