Interview de téléspectateurs sur l'arrivée de la deuxième chaîne

26 avril 1964
02m 40s
Réf. 01237

Notice

Résumé :

Un journaliste interviewe différentes personnes qu'il croise dans les rues sur l'arrivée de la deuxième chaine, sur leur rapport à la télévision, leur opinion sur les programmes et leurs attentes.

Type de média :
Date de diffusion :
26 avril 1964
Personnalité(s) :

Contexte historique

En 1963, la télévision est en plein essor et 27,3% des ménages français est déjà équipé en postes, le pourcentage ayant doublé en 3 ans (13,1% en 1960). Dix ans plus tôt, seulement 1% des ménages est équipé en télévisions. Au début des années 1960, la France tient à s'intéresser aux progrès techniques : elle adopte par exemple le procédé en couleur SECAM. Un an plus tard, au moment du sondage, 39,3% des ménages possède un poste - ce qui correspond à plus de cinq millions de postes. En 1966, on passe le cap des 50% (51,7%) des ménages.

L'inauguration de la 2ème chaine a lieu le 8 avril 1964 ; c'est un événement officiel, qui précède de peu la création de l'ORTF, établissement public industriel chargé de la télévision et de la radio, et mis sous la tutelle d'Alain Peyrefitte, jeune ministre de l'Information. La deuxième chaîne a le statut de "cadette", qui doit toujours faire jeu égal avec la première chaîne. Avec la création de cette seconde chaîne, l'univers télévisuel est désormais concurrentiel. La deuxième chaîne sera diffusée en couleur avant la première (1967), TF1 étant encore en noir et blanc en 1975. La seconde chaîne est dans une position intermédiaire entre la première (qui devient TF1 en 1975), considérée comme une institution par la population française, et la troisième, France3 (fondée en 1972) qui a des missions spécifiques (cinéma et régions).

Cette particularité détermine son destin : entre politique de séduction du plus grand nombre pour concurrencer la première et volonté de bâtir une télévision pionnière, dans la conception des programmes et le développement d'activités annexes. Après l'éclatement de l'ORTF, la deuxième chaîne est remplacée par Antenne 2, qui émet à partir de 1975.

Carole Robert

Éclairage média

C'est la première semaine de la deuxième chaîne et il s'agit de donner la parole aux Français conformément au "règne de la voix in" qui s'annonce. L'information de proximité devient le maître mot de la nouvelle chaîne, en quête de complicité avec les téléspectateurs. La légèreté et l'humour dominent. On remarque la curiosité de la foule autour des interviews : le caméraman cadre sur un témoin, qui semble choisi au hasard dans la foule. Le cadre est très photographique. Les personnes choisies sont les représentants de toutes les générations et de toutes les catégories sociale touchant l'ensemble de la population française que la télévision, média populaire par excellence, concerne. Les micro-trottoirs illustrent en effet la volonté de montrer l'opinion des Français de façon objective. Les téléspectateurs assimilent les réactions spontanées (en fait souvent préparées à l'avance avec le journaliste) à la transparence et à la vérité. Il s'agit de prouver aux téléspectateurs qu'ils seront dorénavant les décideurs des programmes.

Remarquons que la foule est plus loin du journaliste que des personnes interviewées, ce qui témoigne d'une préparation préalable aux interviews. La construction avec la voix off du journaliste qui n'est pas synchronisée avec la question du journaliste sur le terrain s'explique par la nouveauté de ce type de reportages pas encore très maîtrisé. L'objectif du reportage est aussi de prouver aux téléspectateurs que la deuxième chaîne saura contenter tout le monde, de la jeune fille au père de famille, en passant par les personnes âgées. Ainsi la deuxième chaine va-t-elle diffuser une quantité de film accrue passant de 114 en 1968 à 209 en 1974. Les films du dimanche après midi seront une des innovations de la deuxième chaîne.

Carole Robert

Transcription

André Leclerc
La deuxième chaîne de la télévision fonctionne maintenant depuis une semaine. Au hasard des rues, nous nous sommes arrêtés pour demander à des téléspectateurs leur opinion sur cette deuxième chaîne. Et nous leur avons posé, à ce sujet, un certain nombre de questions. Première question, bien entendu : «Avez-vous la seconde chaîne sur votre récepteur ?» A ceux qui nous ont répondu oui, nous avons posé les questions suivantes : «Cette seconde chaîne vous a t-elle apporté ce que vous souhaitiez ?»
Téléspectateur
Bah oui, parce la première chaîne, il y a des programmes qui me cassent les pieds alors je passe sur la deuxième.
Téléspectatrice
On espère que ça s'améliorera tout de même.
Téléspectateur
En principe oui, diversité des programmes et enfin ce qui permet de choisir les programmes que l'on veut voir.
Téléspectatrice
Non, pas encore, j'espère qu'il y aura d'autres progrès de fait parce que ce n'est pas encore au point.
André Leclerc
Je pense que vous êtes plusieurs chez vous : «Est-ce que le choix des programmes entre première et seconde chaîne provoque des discussions et qui est-ce qui décide ?»
Téléspectateur
Non, parce que en principe, j'ai 3 enfants plus ma femme, alors moi quand j'élève la voix, c'est moi qui commande.
Téléspectatrice
Non, parce que d'ailleurs nous avons les mêmes goûts... alors là il n'y a pas de discussion possible, oui.
Téléspectateur
Oui, assez souvent, oh bah on fait ça par voix. On fait un petit panaché des programmes, on regarde la moitié de l'un, la moitié de l'autre.
André Leclerc
A ceux qui nous ont répondu, non, je n'ai pas la seconde chaîne, nous avons posé les questions suivantes. Première question : «Est-ce que vous souhaitez l'avoir cette seconde chaîne ?»
Téléspectatrice
Oui, j'aimerais bien, en particulier pour le dimanche parce que il paraît qu'à la place des sports, c'est des films, alors ce serait quand même mieux pour nous.
Téléspectateur
Et bien écoutez, oui, pour pouvoir choisir des... plus facilement des programmes, bien que quelque fois, c'est arrivé hier à mon fils à Paris, quand il avait vu un certain titre, il a pris la deuxième chaîne, il est plus mal tombé que sur la première. Non, je ne souhaite pas l'avoir parce que, étant donné que la première chaîne étant déjà une chaîne d'Etat, je pense que la deuxième chaîne sera aussi une chaîne d'Etat.
Téléspectatrice
Oui.
André Leclerc
Pourquoi ?
Téléspectatrice
Parce que j'ai l'impression qu'on nous promet des spectacles et des programmes plus intéressants et plus distrayants surtout !
André Leclerc
Puisque vous n'avez qu'une seule chaîne, est-ce que vous regardez tous les programmes ou bien est-ce que vous choisissez vos programmes et comment les choisissez-vous ?
Téléspectatrice
Bah en principe, non, je la mets à 6 heures et demi jusqu'au bout, en principe. En principe, on les choisit mais quand on n'a rien à faire, on les regarde. En général, je les choisis mais parfois, je tombe mal sans le vouloir.

Les enseignants de l'Éducation nationale disposent d'un accès gratuit à la version intégrale de Jalons depuis le portail Éduthèque.

Se connecter:

eduthèque