L'anthropologie de Claude Lévi-Strauss

04 mai 1984
01m 41s
Réf. 01227

Notice

Résumé :

Claude Lévi-Stauss rappelle les conditions dans lesquelles il décida de rédiger son ouvrage d'ethnologie Tristes Tropiques en 1955

Type de média :
Date de diffusion :
04 mai 1984
Source :

Contexte historique

Né en 1908, Claude Lévi-Strauss est l'une des figures majeures du structuralisme, bien qu'il ne s'en soit jamais directement réclamé. Ce mouvement conçoit, dans la continuité des travaux linguistiques de Ferdinand de Saussure pour qui la langue est un système cohérent, que tout phénomène se "structure" de manière signifiante. Il veut dégager ainsi l'anthropologie de ses attaches avec les sciences de la nature. Toute société étant fondée sur la communication, l'anthropologie doit tirer ses enseignements de la linguistique "structurale" donc mais également des recherches physiques et mathématiques portant sur les faits de communication, recherches dont il a pris connaissance lors de son séjour aux Etats-Unis où il s'est réfugié pendant la Seconde Guerre mondiale. Son travail révèle l'influence des Américains dans l'émergence et le développement des sciences humaines en France dans les années d'après-guerre, influence qui est aussi financière au travers la création de nouvelles institutions comme la VIe section de l'Ecole pratique des hautes études.

Dans Les Structures élémentaires de la parenté (1948) Lévi-Strauss cherche à expliquer la prohibition de l'inceste. Il poursuit en 1955 ses recherches en publiant Tristes Tropiques, un récit de voyage personnel où en incluant "l'observateur dans l'objet de son observation", il entend mettre à distance sa propre démarche. La quête de l'autre dans une conjoncture où le tiers-mondisme est d'actualité, la rigueur d'une analyse évitant tout ethnocentrisme intellectuel, le refus de l'exotisme - en incipit, Lévi-Strauss écrit "Je hais les voyages et les explorateurs" - fait de nombreux adeptes et provoque de nombreuses conversions à la nouvelle science. L'ouvrage connait un succès public, rare et durable pour ce genre de travaux, révèlant l'actualité et l'acuité des questionnements, les multiples rééditions en livre de poche depuis la parution permettant un renouvellement continu du lectorat.

Dans Le Cru et le cuit, il livre, via la pratique culinaire, une lecture des mythes relatifs au domaine de la nourriture préparée, insistant sur leur rationalité puisque construit sur des systèmes d'oppositions. Si ces travaux ont pu être remis en cause ou du moins discutés depuis les années 1980, la marque de Lévi-Strauss dans le développement des sciences humaines est indéniable, son élection à l'Académie française en 1973 couronnant une carrière dévouée à la science et à la recherche.

Vincent Casanova

Éclairage média

Lévi-Strauss est ici interviewé par Bernard Pivot dans le cadre de son émission "Apostrophes", créée en 1975 et qui fut diffusée jusqu'en 1990 en deuxième partie de soirée le vendredi soir. Habituellement tourné en direct, en public et réunissant un plateau d'écrivains, le magazine, à de très rares occasions, prenait le parti, pour quelques personnalités exceptionnelles, de l'entretien en tête-à-tête. Dans ces moments, Pivot abandonne le spectacle littéraire pour retracer la vie et l'oeuvre de l'invité.

Le souci de Pivot de lier les deux le laisse souvent en dehors de la réelle portée intellectuelle et scientifique des écrits mais correspond à sa volonté de vulgarisation. L'anecdote y est plus prisée que la réflexion. Ainsi Lévi-Strauss ne fait-il qu'effleurer le contenu de son travail pour au contraire insister sur les conditions de sa rédaction. Le plan fixe sur le visage vient comme accentuer la tentation médiatique du sacre de l'écrivain au détriment de l'écriture.

Vincent Casanova

Transcription

Claude Lévi-Strauss
Alors, vous savez, c'est un livre que j'ai écrit, je dirais presque dans l'exaspération et dans l'horreur.
Bernard Pivot
Ah bon ?
Claude Lévi-Strauss
Oui, ça n'est pas du tout ce que j'avais envie de faire, j'avais envie de faire de la science, si vous voulez. Et «Tristes Tropiques» a été écrit en 4 mois, enfin comme un... Oui, oui, je ne crois plus que ces éditions sont datées, j'ai demandé que les dates soient réintégrées dans la prochaine édition Livre de Poche, ça a été écrit exactement en 4 mois. Et comme une sorte de pensum dont il fallait absolument que je me débarrasse parce que, je n'avais pas le goût de parler de moi, j'avais pas le goût de raconter des petites histoires, des petits détails de voyage. Et en même temps, je suis bien obligé de constater, rétrospectivement, qu'il y a dans «Tristes Tropiques» une certaine vérité scientifique qui est peut-être plus grande que dans nos ouvrages objectifs, pour autant que ce que j'ai fait, c'est de réintégrer l'observateur dans l'objet de son observation. Enfin, c'est un livre écrit avec ces objectifs, ça s'appelle oeil de poisson, je crois, enfin, qui montrent non seulement ce qu'il y a devant mais ce qu'il y a derrière l'appareil de photo. Et donc, ça n'est pas une relation objective de mes expériences ethnologiques, c'est une relation de moi-même en train de vivre ces expériences ethnologiques et donc, avec un tas de choses que je ne me serais jamais permis d'écrire dans un ouvrage à ambition scientifique.