Brigitte Bardot sur le tournage de La Vérité

01 juin 1960
03m 01s
Réf. 01209

Notice

Résumé :

Brigitte Bardot est interviewée par un journaliste bien curieux pendant le tournage de La Vérité de Henri-Georges Clouzot. Elle évoque ses liens de travail avec le réalisateur et l'état de santé de son mari.

Date de diffusion :
01 juin 1960

Contexte historique

La fin des années cinquante marque un changement dans le cinéma français avec la naissance de la Nouvelle Vague, qui réunit de jeunes cinéastes nés dans les années trente, et issus de la critique des Cahiers du cinéma. Les réalisateurs plus anciens, comme Claude Autant-Lara, Jacques Becker, Jean Delannoy, Julien Duvivier, Robert Bresson et Henri-Georges Clouzot, poursuivent leur carrière parallèlement, privilégiant un cinéma d'intrigue et de dialogue, très écrit (parfois des adaptations de romans), réaliste et psychologique.

La Vérité, tourné en 1960, est le dixième long métrage de Clouzot, scénariste et réalisateur. Il a derrière lui une filmographie imposante qui débute en 1931 avec un court métrage burlesque. Il continue à travailler sous l'Occupation, réalisant ses célèbres films policiers, noirs et réalistes - L'assassin habite au 21, Le Corbeau. Il poursuit dans ce style réaliste psychologique et noir après la guerre en réalisant Quai des Orfèvres (1947), Les espions (1957), et Les Diaboliques (1955). En 1956, dans Le Mystère Picasso, son seul documentaire, il tente de montrer le processus de création de l'oeuvre. Dans La Vérité, Clouzot utilise le "mythe Bardot" pour créer un portrait psychologique dramatique d'une jeune femme moderne accusée du meurtre de son amant. De nombreux réalisateurs de la "vieille garde classique" sont désormais obligés de faire appel aux comédiens célèbres pour pouvoir tourner, d'autant plus qu'ils réalisent des films à gros budgets, tournés en studio. Le prix moyen d'un film est alors de 90 millions de francs. Clouzot n'est ainsi pas le seul réalisateur à s'emparer du label "BB".

La fin des années 1950 amène une rupture dans la filmographie de Clouzot, qui perd son succès populaire antérieur : en effet, en 1957, Les Espions reçoit un accueil mitigé du public et de la critique et Clouzot perd de l'argent. Après cet échec, il espace ses films : c'est seulement huit ans après La Vérité qu'il réalise son dernier long métrage La Prisonnière, qui n'est pas non plus un succès. Quant à Brigitte Bardot, alors âgée de 26 ans, elle est déjà en 1960 une icône populaire - celle de la femme-enfant, souvent naïve, parfois cruelle et toujours sensuelle. Révélée en 1956 dans le film de son premier mari Roger Vadim Et Dieu créa la femme, elle joue dans les films des jeunes cinéastes de la Nouvelle Vague au début des années soixante, et se retire du cinéma en 1973.

Carole Robert

Éclairage média

L'interview annonce déjà la couleur d'un certain voyeurisme de l'intérêt pour les "people". Le journaliste ne s'intéresse absolument pas au tournage, au travail en lui-même, mais seulement aux "rapports humains" avec le réalisateur d'abord, avec le mari de Brigitte Bardot ensuite. Les sujets de l'interview, ce sont l'intimité et la vie personnelle de la star. Ceci est paradoxal puisque l'interview est réalisée pendant le tournage, "secret" de La Vérité.

Effectivement, Clouzot ne tient pas à ce que les journalistes envahissent les studios. En 1960, nous constatons déjà que le journaliste veut des confidences exclusives. Le rôle de la télévision consiste à donner au téléspectateur l'impression de se rapprocher de ses idoles. Notons le rôle particulier du journaliste : il est très à l'aise, il joue le rôle du confident, de l'ami, voire du séducteur. Il enferme la comédienne dans le "label BB", l'empêchant de parler de sujets professionnels dans ses allusions à la "mise à nu" et ses blagues douteuses. Il guide et dirige les propos de la comédienne, qui se laisse séduire. Il crée presque une véritable scène de séduction, se comportant autant en animateur qu'en simple journaliste. Il apparaît d'ailleurs à l'écran, en plan large et en gros plan (contre-champ sur lui). Un plan étonnant sur le cadreur est également choisi au montage. Malgré ses propos optimistes, nous savons qu'au moment du tournage, Brigitte Bardot est en pleine crise conjugale. Le journaliste veut qu'elle parle de son mari, qui est alors Jacques Charrier, avec qui elle a eu un enfant, Nicolas, en janvier 1960. Elle fera même une tentative de suicide en septembre 1960 et divorcera en 1963.

La question du journaliste sur les liens entre Brigitte Bardot et Clouzot s'explique par la réputation de Clouzot d'être un réalisateur exigeant, voire colérique, avec lequel les tournages peuvent être le lieu de scènes pénibles. Contrairement à ce qu'affirme Brigitte Bardot, le tournage de La Vérité serait "pesant, lourd et difficile" selon la comédienne Marie-José Nat.

