La crise du quotidien Le Monde, février 1985

01 février 1985
59s
Réf. 01241

Notice

Résumé :

Le reportage rappelle les origines du journal Le Monde, fondé en 1944 avec le soutien du gouvernement et insiste sur le souci d'indépendance économique et politique du journal et de son premier directeur, Hubert Beuve-Méry.

Type de média :
Date de diffusion :
01 février 1985
Source :
FR3 (Collection: Vendredi )

Contexte historique

Le Monde est un quotidien fondé en 1944 par Hubert Beuve Méry, pour remplacer Le Temps. C'est alors une société à responsabilité limitée de 200000 francs répartis en 200 actions. Depuis 1985, la Une est illustrée par une caricature de l'actualité dessinée le plus souvent par Plantu. Au milieu des années 1980, la presse écrite traverse une crise qui a débuté dès la fin des années 1970 : 35% des Français refuse d'ouvrir chaque jour un journal (contre 29% en 1973). Le nombre des fidèles (lecteurs réguliers) diminue également passant de 60% en 1960 à 55% en 1973 puis à 46% en 1981. Au milieu des années 1990, la France se retrouvera au 24ème rang mondial pour l'achat d'un quotidien par les citoyens. Les cadres, les classes moyennes, les femmes et les jeunes reportent leur intérêt sur les magazines.

Les quotidiens régionaux restent en revanche très stables et inscrits dans les pratiques régionales : 68% des Bretons lisent par exemple Ouest-France ou Le Télégramme de Brest. La presse d'information générale est en recul régulier et ses tirages diminuent de 11,8 millions en 1970 à 10,5 millions en 1980. La chute s'accélère au cours des années 1980 atteignant 9,5 millions en 1991. Les quotidiens nationaux ont perdu 40% de leurs lecteurs depuis la fin des années 1960. La presse ploie sous ses coûts élevés de production et de diffusion et le Syndicat du livre est très puissant et revendicatif.

Aujourd'hui, Le Monde est encore considéré comme le "journal de référence" de la presse quotidienne, malgré les polémiques sur sa neutralité et sa déontologie - notamment en 2003 avec la parution de La Face cachée du Monde de Pierre Péan et Philippe Cohen. Il est la principale publication quotidienne du groupe La Vie Le Monde en concurrence directe avec le groupe Dassault (Le Figaro, L'Express ).

Carole Robert

Éclairage média

L'extrait du reportage, dont l'objectif est d'expliquer la crise que vit Le Monde en 1985, montre des plans d'illustration sur le travail de l'imprimerie, la conception du journal - archives en noir et blanc qui pourraient correspondre au travail de tous les ouvriers typographes. Sur ces images de gestes de travail, le commentaire insiste sur le rôle de Beuve-Méry et sur le souci d'indépendance économique et politique du journal.

Les images choisies permettent de mettre en avant l'aspect artisanal et professionnel du journal, bien loin des polémiques politiques qui l'entourent. Tout journal appartient à une une corporation, qui regroupe un nombre important de métiers, rappellent indirectement ces images sans lien direct avec le commentaire historique en voix off. On sent bien que le commentaire et les illustrations servent à préparer, voire à mettre en valeur, l'interview de Beuve-Méry (sur l'indépendance du journal).

Carole Robert

Transcription

Commentateur
A l'origine du Monde, la volonté politique du Général de Gaulle, qui en 44, estimait nécessaire la création d'un organe de référence sérieux et crédible à l'étranger. Le Monde succède au journal Le Temps, interdit pour avoir paru trop longtemps sous l'Occupation. Il hérite des locaux et de l'imprimerie du Temps rue des Italiens. Précision importante, le Monde tiendra dès 48 à racheter les locaux qui lui ont été attribués. Comme trésorerie au départ, les 1 million alloués par le gouvernement aux journaux pour leur lancement. Là encore la somme sera remboursée dès avril 45. Un seul souci semble animer l'équipe, l'indépendance du journal. Hubert Beuve-Méry se montre tout de suite d'un maniement peu facile pour les gouvernants. Le Monde refuse de devenir l'organe officieux du pouvoir en place. Hubert Beuve-Méry a gardé un souvenir amer de la presse d'avant-guerre, largement corrompue.