Carole Robert

Transcription

Mario Beunat
Brigitte, asseyez-vous, je ne vous dérange pas trop?
Brigitte Bardot
Pas du tout.
Mario Beunat
Vous êtes vraiment très très gentille car je sais que vous avez eu une journée de tournage particulièrement fatigante. J'aimerais vous poser une question, Brigitte Bardot, c'est la première fois que vous travaillez sous la direction de Clouzot. Clouzot n'a pas la réputation d'être un metteur en scène commode, est-ce que lorsque vous avez appris que vous deviez faire un film avec lui, vous n'avez tout de même pas eu une certaine appréhension ?
Brigitte Bardot
Je le désirais.
Mario Beunat
Pourrait-on savoir pourquoi vous le désirez ?
Brigitte Bardot
Parce qu'elle est l'actrice qui ne désire pas tourner un film sous la direction de Clouzot ?
Mario Beunat
Vous vous placez sur le plan professionnel du metteur en scène mais en ce qui concerne les rapports d'interprète à metteur en scène, c'est-à-dire les rapports humains, vous n'avez pas d'appréhension.
Brigitte Bardot
Je vais vous dire, on raconte tellement de choses sur tout le monde qui sont fausses, que je me suis aperçue que c'était une chose fausse de plus. Etant donné que Monsieur Clouzot n'est pas du tout le tyran qu'on croit qu'il est. Au contraire, moi, je m'entends très très bien avec lui, au point de vue tournage, c'est formidable.
Mario Beunat
Tout se passe bien, donc ce plateau secret, ce plateau défendu, est bien un plateau sans histoires, c'est bien ça.
Brigitte Bardot
C'est un plateau secret parce que quand il y a trop de monde, on peut pas travailler bien, vous savez, sans ça, sans ça ce ne serait pas un plateau secret. Si au lieu de travailler, nous nous amusions, vous seriez là tous les jours.
Mario Beunat
Oui, personnellement, cela ne me déplairait pas, croyez-moi.
Brigitte Bardot
Moi non plus. Bon, alors, en ce qui concerne le travail, tout se passe bien.
Mario Beunat
C'est donc un plateau sans mystère, la vérité peut être montrée toute nue, si j'ose dire. Sans faire de jeu de mots trop facile !
Brigitte Bardot
Non, elle n'est pas toute nue.
Mario Beunat
Elle n'est pas toute nue.
Brigitte Bardot
Non.
Mario Beunat
Certains le déploreront peut-être.
Brigitte Bardot
Peut-être, mais enfin elle n'est pas toute nue.
Mario Beunat
Est-ce que vous arrivez vous à faire une différence entre l'actrice et la femme, c'est-à-dire, est-ce que vous n'êtes pas un peu vous-même victime de ce mythe, BB.
Brigitte Bardot
Oh non ! Je ne sais pas qui a crée le mythe BB. En tous cas, je suis ravie d'être un mythe, si j'en suis un. Mais je n'y crois pas particulièrement, non, non...
Mario Beunat
Ca ne vous a absolument pas impressionné, ça ne vous a pas...
Brigitte Bardot
Il en faut plus que ça pour m'impressionner.
Mario Beunat
Alors s'il en faut plus que cela, je crois que vous ne le serez jamais !
Brigitte Bardot
C'est gentil.
Mario Beunat
On a envie d'être gentil avec vous, Brigitte.
Brigitte Bardot
Tant mieux, ça me fait bien plaisir que vous me disiez ça.
Mario Beunat
Ca vous change un petit peu.
Brigitte Bardot
Oh oui, ça me change.
Mario Beunat
Et à ce propos justement, à ce propos, on a dit, on a écrit beaucoup de choses sur vous, vous lisez, vous entendez bien sûr. On a parlé de votre vie privée, personnellement j'estime qu'on avait pas à le faire, mais puisqu'on l'a fait, est-ce que vous ne pourriez pas profiter de l'occasion qui vous est offerte aujourd'hui pour mettre les choses au point une fois pour toute.
Brigitte Bardot
Si, j'ai trouvé cela absolument écoeurant parce que tout ce qui a été écrit et dit, c'est en dernier faux et que ça a rejailli sur la santé de Jacques et que je trouve que les mensonges qui arrivent à mettre en jeu la santé d'un homme, c'est vraiment une chose épouvantable.
Mario Beunat
J'espère qu'il va bien maintenant, qu'il se remet.
Brigitte Bardot
Oui, enfin, je ne suis pas là pour parler de lui mais enfin c'est quand même une chose qui ne devrait pas être permise, même si on est une actrice, on ne doit pas être en butte à ce genre de choses.
Mario Beunat
Vous avez raison et j'espère, je souhaite ardemment que cela soit terminé. Un dernier mot. Comment va Nicolas ?
Brigitte Bardot
Oh Nicolas, il va très bien.
Mario Beunat
Et bien, vous m'en voyez ravi, voyez-vous.
Brigitte Bardot
Merci.
Mario Beunat
Et encore une fois merci.